[B2, G6] Deux points de vue, mais un seul texte

Alors que nous essuyons à l’antiseptique les bosses et bleus dont souffrent nos méninges suite à un virulent pugilat cognitif, nous vient à l’esprit l’idée de construire ce billet de la façon suivante : commencer par le résultat de notre pugilat, à savoir la première version de note d’intention commune pour notre web-documentaire, puis présenter étapes par étapes le processus que l’on a mis progressivement en place, les obstacles rencontrés et plus ou moins franchis. Cette épouvantable idée de pastiche d’écriture lovecraftienne nous apparaît comme une illumination soudaine, tandis que mes doigts fusent provisoirement sur le clavier AZERTY et que ma consœur me ressert une tasse de son grog maison non-alcoolisé parfum miel / citron. Ecrire en commençant par la fin, faire comprendre par petites touches la lente élucubration qui amène à la situation présentée dès le début : la naissance d’une note d’intention.

Ce pourrait être un courant électrique entre les deux bornes d’une pile, qui fuse en permanence, mais dont la polarité des bornes s’inverserait sans arrêt, de sorte que le courant effectue des allers-retours, se voyant greffer des éléments supplémentaires à chaque passage. Notre thème : Aliénation et souffrance au travail. Nous nous retrouvons donc réellement confrontés à la question de l’écriture à deux avec cet exercice de la note d’intention. Nous devons donc écrire une note d’intention, donc un texte qui demande un investissement personnel, mais à deux. Difficulté qui relève de l’antilogie : écrire à deux mains un texte qui est censé contenir un point de vue et une intention personnels. Le résultat, d’ailleurs, n’est pas vraiment probant, mais qu’importe, on peut toujours réécrire. L’essentiel était de parvenir tant bien que mal à s’accorder… et quoi ? Vous seriez intéressé par la lecture de cette fameuse note d’intention dont on ne fait que parler depuis tout à l’heure ? Non, non, on ne la montrera pas, d’abord parce que le billet serait beaucoup trop long, en suite parce qu’elle est encore bien trop inachevée… ce qui laisse présager d’autres pugilats cognitifs.

deux points de vue, une seule note d’intention… conflit?
[by Flo]

Bon, tout de même, on va bien écrire quelque chose. Avant de rédiger le un à deux, et vu qu’on n’arrivait vraiment pas à se mettre d’accord (B8, porte-avions coulé ! D’accord, j’achète la rue de la Paix. Brelan de dames ? Très bien, ma tour mange ton fou), on a convenu de rédiger au préalable une note d’intention chacun, afin de coucher par écrit nos idées respectives et d’avoir ainsi un support pour débattre plus efficacement. Retranscrivons donc un extrait de ces notes individuelles – par souci de lisibilité du billet nous avons employé un code couleur pathétiquement stéréotypé : du rouge pour Capucine, du bleu pour Florent.

NOTE D’INTENTION DE CAPUCINE

Pourquoi, finalement ce thème de l’aliénation pour ce web documentaire sur le travail ?

Ayant moi-même souvent travaillé durant mes études, je peux dire que le cadre des « contrats étudiants » est un cadre parfait pour l’abus. Nous consentons directement à ce principe: « je n’ai pas le choix, c’est un boulot d’appoint, je ne ferai pas ma vie ici, j’ai déjà de la chance d’avoir ce boulot. » Si je fais la moindre erreur, si je me plains, si je demande, si je m’exprime, alors ils disent facilement et ouvertement « d’autres sont prêt à prendre votre place. » C’est le chantage. C’est maintenant que le « patron » peut mettre en place et obtenir de nous ce qu’il veut. Nous pouvons commencer la liste : je me fais gronder comme une enfant, humilier devant un client, épier par les caméras de surveillance, je travaille souvent sans savoir pourquoi ou pire encore contre mes convictions, rien n’a de sens et quand je questionne, je passe pour quelqu’un d’ingérable avec qui on ne peut continuer de travailler. Heures supplémentaires non payées, sur-utilisation des avertissements pour un oui ou pour un non, sélection subjective, délit de faciès. Et lorsqu’un dirigeant arrive à monter ses salariés les uns contre les autres, il a gagné beaucoup : rupture de la confiance, de la connivence, du dialogue entre les salariés, tout le monde se méfie. Il y a aussi le harcèlement managérial. La pression des patrons sur les managers, ces derniers étant aussi salariés : appels en plein milieu de la nuit pour rendre des comptes, pourquoi tel salarié a fait telle erreur ? Il y a alors dénonciation de ses collègues puisque lui aussi vit la même pression que nous, il doit garder son travail. Sous-effectif : un salarié se retrouve à faire le travail de plusieurs. Ou sur-effectif à l’embauche pour pouvoir garder les meilleurs ou les plus soumis. A partir du moment où j’ai senti que le sort était jeté et qu’il voulait se débarrasser de moi, il se passe ceci : on isole, on humilie, on ignore, on donne du travail inutile, des objectifs irréalisables ou encore dégradants. Cela dépend des jours. Je détecte un jeu : comment va-elle réagir si j’agis comme ça ou comme ça ? Il prend plaisir. Une réalité. Ah oui, un détail, je travaille dans la grande distribution pour payer mes études. 

