[B5, G2] À la recherche de nouvelles stars

figure1_Le pouvoir des mots
Figure 1 Le pouvoir des mots (05/12/12), Montage papier : Morgane Meneau, Photographie et montage image : Gaylord Gauvrit

À peine la continuité non dialoguée achevée, nous avons dû nous lancer dans l’écriture du scénario. La méthode choisie pour écrire cette première version fut prise par défaut de temps. Cependant avec une semaine de recul, il nous semble qu’elle fut la mieux adaptée. L’un de nous a écrit entièrement tous les dialogues des personnages en s’aidant bien sûr de la continuité non dialoguée. Malgré ce que l’on peut penser cela fût surement plus rapide que de l’écrire à trois. Étant seule ce weekend  là (comme tous les autres d’ailleurs) et mes camarades occupés par des obligations sociales ou familiales (que je n’aurais jamais étant je le répète SEULE).  J’ai enfilé mon plus beau pyjama et je me suis glissée dans notre scène. Les premières répliques furent quelques peu douloureuses mais l’exercice me prit à peine deux heures finalement car j’ai acquis rapidement une logique de pensée pour chacun de mes personnages, ainsi qu’une facilité à écrire « du parler ». J’ai enlevé par exemple les doubles négations habituelles à l’écrit ainsi que des mots de liaison inhabituels lors d’échanges oraux. La figure 1 illustre ce travail de transformation

figure2_répétition
Figure 2 Répétition (06/12/12), Photographie : Barbara Lancia

Le lundi suivant tous (enfin) réunis. Nous reprîmes les dialogues à voix hautes pour les tester concrètement. Nous avons pu observer que certaines phrases écrites ne fonctionnaient pas à l’oral, simplement à cause de sons répétitifs qui empêchait la fluidité du discours. Nous avons passé du temps sur chaque phrase, les répétant compulsivement parfois pour essayer de rendre le dialogue le plus « vrai » possible. Nous nous sommes rendus compte de l’importance des voix et du jeu pour incarner nos personnages que nous connaissions si bien à force de les imaginer, qu’il nous arrivaient parfois après de longues soirées de travail intenses de rêver d’eux, de façon parfois certes inappropriée. Il était temps pour nous de trouver enfin nos personnages à travers de vrais acteurs car malgré le fait que Gaylord imitait remarquablement bien Maélie, il passait un peu moins bien à l’écran pour ce rôle.

figure3_Casting des voix
Figure 3 (06/12/12) Montage image : Morgane Kerarvran

Nous étions très heureux d’avoir fini d’écrire, d’avoir accompli la plus grande partie de ce travail. Nous avions l’intrigue, le fil conducteur de notre histoire. Nous savions ce que Maélie, Nicolas, Vincent et Ayaka allaient devenir dans notre série. Nous savions enfin quelles aventures extraordinaires ils vivraient. Ravis de nos trouvailles, contents de nos répétions, nous nous sommes vite dit qu’il nous fallait des acteurs. Dès lors l’enthousiasme gagna le groupe et une question, une seule, occupa nos pensées : qui serait à la hauteur pour interpréter nos personnages ? Nous nous imaginions nous même dans leurs peaux, nous les comprenions, nous les aimions et nous voulions le meilleur pour eux. Encore maintenant, d’avoir passé autant de temps en leurs compagnies, nous restons mêlés à leur univers. Nous avons donc réfléchi aux acteurs qui auraient pu leur correspondre. Après considérations nous avons posé notre choix sur Lucie Liu, connue pour son rôle dans Charlie’s Angels, afin incarner Ayaka. Dans le rôle de Nicolas nous voulions Taylor Lautner l’ensorcelant loup garou de Twiligth ; Alyson Haligan, la jolie rousse de How I met your mother pour Maélie et enfin Charlie Sheen pour figurer Vincent le séducteur. Nous pouvons voire les photos de ces acteurs sur la figure 3. Nous les avons contactés. C’est après la réponse d’un des acteurs, dont l’identité doit rester confidentielle, que nous avons réalisé qu’il nous fallait des personnages 3D. En effet, nous étions tellement pris par notre aventure, que nous avions oublié ce pour quoi on travaillait, nous étions trop impliqués et nous nous sommes laissé embarquer  par les péripéties de notre histoire.

figure4_Audition Moviestorm
Figure 4 Audition Moviestorm (05/12/12), Création 3D : Morgane Kerarvran, Photographie : Gaylord Gauvrit, Morgane Kerarvran, Morgane Meneau, Intégration : Gaylord Gauvrit

