[B6, G6] Essai lumière…

Capucine Girard (17/01/2013)

C’est avec tristesse que ce billet s’écrira… seule ! C’est ainsi que j’ai choisi pour ce premier billet individuel de rendre hommage à mon collègue Florent Poussard, que l’on peut reconnaitre sur le grand écran de la photo prise au studio. C’est sur Florent que l’objectif de la caméra s’est posé, nous servant de cobaye lors d’un cours sur la lumière, au vu de nos interviews pour le web documentaire.

Il me parait intéressant de faire un petit point sur notre binôme, oui encore ! Florent m’a permise d’apprendre sur moi-même, dans mon travail personnel et en groupe. Il est certain à présent qu’il m’est favorable de me sentir et d’être porté par les autres. Non pas que j’ai besoin que l’autre me soulève, mais j’ai besoin de sa présence. Cela m’anime, me donne l’envie, je me sens plus impliqué, l’intérêt est plus grand. Il semblerait que cet autre soit aussi important pour me canaliser. Mes quêtes d’absolu peuvent, si elles ne sont pas ajuster, canalisé, me conduire vers des paradis artificiels.

Florent m’a également apprit en terme d’écriture. Observer la façon dont un talentueux écrivain se démène pour rassembler les mots correspondant à une idée, c’est très enrichissant et amusant !

Capucine Girard

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6, G2] Esthétique sonore

Gaylord gauvrit (19/11/2013)

Depuis notre dernier billet, nous avons eu deux occasions pour présenter et discuter de notre projet. Un détail plutôt gênant en est ressorti : nous n’évoquons que très peu le son. Ce qui, pour une série animée, est plutôt problématique ; nos personnages en fils numériques n’émettant bien sûr aucun son naturel. Tout va donc devoir être recréé pour leur donner vie. Mais plutôt gênant aussi et surtout pour moi. Ne pas y avoir pensé alors que j’ai une formation technique spécialisée en son, ça fait tâche. Obnubilé par l’écriture de notre histoire et par l’apparence de nos personnages, le son sera resté au second plan. Certes nous avons pensé au casting des voix, mais nous n’y avons pas réfléchi. Quel timbre de voix recherchons-nous, quel type accent ? Outre les voix, les effets sonores seront également essentiels dans notre épisode afin de donner une esthétique et une crédibilité sonore aux flash-back, dont nous n’avons pensé, pour le moment, que l’esthétique visuelle. Cette photographie met en scène un essai d’enregistrement de voix. En arrière-plan, le scénario, dans sa version définitive, sert de support et de trame à l’acteur qui enregistre à l’aide du micro en premier plan, le son de sa voix.

Gaylord Gauvrit

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6, G9] Insaisissables témoins

Lucille Hunter 19/01/2013

Je m’étonne de la difficulté à « tenir » un témoin ou un expert. Il répond, accepte de nous rencontrer, nous décidons de nous fixer un rendez-vous plus tard et maintenant, il paraît impossible de rétablir le contact. Nous avons mis un mois à établir une liaison par email, et nous avons le sentiment qu’avec la nouvelle année, il faut tout recommencer. Nous savons qu’il est très occupé, mais nous ne savons pas vraiment où placer la limite entre relances et harcèlement, et nous nous posons toujours la question avant de renvoyer un email ou de rappeler : sommes-nous trop intrusives ? C’est la crainte que nous avons vis-à-vis de notre expert. Cela dit, nos efforts ont fonctionné en ce qui concerne notre second témoin.

Cette composition évoque le sentiment que nos témoins nous échappent. Le témoin mis en scène à l’image s’éloigne spatialement de moi, et tandis qu’il disparaît dans l’espace, il disparaît également dans le temps, ce que j’ai traduit par une transparence de plus en plus forte à mesure que le témoin s’éloigne.

En composant cette image, je me suis dit que cette forme pourrait convenir à certaines images que nous voulons créer pour montrer des personnalités qui sont plus présentes que d’autres. Nous pourrons jouer sur l’opacité.

Lucille Hunter

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6, G9] Une image vaut mille mots

Mariane P. (15/01/2013)

Est-ce qu’il faut commencer par enregistrer le son en premier ? À savoir les interviews du metteur en scène et de la comédienne, puis réfléchir et prendre les photographies en fonction de leurs témoignages. Ou au contraire commencer par prendre des photos sans intervenir, par exemple lors de réunions ou de répétitions auxquelles on pourrait assister et immortaliser ces instants puis enregistrer des sons pour les faire correspondre à ces images. Ou, troisième solution, capter le son et l’image en même temps, afin d’avoir toute la matière première d’un coup puis réfléchir à la façon d’agencer les deux.

Cette problématique m’est venue suite à deux exercices pratiques. Le premier consiste à prendre en photo notre trajet de notre logement à la faculté puis d’y ajouter une bande son de notre composition et le second exercice consistait à raconter une histoire en 5 photographies en faisant très attention à la composition de l’image. Une fois les photographies prises et montrées au reste du groupe nous avons été informés que nous devions ensuite trouver des sons afin de compléter ces 5 images.

Pour le premier exercice nous nous sommes rendu compte qu’une fois le son ajouté il manquait certaines images et surtout tout un tas de sons différents (des sons de tramway, de pas, de paroles, d’ambiances de rue, de bip sonores etc…). Ainsi je pense que pour notre webdocumentaire nous allons travailler son et image en synchrone, puis après coup nous verrons ce qu’il nous manque, nous retournerons sur le terrain afin de compléter nos manques.

Mariane P.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B6, G8] Et maintenant concrètement?

Lauriane Paganon (17/01/2013)

Cela fait désormais deux semaines que nous avons repris les cours, qui se trouvent être dorénavant essentiellement pratiques. Nous avons donc la possibilité de nous consacrer « concrètement » à l’élaboration de notre webdocumentaire, dans le sens où nous allons pouvoir nous rendre compte si le dispositif que nous avions imaginé durant l’écriture de notre dossier de production sera effectivement réalisable.
Mais pour le moment il s’agit tout d’abord de nous réapproprier le matériel de tournage, comme l’illustre cette photographie prise durant l’intervention du réalisateur Jean Baptiste Béïs. Situé à l’arrière plan, il nous a expliqué de quelle façon nous pouvions mettre en place une ambiance à l’aide de trois projecteurs. À gauche de l’image Sophie et Laura mettent donc en pratique ses conseils. Par ailleurs, elles sont au premier plan car cela permet de souligner le fait que notre maîtrise du matériel technique se révèlera décisive lors du tournage. Et ce, notamment en ce qui concerne les interviews des experts, car nous devrons nous montrer professionnels de façon à ce que notre démarche soit prise sérieusement en considération.

Lauriane Paganon

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website