Dessin issu des manifestations de mai 68 (2)

NOTE D’INTENTION DE FLORENT

La première question que je me suis posé, c’est : ai-je moi-même déjà vécu une expérience de souffrance au travail ? Je passerai le thème de l’école, où selon moi les « bons » élèves sont plus marginalisés que les « mauvais » par le système de compétition (l’ostracisme de la part de la classe dominante, celle des adultes, est moins frustrant que celui venant des autres élèves, la classe à laquelle on appartient). Bon, mais en dehors du système scolaire, que ce soit dans des travaux agricoles ou sur des tournages, j’ai toujours eu aussi bien des patrons aussi bien excellents qu’exécrables. Exécrables, mais cependant réglementaires : on pouvait me crier dessus parce que j’étais incompétent, néanmoins je n’étais pas exploité, parce qu’on ne m’a rien demandé qui ne soit pas conforme au contrat, c’est-à-dire des heures supplémentaires non payées en masse, des tâches inexpliquées voire irréalisables. Pour avoir fréquenté le milieu ouvrier, nous étions tous d’accord sur la pénibilité du travail, néanmoins tant qu’on est payé conformément aux heures travaillées et sans stress inutile, on ne se plaint pas de notre sort, d’autant plus qu’il y a la satisfaction de se servir de son corps comme d’un outil de travail : fierté musculaire. En régie sur des tournages, mieux vaut en revanche ne pas compter les heures supplémentaires non payées pour éviter de déprimer, et accepter de se voir confier des missions improbables apportant un maximum de pression. Expérience par conséquent difficile, mais c’est un métier dans lequel on sait à l’avance que l’on va subir de multiples imprévus, condition que l’on accepte implicitement en signant le contrat.

Pour des cas d’un salarié en grande entreprise, en revanche, c’est différent (sans l’avoir directement vécu, j’en ai eu divers témoignages). Souvent ce sont des contrats qui promettent l’épanouissement, et la réalité est l’exacte opposée : heures supplémentaires non payées, tâches ingrates injustifiées, surdité apparente du management… le salarié se sent progressivement isolé, incompris, acculé. Il y a aliénation dans la mesure où l’employé n’a plus aucune motivation à travailler sinon la paie, ne sait plus pourquoi il travaille, est stressé en permanence, craint d’être mis à l’écart puis éjecté du système, sans recours. « Lâcheté, indigence, manque de responsabilité managériale » ainsi que le rapporte la lettre ouverte écrite en 2009 par Rémy L. (3) à la direction de France Télécom, entreprise pour laquelle il travaillait avant d’avoir recours au suicide. Le sentiment dominant selon ses propres mots : « ferme ta gueule et écrase. »

Une seule fois je dirais j’ai connu une véritable frustration au travail. J’étais régisseur / chauffeur de production sur une série jeunesse, et les acteurs principaux – enfants de la balle, plus jeunes que moi – avaient compris que j’aspirais à devenir comédien. Lorsque des tensions apparurent entre le réalisateur (avec qui ils étaient amis) et la production (dont j’étais proche), ils se firent un malin plaisir de m’humilier en m’envoyant à la figure que eux étaient les acteurs auxquels on ferait honneur, et moi pas, simple anonyme réduit à un rôle de serviteur. Intérieurement j’enrageais, mais sur le moment que pouvais-je dire ? Il n’y a rien de plus blessant que la vérité, et ils avaient raison. Pourtant c’est injuste : ils n’étaient pas là parce qu’ils avaient travaillé pour y être, mais parce que leurs parents les avaient introduits dans le réseau dès leur plus jeune âge. Injustice est mère de souffrance, et il est pour moi important d’évoquer les frustrations liées au piston des autres (pour des liens de sang ou d’oreiller, soit rien de professionnel), histoire de ne pas trop me sentir embourbé dans le « ferme ta gueule et écrase. »

* * *

Nous avions pu avec l’écriture du premier billet nous rendre compte de quelle façon nos textes communs prenaient vie. Nous décidons alors d’enregistrer notre discussion afin d’observer comment le dialogue peut donner naissance à un texte commun, et de conserver un support d’idées qui, à la deuxième écoute, nous permet de sélectionner les idées les plus cohérentes. Il était intéressant de constater que, alors que nos premières discussion étaient passablement virulentes, après avoir pris la décision de chacun rédiger une note d’intention individuelle et la confronter à celle de l’autre, le débat était beaucoup plus fluide, car on avait un support sur lequel s’appuyer et la confirmation écrite que, en fin de compte, nous avons plusieurs idées en commun.

Nous pouvons également constater, par rapport au premier billet où nous avions évoqués nos principaux traits de caractères, nos divergences et notre compatibilité, que si bons nombres de points sont conformes à ce que nous avions énoncé, il y a cependant des évolutions : Florent qui dans le premier billet se caractérisait par sa tendance à se laisser marcher sur les pieds, se montre au contraire combatif. Il tient à faire entendre sa voix — possibilité cependant qu’il n’exploite à fond que parce qu’il se sent en confiance avec Capucine, toujours réceptive, curieuse et tolérante. Néanmoins sa tendance comme il le disait à la fainéantise occasionnelle persiste, liée à un sentiment passager de « à quoi bon », issu d’un côté lunatique. Capucine l’encourage (souvent en employant la provocation) aux lectures personnelles à vocation thérapeutique, et de fait la découverte d’oeuvres de Dolto participe à ces sautes d’humeur, de même que la lecture de Lolita de Nabokov qui secoue un peu. Il est important de souligner que Capucine se montre patiente et compréhensive envers son bouillonnant collègue. De son côté Florent tend à canaliser les idées parfois embrouillées de Capucine et la pousse à mieux développer ses idées de façon cohérente et lisible, et il constate que les progrès se font petit à petit.