La figure 4 représente le casting que nous avons organisé sur Moviestorm. Grâce à de bons techniciens, nous nous sommes intégrés au logiciel pour partir à la recherche des acteurs destinés à interpréter les rôles de nos quatre protagonistes. L’ambiance, très bonne au début, se dégrada. En effet, ce monde virtuel regorge de gens atypiques qui ne correspondent pas à nos attentes. Nous avons vu de tout : des zombies, des extraterrestres, des loups garous. Quelques humains sont venus mais très peu d’entre eux arrivaient à jouer et à communiquer une seule émotion. Gaylord et Morgane Kerarvran furent vite dépités, découragés et énervés. Malheureusement ils en vinrent presque aux mains et passèrent les derniers temps du casting à se disputer. Morgane Meneau, quant à elle, ne se découragea pas, elle resta attentive et, grâce à son regard aiguisé, réussit à trouver les quatre acteurs que nous n’espérions plus.

figure5_Les nouvelles stars
Figure 5 Les Nouvelles stars (05/12/12), Création 3D : Morgane Meneau, Montage image : Gaylord Gauvrit

Je peux avouer aujourd’hui que mon expérience personnelle m’a amené parfois à fréquenter certain lieu lorsque je me sentais seule… Je fais évidement référence à Second Life cet univers virtuel où j’ai incarné une directrice de casting très influente dans le milieu. J’ai donc utilisé mes nombreux contacts pour trouver nos personnages du moins les enveloppes corporelles parfaites.

Ayaka sera interprété par  KITSUNI, une actrice de film que nous qualifierons « d’amateurs » assez connue dans l’univers porn geek cependant qui peine à percer dans celui du cinéma. Brandon Fashion est pressenti pour interpréter Nicolas. Ce jeune américain est particulièrement familier à l’univers des plateaux puisqu’il est le fils du fameux Woody de Toy Story. Nous pensons confier le rôle de Maélie à Judithnuméro6, après quelques modifications physiques telles qu’une teinture de cheveux rousse, nous sommes certains que cette jeune actrice sera faire naître la sympathie du public. Vincent sera interprété par  le très beau Joe2.0, encore inconnu. C’est lors d’un casting sauvage en boite de nuit que j’ai pu découvrir tous ses talents cachés nécessaires pour percer dans le milieu. Je proposerai ces acteurs à notre classe jeudi prochain lors de notre conférence et je profiterais de ce moment pour faire passer leurs CV.

figure6_synthetic voice
Figure 6 Synthetic Speech (06/12/12) Création 3D : Morgane Meneau

Enfin, après avoir trouvé nos personnages il va falloir trouver des voix. En effet, il est impossible de laisser les acteurs de Moviestorm parler car leurs voix, générées automatiquement, sont trop froides, trop artificielles. La figure 6 montre ce système de synthèse vocale intégré au logiciel. Mais le logiciel permet également d’intégrer des enregistrements audio de véritables acteurs. Là encore nous allons donc chercher des interprètes capables de doubler les quatre amis de notre série.

Gaylord Gauvrit, Morgane Kerarvran, Morgane Meneau

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B5, G4] « Capitaine ! Dialogue en vue ! »

Florence Delavaud (07/12/2012)

Figure de Une : Des pieds et des mains

Ce croquis représente notre avancée scénaristique et plus particulièrement l’écriture de nos dialogues. La mise en mots évoque également la gestuelle, indissociablement. Ce mouvement est double, à travers d’une part les expressions du visage, yeux, bouche, et d’autre part du corps. L’expressivité du visage nous semble d’avantage utile pour mettre en scène une émotion, et le corps montrerait davantage l’action. Dans un dialogue, la gestuelle manuelle est lourde de sens. Dans de nombreux reportages où les protagonistes sont floutés, leurs mains sont filmées lors de leur prise de parole. Tremblements, brutalité… Leur expressivité est non négligeable. Les yeux et la bouche incarnent l’émotion du personnage, d’où l’utilisation récurrente au cinéma de gros plan sur les visages dans des scènes émouvantes.

Au fil de l’écriture, nous imaginons une mise en scène précise : les didascalies permettent d’introduire une action simultanée aux dialogues. Cette étape nous a semblé particulièrement difficile : l’intrigue est portée par le dialogue. Il doit donc être accrocheur, de bonne qualité, et relativement bref pour rester dans les limites de temps imposées. Pas de banalités donc, qui pourraient ennuyer le spectateur et ralentissent l’arrivée au vif du sujet. D’une part il faut conserver du suspense mais aussi éviter des discussions ennuyeuses, un challenge relativement difficile.

