[B11, G9] Fin de la partie

Mariane P (20/02/2013)
Mariane P. (20/02/2013)

Voici venu le temps des bilans, des rétrospectives, des flashbacks. Notre projet est terminé, le site et nos vidéos ne sont pas encore en ligne mais ce n’est qu’une question de jours. Cette photographie est comme le point final en fin de texte, ce fameux point tant attendu qui marque symboliquement la fin du projet. Ce photomontage est un auto-portrait un peu particulier. Le visage est masqué par un smiley fait à la main dont la couleur fait un rappel direct à celle du pull. L’arrière plan de la photo est une partie du studio, salle principale de nos deux dernières années de cours au Master CPI, et lieu de notre tournage concernant l’expert. Cette photographie achève ainsi ce projet de webdocumentaire, mais également le travail rédactionnel du billet ainsi que cette formation dans sa globalité. Le smiley dissimule mon vrai visage car pour ce projet nous nous sommes mis dans la peau de documentaristes, et surtout en tant qu’étudiant (statut sociologique que nous allons perdre dans quelques mois). Un smiley qui sourit ? Et oui le projet est fini, nous sommes heureux ! Et bientôt la fin de nos études !

Au fur et à mesure de l’évolution du projet nous nous sommes rendues compte que nous changions d’avis, de points de vue, nous avons franchi une étape dès que le projet faisait face au réel. Ainsi toutes nos recherches s’effaçaient peu à peu et faisaient place au concret, à la confrontation avec d’autres humains contrairement aux lignes des livres qui théorisent des situations. Et pour cause, dès notre première interview, nous nous sommes rendues compte que la réalité des choses ne correspondait pas forcément à celle apprise dans les livres. Contrairement à ce que nous pensions la troupe de théâtre rencontrée alterne travail collectif et travail sous les ordres du metteur en scène. En effet, ce dernier, Frédéric El Kaïm, est le chef de la troupe, mais il sait également écouter ses comédiens pour comprendre leur point de vue et faire des compromis pour donner le mieux de la troupe.

À l’écriture notre séquence sur la hiérarchie devait se dérouler en trois actes mais finalement cette division n’est plus. Notre séquence s’est construite autour des propos du metteur en scène et de sa comédienne. L’un se répondant à l’autre, soit dans la confrontation, soit dans la confirmation. Pour marquer des pauses, construire une ponctuation en quelque sorte, nous avons décidé de couper leur propos par des sons directs de répétition. Ces respirations, en plus de rythmer leur propos, permettent aux spectateurs de s’immerger dans le réel des répétitions et ainsi prendre conscience de la réalité de cette troupe.

Ce projet audiovisuel nous à permis de mettre en pratique tout ce que nous avons appris lors de nos années de formations supérieures audiovisuelles : l’écriture, la production, le tournage, les techniques d’interviews (sonores et visuelles), le montage ainsi que la réalisation d’un site web grâce au logiciel Klynt.

Concernant le travail rédactionnel, je me suis plongée entièrement dans cet exercice sans en éprouver le besoin de le continuer dans ma vie futur.

Mariane P.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G8] Par ici la sortie !

(cc) Lauriane Paganon 28/03/2013
(cc) Lauriane Paganon 28/03/2013

J’ai décidé de faire l’inventaire de nos péripéties en m’appuyant sur un labyrinthe, car je me suis dit que cela pourrait assez bien résumer notre cheminement.

Le labyrinthe est donc dessiné au feutre vert, et si le trait n’est pas très appuyé c’est parce que je voulais justement faire ressortir notre circuit à l’intérieur de ces dédales de lignes et de coins. Le trait orange représente notre parcours, et ceux en pointillés nos égarements (ils sont constitués de doubles flèches car nous en sommes revenues). Les petits dessins sont numérotés de un à sept afin de pouvoir décrire dans le billet les différentes étapes de l’élaboration de notre séquence.

Le 1er dessin met en scène deux petits bonhommes en train de réfléchir, il s’agit de Lisa et moi lorsque nous devions organiser nos idées suite au choix de notre thématique1. Et s’il nous a fallu du temps avant de parvenir à établir le rendu que nous souhaitions donner à notre séquence, notre entente, elle, a été immédiate. En effet, la censure est un thème délicat à représenter aussi bien visuellement que sonorement car nous ne voulions pas tomber dans la simple illustration.

Le 2ème dessin représente trois personnes attablées en train de discuter, Frédéric El Kaïm est celle située en bout de table. Il était important pour moi d’évoquer cette rencontre2 car c’est à partir de ce moment que notre projet a pris une tournure véritablement concrète due à la relation qui s’est instaurée entre nous. Par ailleurs, le rapport que nous avons établi avec le metteur en scène est différent de celui que nous avions avec les comédiens de la web série que nous avons réalisée l’année dernière3. Dans le sens où nous ne devions pas guider ses réflexions mais justement parvenir à rendre compte de son point de vue tout en faisant ressortir les paradoxes de sa profession vis-à-vis de la censure.