et donc, pour finir, on a pu écrire en bonne coopération, hache de guerre enterrée!
[by Flo]
Capucine Girard & Florent Poussard

___________________________________________________

1. Définition CNRTL aliénation : http://www.cnrtl.fr/definition/alienation

2. Source image mai 68 : http://forum.hardware.fr/hfr/Discussions/politique/autogestion-pratique-phalansteres-sujet_87775_1.htm

3. Lettre de Rémy L. à France Télécom : http://psychotherapeute.wordpress.com/2011/04/28/stress-au-travail-voici-la-lettre-requisitoire-de-remy-l-lemploye-de-france-telecom-qui-sest-suicide-ce-mardi/, la lettre est visible ici : http://www.mediapart.fr/files/lettreouverte.pdf (citation : page 6)

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B2, G3] Caractérisation des personnages

Nous voilà déjà arrivées au deuxième billet, et l’évolution de notre groupe est dès à présent palpable. L’organisation de notre travail s’est faite naturellement, en fonction de l’emploi du temps et des envies de chacune. Nous en sommes aux prémices de la réflexion autour de l’écriture du scénario et nous estimons que l’important est tout d’abord de caractériser les personnages et de mener une réflexion sur le contexte dans lequel ils vont évoluer.

Pour cette deuxième session nous nous sommes réparties les tâches. Sarah était chargée de réfléchir à la façon de caractériser les personnages tandis que Barbara devait aller à la rencontre des étudiants de deuxième année du master CPI afin de faire le point sur leur propre caractérisation des personnages. Enfin, Juliette étant la seule à avoir assisté au cours de Movie Storm, elle devait établir un rapport sur les contraintes apportées par l’utilisation du logiciel.

Sarah Vasseur :

Pensées sans continuité sur le thème de la création des personnages au sein de notre groupe…

Si je suis à priori d’accord pour un fonctionnement dit démocratique, c’est parce que je pense qu’il laissera naturellement place à un autre système, plus « hiérarchisé », au sein duquel chacune aura une fonction différente. Je ne crois pas en un système totalement égalitaire entre les membres d’un groupe, et la démocratie me semble utopique dans tous les cas de figures : « Nous ne sommes pas tous égaux, et nous ne sommes pas tous traités de la même façon, et ceux qui ne l’acceptent pas meurent… » Hugh Laurie dans Dr House, Saison 2. Tout le monde ne peut pas faire les mêmes choses dans la même proportion, mais chacune doit apporter en fonction de ses propres capacités, avec ses propres limites, et c’est précisément cela qui est intéressant. Pouvoir observer la façon dont chacune va contribuer au processus créatif, et la manière dont nous allons nous relayer pour les différentes tâches, fonctions, etc. Je me demande cependant s’il ne peut pas se créer une scission au sein du groupe, entre les autres et moi, du simple fait que Barbara et Juliette se connaissent déjà depuis longtemps et qu’elles vivent ensemble en colocation. L’expérience nous le dira…

On nous demande, quoi qu’il en soit, de caractériser des personnages afin de commencer à penser notre scénario, et déjà, nous nous confrontons au problème suivant : beaucoup ne veulent pas, ou ont cette peur, de produire des clichés. Paradoxe effrayant, il me semble, puisque, au théâtre comme au cinéma, les traits des personnages sont souvent exagérés, voire caricaturés. Nous faisons des études dans le cinéma et nous n’osons pas le cliché ! Faut-il tomber dans une espèce de réaction sociale systématique qui rendrait fade toute représentation ? Alors nous allons confirmer le cliché de l’étudiant en cinéma gauchiste et réactionnaire ? Certainement que les « clichés » sont souvent nécessaires, qu’ils soient plus ou moins forts, ils prennent leur place ne serait-ce que dans les prémisses de la création d’un personnage. Il est possible d’observer cela, et notamment dans les pièces de Molière, – car c’est particulièrement présent dans le registre comique- , et cela même chez les humoristes contemporains. Dans l’Avare, ou dans le Misanthrope, nous voyons bien que les caractéristiques des personnages tournent à l’extrême, et nous savons que tous les avares n’ont pas tous le caractère aussi trempé que Harpagon. Et il en va de même dans des spectacles plus contemporains comme ceux de Gad Elmaleh (le blond, le mec bourré…). Là encore, je crois qu’il ne faut pas confondre un idéal de non jugement, d’égalité sociale, et refuser ce qui prend parfois sa place dans l’image, dans le jeu d’acteur, et dans la représentation de manière générale.

Représentation, beau mot que voilà ! Mais qu’est-ce que cela implique ? Dans ce mot,  « représentation », intrinsèquement, de par l’étymologie, se trouve la notion du « présenter devant », mettre sous les yeux. Cela signifie rendre ce qui est absent dans le présent. Et caractériser un personnage, est-ce autre chose que de mettre au devant du spectateur le caractère de celui-ci ? Qui plus est, quand celui-ci doit être présenté dans un délai très court qu’est celui du cinéma ou du théâtre, où l’espace/temps est compressé… Et pour cela, ne faut-il pas, afin de faire comprendre au spectateur de quoi il en retourne, avoir un certain point de vue qui force la caricature ? Le terme approprié serait effectivement plutôt celui de caricature que de cliché, puisqu’un cliché se définit comme une image ou un terme répété, de telle façon qu’il devient banal, voire automatique.