Une autre difficulté est d’éviter le dialogue « bouche-trou », qui comble un moment sans contenu : chaque mot doit être lourd de sens, percutant, et logique par rapport à son énonciateur. Les contraintes du logiciel nous inquiètent de plus en plus. Le dialogue explicatif nous permettra éventuellement de contrer certains problèmes, par exemple le fait que l’action du tirage au sort ne puisse être mise en scène : un personnage pourra résumer l’action, en annonçant « je pioche au hasard, attention … ». Chaque personnage doit avoir une façon de parler qui lui est propre. Pour Vincent par exemple, qui est adepte de philosophie nous imaginons des répliques sophistiquées, presque pédantes ; pour Maëlie des prises de position terre-à-terre.

Emeline D. (04/12/2012)

Figure 2 : Insuffler le pouvoir des mots

De la continuité non-dialoguée, nous avons travaillé toute cette semaine pour créer des dialogues entre nos personnages. La difficulté étant d’appuyer le caractère et la présence de chacun par ce qu’il exprime et la manière dont il l’exprime. Dans l’idéal, une réplique, sauf si elle est extrêmement simple, ne doit pouvoir correspondre qu’à un seul des membres de la bande d’amis. Maëlie, native de Bordeaux, utilisera donc l’expression « gavé », Ayaka quant à elle, ne fera que des phrases très bien construites.

Cet authentique masque africain taillé dans du bois, dont on ne voit ici que la partie inférieure, illustre cette prise de parole de nos personnages. Et, avec cette prise de vue de profil, le relief du masque est mis en valeur. Le spectateur s’attendrait presque à le voir entrouvrir les lèvres pour prononcer quelques mots.

Sarah K. (05/12/2012)

Figure 3 : De l’imaginaire …
(Goodies The Rocky Horror Picture Show, Richard O’Brien, 1975)

Selon Wikipédia, « l’imaginaire peut être défini sommairement comme la production des images, des représentations, de visions d’un individu ou d’un groupe, pour exprimer sa façon de concevoir sa relation […] au monde.» [1] Nous implantons notre imaginaire dans notre projet. Le plus périlleux – maintenant que nous savons où nous allons avec notre histoire de fin du monde, que les bases sont posées – est à présent de créer tout un univers autour de nos personnages. Par exemple, notre scénario se déroule dans l’appartement d’Ayaka, nous devrons réfléchir à son univers, et à ce que le spectateur en percevra. À mesure que notre projet prend forme, nos personnages se dessinent de plus en plus nettement. L’écriture des dialogues permet d’avancer de manière fulgurante au niveau de la caractérisation. Chacun revêt son habit-type. « L’habit ne fait pas le moine » ; dans notre cas, cela sonne faux. Il nous a été appris que, dans la production d’une fiction, il ne fallait pas avoir peur d’aller dans l’exagération lors de la caractérisation. Des personnages très tranchés, voilà ce qui se ressent dans nos dialogues. Ici, l’image représente le détail d’un T-shirt du film The Rocky Horror Picture Show. Ce film correspond tout à fait à cette idée qu’il existe tout un univers autour de chaque personnage. Ils sont très tranchés, très caractérisés. Le choix de ce détail, des lèvres, est une référence aux dialogues que nous développons et qui permettront au spectateur de reconnaitre de quel personnage il s’agit, chacun ayant sa manière d’exprimer les choses. L’image y est toutefois fixe, c’est un dessin, une ébauche de ce que l’on souhaite développer, mettre en image réelle.

Sarah K. (05/12/2012)

Figure 4 : … à la réalité
(Capture d’écran The Rocky Horror Picture Show, Richard O’Brien, 1975)

La réalité veut que notre premier jet de continuité dialoguée soit soumis à modifications. En effet, l’action que nous devons mettre en place ne doit durer que 3 minutes, ce qui, aux premiers abords, nous a paru une éternité. Lors du processus d’écriture scénaristique, l’imaginaire a pris le dessus : nous avons écrit 9 pages, nous nous sommes laissé emporter par les dialogues. J.-P. Ronssin nous avait donné une règle en début d’année : « une page de scénario équivaut à une minute de film » ; on est alors très loin des 3 minutes règlementaires.