Le 3ème dessin illustre les divergences qui sont apparues entre les groupes au moment de la rédaction du dossier de production (4ème dessin), car nous n’avancions pas tous au même rythme. Nous étions en quelque sorte dans une impasse car nous n’arrivions plus à communiquer les uns avec les autres4. Mais nous avons fini par mettre de côté nos désaccords pour le bien du projet en nous déléguant les tâches par petits groupes.

Le 5ème dessin est celui d’un téléphone portable qui indique que « notre correspondant est injoignable ». Ce recoin fait donc état de la perte de temps et par conséquent du stress occasionné par nos difficultés à contacter l’expert de séquence.

Le 6ème dessin correspond au tournage de la vidéo de ce dernier, car le fait de pouvoir mettre en pratique ce que nous avions vu en cours s’est par ailleurs avéré tout aussi angoissant qu’exaltant.

Le 7ème dessin est en quelque sorte une métaphore puisqu’il représente un cube presque hermétique faisant office de salle de montage5. Par ce croquis, je voulais mettre l’accent sur les journées que nous avons passées devant l’ordinateur à expérimenter différentes associations entre les séquences sonores et imagées, de la manière la plus cohérente qui soit.

Enfin, le 8ème dessin est celui de la page d’accueil du site de Travail en scène lorsqu’il sera disponible sur internet. Ce dessin est donc situé en dehors du labyrinthe car nous nous dirigeons vers cette dernière étape mais nous ne l’avons pas encore atteinte.

En définitive, je retiendrais principalement la relation de confiance que nous avons établie au fil du temps avec cette troupe de théâtre, qui s’est avérée par ailleurs indispensable à l’élaboration de notre séquence. Cela nous a permis d’être au plus près de la création de cette pièce et donc d’en restituer, je l’espère, toute la complexité.

Lauriane Paganon

  1. http://cineoeil.hypotheses.org/422 []
  2. http://cineoeil.hypotheses.org/783 []
  3. http://www.mastercpi.fr/profession-etudiant-m1-2012/#/accueil []
  4. http://cineoeil.hypotheses.org/1024 []
  5. http://cineoeil.hypotheses.org/3192 []

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G8] C’est la fin !

Visage-typo
Lisa D. (29/03/2013)

 

Censure, auto-censure, interdit, taire, écrire, politique, économique, censure, censure, censure…

Cette photo représente assez bien toute cette année. Je l’ai créée moi-même sur le logiciel de retouche numérique Photoshop. Si l’on regarde bien, on peut voir un visage fait de mots. Tous ces mots ont été présents dans mon esprit tout au long de l’année car je devais non seulement travailler sur le thème de la censure, mais je devais aussi réfléchir à ce que c’est de créer dans la contrainte. J’ai été complètement plongée dans l’obscurité de ces mots si forts et lourds de sens. Cependant, on peut distinguer que ce visage, c’est le mien et qu’il sourit. Lauriane et moi avons fait ce que nous souhaitions au départ. Les encouragements nous ont mis du baume au cœur ! Je reste malgré tout la tête enfouie dans ces mots car il est trop tôt pour m’extérioriser de cette année de création. Je pense que quand on passe autant de temps sur un seul projet, il faut du temps pour avoir de nouveau du recul sur ce qu’on a fait. Ainsi, plus on regarde cette photo, plus le visage apparaît à nos yeux, comme une métaphore de ma réapparition dans d’autres projets. Une année comme celle-ci permet d’apprendre beaucoup et sur différents plans : le travail en équipe, prendre sur soi, trouver de nouvelles idées, s’adapter aux consignes etc. Ces billets permettent un recul relatif à chacun sur notre travail de création. Je finirai alors cette année de master avec cette phrase de Nietzsche1 en tête et qui figure dans notre note d’intention, il faut apprendre à « danser dans les chaines ».

Lisa D.

1NIETZSCHE Friedrich [1878], Humain, trop humain II, un livre pour esprits libres, Paris, Gallimard, coll. Folio Essais, 2001.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G9] J’écris donc je suis ?

Lucille Hunter (20/03/2013)

Au début de l’année universitaire, on nous a demandé d’écrire des billets à deux personnes. La nature de l’exercice fut difficile à comprendre, et les premiers billets publiés témoignent de tentatives réalisées plus ou moins de bon coeur pour correspondre à l’idée que nous nous faisions de ce carnet. Cela fut un peu laborieux, nous n’écrivions pas vraiment ce que nous pensions mais plutôt ce que nous pensions devoir écrire, ce qui est sans doute dû à notre position sociologique d’étudiant. L’exercice nous semblait terriblement artificiel. Nos billets 1, 2 et 3 entrent dans cette catégorie. Je pense que cela est dû au fait que nous pensions n’avoir rien à raconter, et qu’il est difficile de démarrer ce processus d’écriture pour la première fois sans avoir (par expérience) une idée de ce que l’on peut / doit y écrire. L’exercice d’introspection n’est pas une tâche évidente, et la peur de l’inconnu nous a sans doute paralysées. De plus, le côté « public » du carnet ne nous enchantait pas. Je me méfie d’internet et je n’aime pas y laisser des traces de mon passage.