« Le monde est ma représentation. — Cette proposition est une vérité pour tout être vivant et pensant », Le Monde comme volonté et comme représentation § 1, Schopenhauer. Il n’y a pas de représentation sans sujet qui émet celle-ci et sans objet qui est connu par elle, sujet qui appréhende le monde avant tout comme sa représentation. Et si les représentations peuvent aussi relever de l’inconscient collectif, (pour cela nous pouvons rejoindre la définition donnée par Jung : « Terme générique de l’œuvre de C. G. Jung, l’inconscient collectif est employé pour décrire toutes sortes de phénomènes et d’images ramenés à la conscience, mais qui n’appartiennent pas à son expérience propre. Il est composé de toutes les expériences humaines depuis l’aube des temps. »,  http://www.psychologies.com/Dico-Psycho/Inconscient-collectif), alors elles ont d’autant plus d’impact.

Nous devons caractériser des personnages… Dans l’Antiquité, les personnages du théâtre grec n’étaient parfois que des masques, mais aujourd’hui, dans le monde contemporain, on nous demande de tomber les masques et de décrire précisément, dans le détail – puisque c’est cela même la définition de « caractériser »- quels sont les aspects qui définissent les personnages auxquels nous voulons donner vie. Nous sommes 12 étudiants, et il faut que nous puissions tous nous accorder  afin de donner un ensemble unifié et cohérent au sein des toutes les représentations singulières.

Il me semble donc que, pour cela, il ne faut pas craindre, dans un premier temps, de dresser des portraits grossiers, caricaturaux, qui s’affineront ensuite à mesure que nous penserons le scénario. De plus, les observations effectuées pourront contribuer à enrichir ces mêmes personnages, qui vont se façonner au cours de toute l’année scolaire à venir…

Barbara Lancia :

Grâce au visionnage des différents épisodes de la série Profession Etudiant, nous avons pu nous faire une idée du caractère et de l’histoire personnelle des quatre protagonistes. Cependant, afin d’avoir une vision plus claire des personnages et de la manière dont ils ont été envisagés dans les saisons précédentes, il m’a paru important de rencontrer les étudiants de seconde année du Master CPI et de recueillir leur point de vue sur chaque personnage. Malgré des opinions quelque peu divergentes d’un étudiant à l’autre, voici ce qui a pu être retenu :

Maélie, 21 ans, est étudiante en Master 1 de la filière InfoCom. Elle est bordelaise et fille de libraire. Très intéressée par l’informatique, elle  aime tester tout type de logiciels. Des quatre personnages de la série, Maëlie est surement la moins déjantée. Plutôt obstinée et parfois culottée,  la jeune fille ne se laisse pas faire. De nature optimiste, elle soutient Ayaka dans ses projets, enfin, elle materne et recadre Nicolaï, parfois trop insouciant.

Ayaka, 25 ans, suit un Master 2 en Arts Plastiques et possède une double licence Littérature et Français. D’origine japonaise, elle a appris le français dans les livres et s’exprime dans un langage plutôt soutenu. Ayaka est la demi-sœur de Vincent. Elle peut être défaitiste car elle manque de confiance en elle. Elle comprend mal le second degré et n’aime pas qu’on se moque d’elle. Cependant, Ayaka s’investit beaucoup dans ses projets quand elle se sent en confiance. Elle possède un humour particulier, souvent pince sans rire.

Nicolaï a 22 ans. Étudiant en théâtre, il se fait appeler Nicolaï au lieu de Nicolas, par coquetterie. Il fait partie des « Green Pitres », une association écologique. De tempérament frivole, il a du mal à concilier ses études avec son emploi de barman. Il fait des blagues qui ne sont pas toujours drôles et fuit les conflits. Enfin et surtout, il aime la vodka !

Vincent, 26 ans, prépare une thèse de philosophie. Plutôt intellectuel, il déteste l’échec et essaie de trouver une solution à tout. Faisant figure d’expert, il aide les trois autres personnages. Vincent est très éparpillé et cumule les conquêtes féminines.

Ces informations pourront servir de base à la conception de nos scénarios. Cependant, il sera certainement nécessaire d’étoffer cette caractérisation et d’en proposer une évolution ; ce fut l’objectif du dernier cours de M. Jean-Pierre Ronsain.

On peut, par exemple, imaginer que Maélie, qui est rousse, ait des origines anglaises. De plus, étant bordelaise, elle pourrait utiliser régulièrement le terme « gavé ». En raison de son goût pour l’informatique, on peut l’imaginer très ordonnée, naturelle et simple. Elle pourrait préférer la compagnie des garçons à celle des filles, puisqu’ils partagent les mêmes centres d’intérêts. De plus, on peut penser que Nicolaï ait un problème d’identité puisqu’il a souhaité modifier son prénom. Amateur de théâtre, on peut supposer qu’il soit en représentation permanente et qu’il ne se dévoile jamais réellement tel qu’il est. Ayaka, quant à elle, pourrait refléter les traits de la culture japonaise. On peut la penser très appliquée, soumise à l’autorité et sensible aux critiques. Elle pourrait avoir tendance à se soumettre au groupe et à s’oublier en tant qu’individu. Enfin, on peut imaginer que Vincent, de par ses études et son comportement de séducteur, soit plus à l’aise dans le discours que dans le relationnel.

Voilà les quelques pistes qui pourront être approfondies pour la nouvelle caractérisation des personnages. Bien sûr, toutes les caractéristiques des personnages devront être précisément définies avant d’aborder l’écriture du scénario.