La réalité nous tombe dessus, comme une masse. Il faut modifier les dialogues, chose extrêmement complexe puisque, comme il a été dit précédemment, chaque mot doit être lourd de sens et suivre une logique pour, qu’à la fois, le spectateur comprenne la logique du projet, et pour que les dialogues inutiles soient rayés. Mais, un dialogue, pour son auteur, n’est jamais inutile. Un regard extérieur va être nécessaire…

L’image, cette fois, est réelle. Les lèvres, de fiction, mais réelle, sont ce à quoi nous souhaitons arriver. Le développement des dialogues est difficile, mais nous mettons tous nos efforts afin d’arriver au résultat final : des dialogues qui conviendront parce qu’ils caractériseront nos personnages ET parce qu’ils ne seront pas « de trop », c’est-à-dire que chaque phrase doit nous donner des informations et inciter au dénouement.

Emeline D. (04/12/2012)

Figure 5 : Voir plus loin

Ce qu’il nous manque dans notre travail, ce n’est pas nécessairement de la rigueur ni de la motivation. Ce qui nous manque le plus souvent c’est l’horizon. Nous ne levons pas suffisamment souvent les yeux pour prendre le temps de regarder le projet dans son ensemble et d’anticiper les tâches qu’il nous faudra faire par la suite. Ce comportement aveugle nous cause tous nos soucis d’organisation qui n’en finissent pas de se répéter au fur et à mesure des semaines.

Nous sommes comme les observateurs à travers cette fenêtre qui ne peuvent plus se soucier que du problème immédiat qui leur saute aux yeux. Il nous faut voir plus loin. Ainsi notre travail prendra un autre sens et ne se résumera plus à une série d’échéances. Échéances qui deviennent rapidement des contraintes lorsque l’on a perdu de vue l’œuvre finale que l’on cherche à réaliser.

Emeline D. (04/12/2012)

Figure 6 : Bordeaux revêt son manteau de Noël

C’est l’esprit embué par la fraîcheur de l’hiver et tourné vers les fêtes à venir que nous achevons ce dernier billet 2012. On parle de cadeaux, de grands festins et de Père Noël à tous les coins de rues. Ça sent le vin chaud sur le marché de Noël à Nantes, Lyon a sorti ses plus beaux atours et Bordeaux en fait de même. Notre vue, comme dans l’image précédente, n’est plus dirigée vers la concentration véritable, mais vers ce qui nous est le plus cher, vers notre retour chez nous. Cette perspective, cette profondeur de champ, c’est un peu le chemin qui nous mène aux nôtres. C’est dispersées aux quatre coins de la France que nous passerons les fêtes.

Dispersées. C’est le mot, parce que nous le sommes déjà. La concentration nous fuit pour ainsi dire et pourtant l’heure des bonnes résolutions n’est pas encore venue. Entre les deux, il y a un parfum d’insouciance dont on raffole tant. La fin du monde, qui préoccupe tant nos quatre petits étudiants de pixels, est à cent mille lieues de là, et c’est tant mieux.

Passez d’excellentes fêtes !

Florence DELAVAUD, Emeline D., Sarah K.

[1] Auteur anonyme, Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Imaginaire, consulté le 07/12/2012

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B5, G6] L’union fait la force

Partition à quatre mains
Photo de Marie Nicolas, 7 décembre 2012
Sur une idée originale de Capucine Girard et Florent Poussard

Trouver une illustration pour le « ping-pong d’idées, » fonctionnement que nous avions développé de façon naturelle dès le début de notre collaboration, et qui s’est renforcé au fur et à mesure que le travail avançait. Bien sûr, contrairement à ce que suggère cette photographie, il n’y a jamais quatre mains en même temps sur le papier à dessin ou le clavier (encore que…), mais toujours deux cerveaux activés en même temps. Cette image représente nos idées qui se croisent, comme nos mains sur les touches, pour ne jouer qu’une seule partition – avec quelques fausses notes de temps en temps, bien entendu.

Florent au pinceau pour le dossier de production
Photo de Florent Poussard, 7 décembre 2012

Considérant que la volonté de ce Master est d’être pour nous un terrain d’expérimentation, autant se prendre au jeu. C’est pour le carnet de recherche et le dossier de production que Florent teste le passage du critérium au pinceau. Il est aussi bien encouragé par les camarades et enseignants que par l’exercice de création d’image en lui-même. Ceci l’amène à essayer plusieurs supports d’illustration (crayon, encre, pastel, aquarelle…), et une approche de dessin de commande lorsqu’il traduit en image un article, une impression ou, comme ici, la couverture du dossier de production du web-documentaire.