Au billet 4, la donne a changé : nous avions enfin l’impression d’avoir quelque chose à exprimer, et nous l’avons fait. C’est le premier billet que j’ai pris « au sérieux », dans le sens où je n’ai pas eu l’impression de répondre à une commande de façon désincarnée. Nous avons même pris plaisir à confectionner le billet 5.

À partir du billet 6, les billets sont devenus individuels, avec une seule photo et un texte plus concis. C’est à ce moment-là que j’ai été convaincue de ce que pouvait m’apporter la rédaction d’un carnet de bord / carnet de recherche dans l’élaboration de mes projets. J’ai compris l’intérêt de l’exercice et j’ai tenté de soigner mes billets 7, 8, 9 et 10. C’est une habitude que je souhaite prendre, cela me permettra de voir ce que j’ai pensé, quand je l’ai pensé, et de me rendre compte du chemin parcouru entre le moment A et le moment Z du développement du projet. Dans les moments où j’aurai l’impression de ne pas avoir avancé, je pourrai constater que le découragement que je ressens n’est peut-être pas justifié, et je saurai mieux m’y retrouver. Cependant, je pense que j’aurai plus de facilités à me livrer davantage dans une forme de carnet qui restera vraiment personnelle, et je me vois plutôt noircir des pages à la main qu’au clavier. Je pense donc choisir de rédiger des carnets de bord / de recherche physiques et non virtuels, privés et non publics. Je considère cet exercice comme un travail qui me regarde, et je le vois bien plus authentique et utile dans un usage personnel. Je l’utiliserai pour écrire et gribouiller quelques dessins.

Le carnet m’a donc permis d’écrire pour suivre l’élaboration de notre projet, et je retiens cette idée de laisser une trace de ma réflexion pour le moi futur. L’image de ce billet est une composition qui reprend des photos produites dans les 10 billets précédents. Elle schématise le sentiment de vision globale que procure le carnet : en une image se concentrent toutes les idées produites et détaillées dans l’historique de notre carnet G9. J’ai mis en scène les images dans cette composition de la première parue en haut à gauche à la dernière en bas à droite. Nous pouvons observer une évolution dans la composition et le traitement des images, et je vois que dans ce domaine également, j’ai avancé.

Lucille Hunter

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G5] Retour en arrière

Laura J, 29/03/2013
(cc) Laura J. (29/03/2013)

Ce billet marque la fin du carnet de recherche pour notre promotion. En relisant mes écrits, je remarque qu’ils résument bien l’ensemble du processus créatif de « Travail en scène », et que le lecteur a ainsi pu avoir un bel aperçu de ce que nous avons créé tout au long de cette année. Je suis d’ailleurs très satisfaite, dans l’ensemble, du travail que nous avons réalisé avec Sophie. Ce fut une expérience nouvelle et enrichissante qui m’a permis de découvrir une autre facette du documentaire et d’acquérir de nouveaux outils pour mon avenir professionnel, mais aussi personnel. J’ai eu des appréhensions concernant le fait qu’il s’agissait d’un documentaire principalement sonore et pourtant c’est ce qui m’a le plus passionné pendant le tournage.

En revanche, je remarque, à travers mes billets, qu’il n’y a pas ou peu d’informations concernant le reste des travaux que nous avons pu réaliser au cours de ces derniers mois. En effet, même si la conception du web documentaire fut le projet principal de notre deuxième année au sein du master CPI, nous avons également travaillé sur d’autres choses, et notamment sur l’écriture d’un mémoire. À ce sujet, je tiens particulièrement à remercier Anne Beyaert-Geslin, ma directrice de mémoire, qui fut très l’écoute pendant ces huit mois de travail.

 Je m’aperçois ainsi que mon carnet ressemble plus à un résumé condensé des différentes étapes de la construction de notre web documentaire qu’à un réel carnet de recherche. Après réflexion, je pense que l’outil en lui-même ne me permet pas de me livrer ouvertement. Je tiens régulièrement des carnets papiers ou j’inscris mes avancées sur divers projet et je trouve que c’est un moyen plus simple et plus efficace de rassembler ces idées. Le carnet de recherche nous a permis de « raconter » ce que nous produisions semaine après semaine, mais pas d’écrire nos recherches à proprement parler. J’espère sincèrement que l’écriture de nos billets auront donné envi aux lecteurs de regarder notre web documentaire !

Laura J.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website