Juliette Chanson :

Lors de l’écriture d’un scénario il faut bien sûr penser aux contraintes. On doit respecter le caractère des personnages, faire en fonction des décors, des moyens qu’on a pour réaliser le film…  Un des facteurs qui nous a donc paru primordial, c’est le logiciel avec lequel nous réaliserons notre épisode.

En effet, les saisons précédentes étaient produites avec des acteurs pour la première saison, puis des marionnettes. Cette année nous avons pour consigne de concevoir une série en 3D en utilisant le logiciel Movie Storm.

Nous avons appréhendé en cours le logiciel, en apprenant à découvrir ses fonctions et donc ses contraintes. Durant toute l’écriture il faudra qu’on ait à l’esprit que nous ne dirigerons pas des acteurs, mais nous aurons un décor, des personnages et des interactions visuels.

Cela peut représenter à la fois des inconvénients et des avantages, mais nous avons un cadre à respecter ce qui peut aussi nous faire avancer plus facilement.

Le fait que le décor ne soit pas réel peut nous permettre de laisser courir notre imagination, nous n’avons pas de problèmes de moyens financiers ou matériels. Au niveau du temps, nous avons aussi un avantage, qu’on veuille que la scène se passe de jour ou de nuit, qu’il fasse beau ou non, nous évitons les contraintes d’un tournage.

Au niveau des expressions et interactions des personnages, par contre, il faudra bien accentuer les mouvements car ils sont forcément moins voyants en animation – du moins, dans l’animation qu’apporte Movie Storm. Dans l’écriture, il faudra qu’on réfléchisse à apporter des indices dans les paroles ou le comportement des personnages, on ne peut pas compter que sur une expression du visage par exemple. Nous pensons devoir faire dans l’exagération afin de rendre les expressions voulues.

Comme nous commençons à réfléchir à l’écriture de notre épisode, nous ferons une liste des contraintes apportées par le logiciel, avantages et inconvénients, afin d’obtenir un scénario en accord avec la réalisation.

Cette photographie illustre le modèle selon lequel nous devrons rédiger notre scénario. 

Pour ce billet, chacune s’est approprié sa partie sans interférence avec les autres. En effet, nous pensons qu’il est intéressant d’aborder chaque billet d’une façon différente, en fonction du sujet, du contexte et de la façon dont nous avons envie de travailler.

Nous avons donc donné nos avis, même si certains étaient divergents, et tenté d’enrichir ce billet avec nos connaissances respectives. C’est une nouvelle approche que nous nous autoriserons parfois et qui nous permet d’avancer différemment.

Pour ce thème qu’est celui de la caractérisation des personnages, nous retenons différentes choses : tout d’abord, le fait que nous devons prendre en compte le cadre particulier dans lequel vont évoluer nos personnages, le logiciel utilisé possédant des caractéristiques et des fonctionnalités spécifiques. En effet, si cela peut faciliter certaines manœuvres, cela impose aussi d’autres règles que nous approfondirons avec la pratique du logiciel.

Les personnages étant esquissés, il nous appartiendra d’oser aller plus loin dans la caractérisation en ajoutant de nombreux détails qui ne pourront qu’apporter sens et crédibilité à notre scénario.

Crédits photo :

Photo à la une : Masks with theatre concept, de Elnur Amikishiyev

Les masques de théâtre font référence à la caractérisation des personnages. Il sont la représentation de ce que l’on voit des personnages et des clichés qu’ils peuvent renvoyer. Mais l’on ne peut qu’imaginer ce qui se trouve réellement derrière.

Photo dans le corps du texte : Photographie personnelle

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B2, G7] Mise en lumière

C’est parti, le top départ du web documentaire a été donné ! Pour que vous compreniez bien de quoi il s’agit, commençons par vous expliquer l’essence même du projet. Frederic El Kaim est un metteur en scène bordelais. Il a à son actif plusieurs pièces de théâtre, dont certaines ont connu un certain succès. Son dernier projet, tout particulier, traite d’un sujet très polémique et s’inscrit dans l’actualité. Sa pièce s’appelle « Les Nouveaux Barbares » et met en lumière les relations houleuses et les malaises au travail. Il nous a donc été demandé de suivre l’équipe d’acteurs et techniciens sur la préparation de cette pièce qui devra être présentée courant avril 2013. A nous de réaliser un web documentaire autour de ce projet.

Des contraintes, dans toute entreprise collective, il y en a forcément. C »est bien une chose que nous avons compris dans ce projet. Pourtant, nous pensions être libres de nos choix sur la totalité de la réalisation. C’est finalement, avec un peu de déception, il faut le reconnaître, qu’il nous a été imposé un certain nombre de paramètres. Ce n’est pas tant dans le fond, mais bien sur la forme et les moyens mis en place qui nous semblaient trop limitées et nous ne donnaient pas entière satisfaction… Nous faisons référence, notamment, à l’utilisation d’images fixes et de sons pour illustrer les interventions de nos témoins. Ces derniers seront les personnes que nous allons interroger, faisant partie intégrante du projet théâtral. En effet, venant tout deux de l’univers de la vidéo, nous pensons beaucoup plus en terme d’images animées et nous ne sommes pas forcément férus de diaporamas photos sur fonds sonores. On trouvait effectivement que la vidéo méritait une plus grande place dans le web documentaire. Soit, la déception digérée, nous nous sommes penchés sur les différents web documentaires que l’on peut trouver sur Internet. Ce format, nous le connaissons déjà tout les deux pour nous y être intéressé à titre personnel.