Réunion de groupe autour du dossier de production
Photo de Capucine Girard, 29 novembre 2012

Depuis deux semaines, le travail semble enfin avoir pris sa dimension collective : les groupes qui communiquent entre eux, le dossier géré collectivement, les tables du SCAV que l’on dispose systématiquement en U depuis peu, les billets des uns des autres lus par tout le monde – ce à quoi est consacrée une partie du cours de Blandine Schmidt, une lecture collective permettant à chacun de faire part de ses avancées, de ses avis et suggestions sur le travail des autres. Bref ceci permet de développer une réelle réflexion de groupe, au-delà des binômes qui étaient jusque-là cinq paires indépendantes.

Sur cette photo, on voit Mariane échanger avec un interlocuteur hors-champ, que Lucille écoute attentivement en s’apprêtant à prendre en note quelques paroles utiles ; Lisa, sourcil froncé, stylo à la bouche, semble désapprouver l’avis de l’interlocuteur invisible, tandis que Laurianne adopte une posture introspective pour réfléchir à un propos évoqué précédemment.

 

Laura et Brice, coopération inter-binômes
Photo de Florent Poussard, 29 novembre 2012

Sur cette photo, nous pouvons voir Brice et Laura, appartenant à deux binômes différents. Brice semble soumettre des suggestions à Laura qui les retranscrit sur le papier. Cette image témoigne de la dimension collective nouvellement acquise dans le processus d’écriture : la communication s’effectue entre les différents groupes, chacun peut devenir force de proposition pour son propre travail et pour le travail des autres. Sur cette même image, Romain, d’ordinaire en binôme avec Brice, est absorbé dans une discussion avec, vraisemblablement, les groupes de Mariane et Lucille, et probablement de Lauriane et Lisa.

 

Premier entretien avec Frédéric El Kaïm
Photo de Capucine Girard, 29 novembre 2012

Nous avons enfin rattrapé notre retard grâce à un entretien avec notre témoin Frédéric El Kaïm, lors du cours de Blandine Schmidt. Le dialogue fut riche, le propos avisé : selon nous, nous avons pu lui poser toutes les questions nécessaires, mais surtout les réponses apportées nous ont permis de bien avancer dans l’écriture de notre création. Nous n’avons pas eu de grosse surprise quant à ses propos, on peut en déduire que nos travaux de recherche préalables ont porté leurs fruits. De plus, Frédéric El Kaïm nous a aiguillé sur une notion qui semblait nous déranger, en l’occurrence le thème de l’aliénation, inadéquat à ses yeux, que l’on a remplacé par celui de la soumission.

Le metteur en scène est assis sur une table. Retrouvant par cette posture l’ascendant du professeur qu’il était il y a quelques années, Frédéric El Kaïm explique et argumente ses intentions et réflexions, terrain intellectuel qu’il s’applique à partager avec nous et dont on peut tirer une forme d’enseignement.

 

De l’utilisation du dictaphone
Photo de Capucine Girard, 29 novembre 2012

Pour notre premier entretien avec le témoin de notre séquence nous avons utilisé un dictaphone afin d’enregistrer la parole du metteur en scène. Cette utilisation nous a semblé judicieuse pour plusieurs raisons :

–       L’utilisation d’un dictaphone nous a permis d’être entièrement avec l’interlocuteur. Cela permet de réduire le temps accordé à la prise de notes et ainsi de se consacrer entièrement à la parole au profit d’un véritable dialogue, où on est plus attentifs, réactifs et favorables à l’échange.

–       La possibilité de créer un lien direct avec l’interlocuteur (c’est à dire sans passer par le papier) permet de le mettre plus en confiance

–       L’enregistrement nous permet de ne pas perdre une miette de la conversation et de la réécouter à loisir. La possibilité de réécouter nous permet de mieux comprendre le sens de certains propos qui nous aurait échappé à la première écoute.

–       Réutiliser des bribes de la conversation comme citations pour alimenter notre séquencier. Ainsi le lecteur se familiarise plus facilement avec notre création.

Le dictaphone de la photographie, celui que nous utilisons, est certes un vieil appareil, mais l’essentiel est qu’il fonctionne : c’est à ses outils qu’on reconnaît le bon ouvrier.

Capucine GIRARD et Florent POUSSARD

_______________

Bibliographie :

– Jean-Pierre LE GOFF : Les illusions du management : Pour le retour du bon sens, La Découverte, col. Poches Essais, 2003

– Bernard DIRIDOLLOU : Manager son équipe au quotidien, Eyrolles, col. Livres Outils, 2007

– ss. dir. Nicolas COMBALBERT : La souffrance au travail : Comment agir sur les risques psycho-sociaux ? Armand Colin, 2010

– Bruno LEFEBRE et Mathieu POIROT : Stress et risques psychosociaux au travail, Elsevier Masson, 2011

– ss. dir. Hubert SEILLAN : Santé Mentale, les risques du travail, Préventique, col. Les Cahiers de Préventique, 2012

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B5, G1] Dialogue et sexalogue

Malice, Chloé (03/12/12)
Malice, Chloé (03/12/12)

Durant ces deux dernières semaines, nous avions à poursuivre l’écriture du scénario de « La Petite Mort » en produisant la continuité dialoguée, c’est-à-dire l’ensemble détaillée de l’action narrative présente à l’image et l’intégralité des dialogues. Ces deux semaines furent à la fois productive et riche en émotions…

Sur cette photo qui sert de UNE, on y voit une Manon heureuse et pleine d’entrain. L’écriture du scénario s’est faite ainsi sous le signe du rire et de la bonne humeur. Malgré quelques disputes, malgré quelques désaccords, nous avons pu nous en sortir avec les honneurs, et toujours grâce à ce petit grain de folie irrationnel qui faisait jaillir les mots de la continuité dialoguée de notre imagination, territoire obscure des pensées chimériques.

Tentative de dialogue, Chloé (03/12/12)

« – Les amies, vous ne devinerez jamais ce qui vient de m’arriver.

– Tu t’es trouvé un petit ami qui sent pas le raifort ?

– Le wasabi…

– Non, c’est trop banal. »

Dans cette image, Gabriel et Manon étaient en train de « jouer» autant que possible les éventuelles répliques des personnages. Cela permet de voir immédiatement si les dialogues fonctionnent, si tout est logique, et surtout, si les répliques des personnages ne sont pas trop banales, mal construites, trop littérale ou encore tout simplement vides de sens.

Scène de travail en groupe, Gabriel (03/12/12)

Pour écrire un bon dialogue en groupe, il faut avoir un bon groupe et, de préférence, en faire partie. Et quand on écrit une continuité dialoguée à dominante humoristique, il faut être totalement tourné vers la plaisanterie. C’est pourquoi lorsque j’ai demandé à mes charmantes collègues de « faire l’amour à la caméra » alors même que nous étions « presque-que-tous-les-trois-mais-pas-tout-à-fait-car-moi-je-prenais-la-photo » assis devant nos feuilles en train de dialoguer, seule Manon a obtempéré. A cet instant précis de la capture, le hasard a voulu que Chloé mâchonne simplement son stylo. En a résulté une photographie à la signification a priori tendancieuse. En réalité, il n’en était rien. Si j’ai parlé d’un bon groupe, c’est parce que les sujets de la photo ont assumé leur image avec humour. Chacun sait qu’à chaque étape, l’état d’esprit est essentiel. Un bon état d’esprit, c’est déjà la naissance d’un bon dialogue.

Mon cousin Scroofy, Manon (03/12/12)

Qu’on soit sain d’esprit ou au contraire de Champagnes-Ardennes, on a tous besoin d’un ami imaginaire qui vous souffle les bonnes répliques. Ici, c’est le bonnet de Manon qui a servi de source d’inspiration durant toute la journée d’écriture. Une simple paire de lunette de myope a servi à le personnifier et à lui donner une aura que j’ai saisie autant que possible. Proche du bas du cadre, il s’agissait d’éviter de voir qu’il n’avait pas de cou. Qu’il a en réalité, c’est certain.

Espionnage artistique, Manon (03/12/12)

Lorsqu’on manque d’inspiration, il est important d’aller la chercher ailleurs que dans son esprit ou dans le cousin Scroofy. Florence et Sarah étaient en train de travailler à leurs dialogues lorsque cette photo a été prise. Il ne faudrait pas dire que nous avons emprunté certaines de leurs idées. En réalité, nous avions fini Mais si nous l’avions voulu, nous aurions pu faire acte d’espionnage, voler quelques idées que nous aurions habilement déguisées. La preuve est que ni Florence ni Sarah ne se sont rendues compte que nous les prenions en photo. Elle l’ignore peut-être encore.

Conseils d’un scénariste professionnel, Gabriel (03/12/12)

L’écriture scénaristique nécessite une rigueur implacable. C’est une affaire de logique. Un bon dialogue, c’est lorsque tous les personnages ont raison. Tout cela ne se devine pas. La présence de Jean-Pierre Ronssin, scénariste professionnel, nous a permis de prendre conscience de l’ampleur du processus d’écriture et de ses enjeux dans l’œuvre à réaliser.