Un premier point frappant, lorsque l’on regarde ces web-documentaires, réside dans leur originalité, notamment dans la forme employée. Chacun semble unique, indépendant, où l’interactivité avec l’internaute est primordiale, ou du moins fait partie intégrante du concept. Il nous semblait alors compliqué, rien qu’avec du son, de tenir en haleine le spectateur, qui a tendance à zapper rapidement les programmes qui ne l’intéressent pas. Nous avons très vite changé de point de vue en prenant soin de regarder, sur le site internet du Monde, le web-documentaire « Le corps incarcéré« , suggéré par notre équipe pédagogique. Un web-documentaire poignant, bouleversant, qui, par de simples témoignages sonores et l’utilisation à bon escient d’images fixes, nous accroche jusqu’au bout, sans qu’on s’aperçoive que les 20 minutes du documentaire sont écoulées… C’est véritablement à ce moment précis, par la force que dégageait ce documentaire, que nous avons réalisé l’essence même du projet et sa véritable valeur. Il nous est alors apparu évident qu’il fallait prendre modèle sur ce documentaire en essayant au maximum d’utiliser des images qui parlent d’elles-même et qui auront autant de signification que si elles étaient animées.

Pour notre web-documentaire sur le théâtre et le travail, nous avons décidé d’élargir le thème aux professions de l’ombre, ceux que l’on ne voit pas sur scène mais qui permettent au spectacle de voir le jour. Par ce sujet, nous entendons faire comprendre que le jeu des acteurs ne suffit pas à lui seul pour la réussite d’un projet. C’est par un travail en étroite collaboration entre artistes et techniciens que réside la réussite de celui-ci, qui se veut être collectif. Il nous semblait alors intéressant de se focaliser sur un métier en particulier, celui de l’éclairagiste. Quelle est véritablement sa fonction ? Est-elle indispensable ? Naturellement, nous avons voulu faire le rapprochement avec le domaine du cinéma et son directeur photo. Ont-ils les mêmes fonctions ? Un éclairagiste au théâtre peut-il devenir directeur photo sur un tournage cinématographique professionnel ? Autant de questions qui nous semblent intéressant de traiter pour connaître les rouages d’un métier qui, paradoxalement, n’est pas assez mis en lumière…

Romain Gallon et Brice G.

Photo par Brice Gouronnec pour SURF FM Magazine, Aout 2010, Éclairagiste en action pendant le festival des Vieilles Charrues 2010.

Photo à la une : Le feu tricolore permet à l’automobiliste de circuler. L’éclairagiste de théâtre est assez similaire, il montre la voie, fixe des règles, donne la parole aux acteurs. Photo de masochismtango sur Flickr

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B2, G8] Aller à l’essentiel

Notre travail concernant la pièce de théâtre de Frédéric El Kaim commence à prendre une tournure plus concrète. En effet, après avoir établi l’ensemble des thèmes qui pourraient se rapporter à la conception de cette pièce, chaque groupe a choisi le sujet qui l’inspirait le plus.

Pour être plus précises, nous avions comme thème général pour ce webdocumentaire « le travail ». Il nous fallait ensuite trouver des sous-thèmes, cinq pour être exact. À partir du dossier de production de la pièce et de l’intervention du metteur en scène lors de nos cours, nous avons relevé de grands mots, des éléments qui ont retenu notre attention et qui pourraient être des sous-thèmes. Par la suite, nous avons débattu et retenu finalement cinq thèmes et un thème annexe. Nous nous sommes répartis par groupe les sous-thèmes selon ce qui nous plaisait.

Deux thèmes avaient retenu notre attention (Lauriane et Lisa), celui de la soumission invisible d’une part et  celui de la censure/autocensure. La soumission au travail est le thème du mémoire de Lisa et c’est un sujet captivant car il s’agit de décrypter les liens inconscients et invisibles de domination entre les membres d’une même équipe. Le metteur en scène qualifie d’ailleurs sa compagnie d’une équipe où tout le monde est sur le même plan, pas de domination d’un membre en particulier. Ainsi, il serait intéressant de voir si c’est vraiment le cas ou si c’est une illusion.

Le deuxième thème nous plaisait également car, lors de notre première rencontre avec Frédéric El Kaim, celui-ci avait évoqué le fait qu’il avait dû faire des concessions car sa pièce ne semble pas du goût de tout le monde, étant donné son propos : la violence et la souffrance au travail.

Au moment de choisir notre thème nous n’avons pas été assez rapides pour « décrocher » celui de la soumission, nous nous sommes alors positionnées sur celui de la censure. Nous n’avons pas été déçues pour autant car en y réfléchissant, nous nous sommes aperçues que nous aurions eu des difficultés à montrer ce que nous voulions par le format “diaporama” de ce webdocumentaire, qui plus est en seulement trois minutes.

Plus tard, nous nous sommes tous rendus compte que nos thèmes étaient liés. On peut trouver un ordre dans nos épisodes sans difficulté. Nous en avons finalement retenu un provisoirement. Ainsi, nous allons pouvoir travailler aussi bien avec Capucine et Florent dont le thème est la souffrance au travail qu’avec les autres groupes.

Il nous a ensuite été demandé de faire une ébauche de synopsis et de trouver des mots clés à partir de notre thématique.
Une fois de plus nous avons toutes les deux fait nos recherches chacun de son côté, avant de mettre en commun, et encore une fois cela nous a semblé une bonne méthode car chacune de nous a trouvé des éléments auxquels l’autre n’avait pas pensé.

Par ailleurs, nous sommes même allées trop loin, étant donné que le but est de réaliser un documentaire de 3 minutes, nous nous devons de recentrer nos questionnements afin d’aller à l’essentiel. Ce qui nous a posé quelques problèmes car nous ne savions pas quoi enlever.

Difficulté de parvenir à une version satisfaisante. En fonction des attentes de chacun et de nos propres convictions, les brouillons se multiplient…

Tout nous intéressait et tout paraissait se combiner. Mais nous devons garder à l’esprit que les propos recueillis seront illustrés seulement par des photographies et que nous n’aurons pas accès à tout. Par exemple le contenu des vidéos diffusées avant et pendant la représentation nous intéressait mais nous avons appris que nous n’aurons pas accès à ces dernières. C’est dommage mais dans un sens cela nous permet aussi de nous rendre compte que nous devons nous débrouiller avec les données qui sont mises à notre disposition. Cela ne va sans doute pas être facile mais travailler avec des contraintes peut s’avérer formateur surtout que nous y serons sans doute confrontées dans nos projets professionnels futurs. De plus, dans ce cas précis, cela nous a permis d’éliminer un de nos questionnement.

D’ailleurs, le fait d’avoir pu appréhender ce que pouvait être un documentaire illustré par des photographies, grâce aux exercices sur Klynt lors du cours avec Emmanuel Quillet et également celui de François Vaillant, nous a permis d’y voir plus clair et de nous rendre compte de l’importance du montage sonore et de son illustration.

Nous avions en tête quelque chose d’abstrait et un peu incongru dans l’univers de l’audiovisuel. Mais grâce notamment au Corps incarcéré, nous avons été rassurées car nous avions un “modèle” de la demande qui a d’ailleurs un très bon rendu. L’effet “diaporama” nous faisait un peu peur mais dans ce cas, cet effet passe très bien. Il n’y a pas forcément besoin de plus et le son est mis encore plus en valeur. Il faut espérer que notre webdocumentaire aura un aussi bon rendu.

Quoi qu’il en soit, nous avons remarqué que nous avions une grande liberté vis à vis du montage des images illustrant la bande sonore et que c’est en partie grâce à celles-ci que nous pourrons exprimer notre point de vue et le faire comprendre aux spectateurs. Mais c’est également là que réside la difficulté : arriver à faire passer un message tout en respectant la parole des intervenants et en essayant d’être inventif.

Il faut donc que nous nous mettions à réfléchir à ce que nous souhaitons mettre en avant dans notre webdocumentaire mais également aux questionnements qui résultent de notre thématique.

Un metteur en scène se fixe-t-il lui même des limites lors de l’écriture de sa pièce ? À quel moment peut-on se dire que l’on est allé trop loin ? Et surtout jusqu’où est-on prêt à aller pour défendre son opinion ?

Nous allons devoir traiter toutes ces questions en amont afin de parvenir à établir notre propre opinion sur le sujet. Et confronter ensuite cette dernière aux intervenants que nous aurons choisis afin d’obtenir leur avis sur le sujet (que de nombreux auteurs ont par ailleurs choisi de traiter).

Et c’est notamment le cas de Thomas Schlesser qui selon nous pointe du doigt les travers de notre époque lorsqu’il évoque la censure d’aujourd’hui. D’après lui, « elle emprunte des voies plus insidieuses, qui ne disent pas leur nom, obligeant les artistes à se battre encore et toujours pour leur indépendance », mais surtout «  elle permet aux artistes de mieux appréhender leur place et leur rôle dans la société »(1). Or, cela nous semble parfaitement correspondre aux motivations de Frédéric El Kaïm, d’autant plus que face à un tel sujet, plus on acquiert de connaissances plus l’investissement devient personnel, la confrontation à la censure en devient alors d’autant plus compliquée.

À nous maintenant de découvrir ce qu’en pensent le metteur en scène et ses comédiens.

Lisa et Lauriane

———————–

(1) : SCHLESSER Thomas, L’art face à la censure, Paris, Beaux Arts Editions, Beaux Arts Exposition, 2011

Crédits photo (photo à la une) :  photo de poupées russes de A. Munich

Légende photo à la une : Pour arriver à sélectionner un élément et obtenir ce que l’on souhaite, il faut souvent passer par plusieurs étapes.

Photo du bloc de papier : Lauriane Paganon

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B2, G4] Nos étudiants de pixels

La web-série se fait de plus en plus présente dans les esprits, les projets se concrétisent et des personnages qui nous paraissaient flous commencent à prendre forme. Pour ce second billet nous avons choisi de nous appuyer sur la conception de notre scénario et en particulier d’avoir une approche plus intellectuelle de la caractérisation de nos personnages. Nous souhaitons nous focaliser sur notre manière d’appréhender une idée et d’analyser un contexte dans le but de nourrir notre récit. Pour cela, nous nous appuierons sur notre premier travail de caractérisation des personnages. Nous analyserons également le milieu étudiant en l’observant mais aussi en constituant une interview à destination d’étudiants proches de nos personnages afin de nous confronter aux problématiques concrètes de la vie étudiante.

Observation du milieu étudiant

Nous souhaitons dans un premier temps visionner l’intégralité des épisodes de Profession : étudiant, d’une part pour éviter la répétition d’un thème déjà réalisé mais aussi, et paradoxalement, pour nous en inspirer. Cette étape semble faire partie intégrante de nos travaux de recherches puisqu’il s’agit de parvenir à découvrir :

– quels thèmes sont abordés ?

– comment les étudiants sont-ils dépeints ?