On voit sur cette photo Barbara et Juliette, membre du groupe 3 en pleine discussion. Il s’agit d’une photo prise sur le vif, très discrètement et à l’insu de tous. Si cette photo a été choisie, c’est parce qu’il nous fallait dire un mot sur J.P Ronssin dont les conseils nous ont été décisifs. On pourrait même parler de proposition. Alors que nous bloquions sur la fin de notre continuité dialoguée, lors de notre entretien avec lui et en l’espace de dix minutes à peine, il nous a orientés sur une piste logique, intéressante et amusante. L’Expérience.

Chloé Hernandez, Manon Harsigny et Gabriel Feuvrier

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B5, G8] Ôde à la création ou pensée rétrospective

« On ne peut pas attendre que l’inspiration vienne. Il faut courir après avec une massue. » [Jack London]1

C’est à partir de cette citation que notre réflexion s’étend. Après avoir rendu notre dossier de production du webdocumentaire, nous pouvons réfléchir à ce qu’est la création, car c’est au moment où nous nous “dépossédons” de notre travail que nous réussissons à avoir un regard plus objectif sur celui-ci.

Lisa D. (22/04/2009)

Après avoir été plongées dans la création, nous nous sentons comme entourées par d’immenses bambous que nous n’avons même pas vu pousser. Nous relevons la tête, et la lumière du ciel nous insuffle une pensée optimiste. Celle-ci nous redonne de l’élan et de l’énergie, nous permettant d’élargir notre raisonnement et de nous ouvrir sur la création. Celle-ci demande des efforts. Être partout à la fois, entendre tout, voir tout. Nous devons être des poètes-créateur comme Rimbaud les voulait, et enfin Voir2, être omniscient de ce qui nous entoure. Créer, c’est observer, remarquer, penser, écrire, réaliser, mais c’est surtout Voir. Tels des disciples de la théorie rimbaldienne, il nous faut devenir Voyant pour enfin observer l’invisible dans le visible, voir la poésie du monde dans toute chose, même dans les gestes les plus quotidiens. Nous devons toujours être à l’affût. Il faut faire des efforts et lutter contre les idées préconçues. Nous devons provoquer les situations, les rencontres afin d’enrichir nos écrits et nos images.

 

Mariane Ponsy (29/11/2012)

Lors de notre rencontre avec Frédéric El Kaïm en octobre 2012, nous lui avions demandé s’il était disponible en novembre pour une autre entrevue. Il avait très peu de possibilités. Nous avons donc dû nous arranger pour être à sa disposition pour faire en sorte d’avancer sur notre projet. Nous avons donc décidé d’arranger une rencontre grâce à Blandine Schmidt en cours. Ainsi, nous avons eu à nouveau l’occasion de parler avec le metteur en scène et d’avoir de nouveaux éléments très intéressants pour notre thématique. À cette occasion, nous avons demandé à Mariane Ponsy de nous prendre en photo avec Frédéric El Kaïm lors de notre discussion. Attentives, nous écoutions ses explications. Démonstratif, le metteur en scène a une gestuelle vive, ce qui donne tout le mouvement à la photo. Si nous avions réglé autrement l’appareil photo, nous aurions eu un geste net. Mais ce n’est pas l’effet que nous recherchions. Le temps d’obturation est inférieur à la vitesse du geste de Frédéric El Kaïm, ce qui permet ce flou de bouger. Il parle vite et abondamment. Ceci fait alors écho au fait que nous n’avions pas beaucoup de temps pour aborder de nombreux points de notre sujet avec lui puisqu’il devait s’entretenir avec les autres groupes.

Lauriane Paganon (06/12/2012)

La création demande de l’énergie et du temps. C’est celui-ci qui manque bien souvent mais que nous devons apprendre à gérer. Ainsi, lorsque le temps fait son oeuvre, c’est l’idée elle-même qui devient oeuvre. Lorsque nous sommes concentrées sur notre projet, nous avons tendance à perdre la notion du temps. Nous nous enfermons dans une bulle où le temps n’a plus d’emprise. Mais après une énième digression autour de notre thème, nous relevons la tête et nous découvrons avec stupéfaction que le temps a défilé avec une vitesse folle. D’abord sereines, nous sommes dans l’illusion de la lenteur du temps qui s’écoule. Nous pensons progresser assez rapidement mais finalement, nous nous retrouvons dans le stress dû au délai qui nous est imparti pour finaliser notre projet. Cependant, si aucune date limite ne nous était imposée, nous avancerions sans doute moins concrètement. Nous serions tentées de continuer à imaginer quelles pourraient être nos intentions et comment nous pourrions les mettre en forme, au lieu de prendre vraiment des décisions.