– y a-t-il des clichés (langage, codes vestimentaires etc.) ?

 Pour appuyer cette étude du milieu étudiant, nous désirons interviewer des étudiants provenant des filières que nous mettrons en scène. Nous rédigerons pour cela un questionnaire pour réaliser un entretien semi-directif. Selon le chercheur Alain BLANCHET, ce type d’entretien entre deux personnes ou plus visent à produire un discours de l’interviewé « sur un thème défini dans le cadre d’une recherche » [1]. Pour cela, nous respecterons les conditions générales de l’entretien définies par les chercheurs F. J. ROETHLISBERGER et W. J. DICKSON [2]. Nous mettrons en place un système d’observation participante, cela consiste en l’étude d’une société ou d’un groupe en partageant son mode de vie, en se faisant accepter par ses membres et en participant aux activités des groupes et à leurs enjeux. Il s’agit là de la méthode la plus adaptée à notre travail puisque, étudiants nous-mêmes, nous saurons nous adapter aux discours de personnes que nous aurons en entretien tout en gardant impérativement cette distanciation afin d’être le plus objectif possible sur le phénomène des étudiants de telle ou telle filière. L’entretien devra tenir compte de tout ce qui est dit mais aussi de tout ce qui ne l’est pas : il s’agit pour le chercheur de repérer des éléments omis ou cachés du discours et de les considérer comme des indices supplémentaires. La communication non-verbale [3] peut parfois signifier autant que la communication verbale. Les signes distinctifs qui peuvent exister dans certains groupes d’étudiants font partie de la communication non-verbale et sont des indices précieux afin de caractériser au mieux nos futurs personnages ; on visualise d’autant mieux leur physique et l’entretien permettra de nous intéresser à l’aspect intellectuel.

De l’information à la création

Les informations récoltées nous permettrons de créer des personnages, imaginer une trame et une mise en scène. Par exemple, si des étudiants de la filière histoire nous affirment fréquenter la Maison des Étudiants [4] lorsqu’ils ont un moment de détente, nous pourrons y imaginer une discussion entre eux autour d’un café. Nous chercherons à récolter des informations et à repérer des traits de caractère : confiance en soi, gestuelle, attitude de mimétisme dans des groupes, etc. Ces informations peuvent apparemment sembler futiles mais seront au contraire très utiles, particulièrement lorsqu’il faudra caractériser nos personnages et penser leurs voix, leurs gestuelles, leurs physiques. Nous consignerons toutes ces données dans un carnet de bord, que nous réutiliserons lors de la création du scénario et des dialogues afin de ne pas perdre nos personnages de vue, nous suivrons ainsi plus facilement leur évolution. Le fil de l’histoire dépendra entièrement du caractère de nos héros.

La vie étudiante en questions

Afin de construire un récit cohérent, la première étape est de créer des personnages. Cette étape s’appelle la caractérisation.

Caractériser un personnage c’est lui donner vie aux yeux de n’importe quel interlocuteur. On lui construit un passé, une personnalité, un physique. Il s’agit de mettre en place toutes les données psychiques, physiques et temporelles d’un personnage.

Nous avons souhaité, dans ce second billet, se poser des questions sur la caractérisation du personnage de Vincent [5] qui nous semble être le personnage qui nous « échappe » le plus, c’est-à-dire que nous n’avons pas forcément conscience de ce que peuvent vivre les étudiants issus de la filière de philosophie.

Nous avons préparé une liste de questions qui nous aideront à creuser davantage le personnage de Vincent autant mentalement que physiquement.

– quelles sont, selon vous, les particularités des étudiants en philosophie ?

– les étudiants en philosophie se côtoient-ils majoritairement entre eux, ou côtoient-ils des étudiants de filière variées ?

– quelles activités extrascolaires sont majoritairement, selon vous, pratiquées par les étudiants bordelais ? (sport, associations, etc.)

– quel regard les étudiants en philosophie portent-ils sur le système scolaire de la faculté ?

Au-delà de l’étude et de la caractérisation du personnage de Vincent, nous aimerons entreprendre d’étendre ce questionnaire aux étudiants des filières présentes dans la web-série Profession étudiant afin de récolter le maximum d’informations possibles et d’être capable de définir pleinement chaque personnage.

Sarah, Florence, Emeline

___________________________________________________________________________________________

[1] Alain BLANCHET et al., « L’entretien dans les sciences sociales », in Revue française de sociologie, Paris, Ed. Dunod, 1985, en ligne sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1987_num_28_1_2380, consulté le 17/10/2012
[2] F. J. ROETHLISBERGER, W. J. DICKSON, « Management and worker », cité par Grawitz Madeleine, Méthodes des sciences sociales, Paris, coll. Précis, 1990 (8ème édition).
[3] Il s’agit de tous les éléments liés au discours de la non-parole : la gestuelle, le style vestimentaire, certaines réactions face à une question posée ou une réponse donnée. L’intérêt est psychologique. La communication non-verbale ne se limite pas au comportement de la personne, elle porte également sur l’environnement qui l’entoure.
[4] Lieu où les étudiants peuvent travailler en groupes, individuellement tout en étant dans une ambiance moins restrictive que celle des cours formels.
[5] Étudiant en philosophie, 26 ans, tendance à étudier également la sociologie et la psychologie.
Crédit photo : Promotion Guignol, Master CPI 2011, Université Bordeaux III, en ligne sur http://www.mastercpi.fr/tag/profession-etudiant/, consulté le 17/10/2012

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website