Lauriane Paganon (07/12/2012)

Courir après le temps, courir après les gens. Lorsque l’on court pour rattraper le tramway, on est dans une course contre la montre. Mais c’est aussi un lieu rempli de gens, un lieu public où l’on peut rencontrer des personnes faisant avancer notre création. Le jour, la nuit, c’est une affaire de chaque instant. Nous avons été patientes et nous avons Vu. C’est à partir de ces observations que nous avons écrit et pensé notre séquence documentaire. La création, c’est être immobile et aller en avant. C’est une mise en marche où il peut arriver de piétiner et de courir, pour enfin virevolter au gré du vent. On se laisse bercer par ce vent, parfois bourrasque, parfois ouragan, qui nous transporte en d’autres lieux, en d’autres temps, vers d’autres gens.

Lorsque l’on crée, on est comme des jardiniers, des botanistes qui pensent, sèment, cultivent. Une création est comme un jardin de fleurs où chaque espèce est une idée qui a émergé de terre (de l’esprit) et qui a fleuri. Une fleur est une idée qui s’épanouit.

Montage: Lisa D. (07/12/2012)

Notre rôle, alors, est de préserver, cultiver et protéger ces idées, puis les agencer de telle sorte que chacune complète sa voisine dans une harmonie visuelle et temporelle parfaite. Tout comme le jardinier, nous sélectionnons, trions les bonnes plantes et fleurs des mauvaises herbes. Cette étape de défrichage est nécessaire pour enrichir le terrain et favoriser la pousse. Ainsi, les fleurs/idées peuvent fleurir sans risque d’être parasiter ou étouffer par des plantes inutiles. La création est vivante, magique, majestueuse mais souvent éphémère. Elle a besoin de temps pour naître et fleurir. Ceci dit, elle a toujours son reflet quelque part. Le jardin de fleurs se retrouve dans son contraire qu’est la nuit étoilée.

En choisissant un titre, nous avons mis un point final à la conception théorique. Il ne reste plus que la réalisation. “Taire ou écrire, il faut choisir!”3. Comme le dit Sartre4, tout est histoire de choix. Même lorsque nous ne voulons pas choisir entre deux choses, nous faisons le choix de ne pas choisir. Le nôtre a été de concevoir une rose, une belle fleur noble mais pleine d’épines. Ces dernières sont elles agressives ou défensives ? Faut-il les enlever avant d’offrir cette fleur ? Ce sont les questions que nous nous sommes posées. La censure, les éléments tabous des Nouveaux Barbares sont comme les épines d’une rose. La pièce est semblable à cette fleur, où les propos abordés ou les conditions de l’écriture sont ses épines. Ce sont des éléments piquants mais indissociables d’elle. C’est ce qui rend la création aussi fragile. C’est pourquoi nous avons choisi de ne pas taire certains éléments.

Lisa D. (05/12/2012)

Ainsi, lorsque la création passe par beaucoup de phases dont celle de doute, c’est énormément de questions, d’efforts et de temps. Sommes-nous parties dans la bonne direction ? Doit-on persévérer dans cette voie ? Ces questions sont noyées dans un océan d’autres questions. Elles font partie d’un grand bloc que l’on pourrait désigner comme la phase de réflexion. Mais ceci est malheureusement la partie immergée de l’iceberg. On ne voit que le résultat. Cependant, lorsque l’on arrive à faire coïncider tous les critères, on arrive à un résultat qui nous satisfait, voire dont on est fier. C’est donc d’autant plus intéressant de montrer la conception d’une oeuvre. Or, celle-ci résulte d’une compilation de recherches et de questionnements dont témoigne cette photographie. Par ailleurs, le cadrage serré de cette dernière entrave la lecture des titres de ces ouvrages. Cela est voulu car l’objectif n’est pas d’attirer l’attention spécifiquement sur les ouvrages que nous avons lu, mais plutôt, de témoigner de nos recherches et de leurs diversités, du plus pragmatique au plus académique. Ceci étant, nous espérons toujours que ce qui ressortira du chapeau ne sera pas un pissenlit fané, mais une belle rose.

Lisa D. – Lauriane Paganon

1. Cite in http://www.evene.fr/citation/peut-attendre-inspiration-vienne-faut-courir-massue-39935.php (dernière consultation : 15/12/2012)
2. RIMBAUD Arthur, Les Illuminations, 1872-1875.
3. Titre de notre séquence webdocumentaire.
4. SARTRE Jean-Paul, L’Existentialisme est un humanisme, 1945. 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website