Archives de catégorie : Série 2

Dossier infusé

Je pense réellement que le projet Sciences Infuses a de l’avenir. Depuis le début je trouvais que l’idée de Fanny Galou était ambitieuse et plus nous développons ce concept, plus j’entrevois les solutions qui s’offrent à nous. Au delà de la motivation de chacune d’entre nous et de la bonne ambiance qui règne dans le groupe, l’objectif de cette émission est innovant et nous garantira par son originalité des opportunités de marché qui sont largement sous-exploités pour le moment. Ainsi, ce projet d’avenir a toutes ses chances de percer si nous nous donnons la peine de persévérer dans cette voix.

Depuis le dernier billet nous avons confortées les bases en travaillant sur le concept que nous avons développé et amélioré. En nous inspirant d’émissions déjà parues (« Le joueur du grenier », « C’est pas Sorcier »…) nous avons trouvé notre propre identité avec un plan pour l’émission s’articulant autour d’une démonstration liée à la technologie présentée, le générique, les explications scientifiques simplifiées appuyées -ou non- d’archives avant de terminer sur des perspectives farfelues pour conserver un côté léger. Enfin, nous sommes toujours lancées dans cette folle aventure qu’est Sciences Infuses et sommes en train de monter un dossier afin de donner un aspect professionnel et concret à nos idées.

Soline TESTARD

Esprit embué

hunger f3

En écrivant la dernière ligne de mon Travail Préparatoire à la Recherche l’année dernière, j’étais sure de moi : tous les points concernant ma problématique étaient traités. Mon plan était fixe, organisé de manière cohérente et répondait à la problématique. Cependant, au moment de me replonger pleinement sur mon travail dans le but d’écrire mon mémoire final, tout s’est embrouillé. Comment pourrais-je compléter mon analyse ? De quelle manière m’y prendre ? Devrais-je changer ma problématique et repartir à zéro ? Ou devrais-je ponctuer celle-ci de mes dernières recherches en organisant un tout nouveau plan ? Tant de questions qui m’ont plongé dans le flou, embuant et enfumant mon esprit de manière à me perdre dans une mare d’informations.

Avant de céder à la panique, j’ai tenté d’appréhender cette nouvelle étape de façon calme et raisonnée. Après une longue discussion avec mon directeur de mémoire, j’ai compris qu’il était possible d’apporter à mon TPR les informations nécessaires afin de le transformer en mémoire. Il suffisait alors de structurer ce dernier et de venir glisser les éléments nouveaux de manière à le rendre complet et intelligible. En commençant les recherches premières, le dessin d’un nouveau plan a commencé à se dessiner dans ma tête. Il permettait alors, selon moi, de mêler les éléments déjà présents dans ma rédaction aux nouveaux aspects qui finalement correspondent également à la ligne directrice de ma problématique. Maintenant, reste à creuser et rédiger…

E.Donès

Anouk, la classe et l’art

Alison Goizet (07/11/2014) (cc)
Alison Goizet (07/11/2014) (cc)

Lorsque les différentes personnes ont exposé leurs sujets, j’ai immédiatement été séduite par ce projet-ci. Anouk la classe et l’art serait un documentaire court qui suivrait Anouk une jeune enseignante en art. Ayant moi -même été initié à l’art dans ma jeunesse, mais en gardant le souvenir d’une discipline assez sectaire ; cela m’intéressait fortement de suivre une personne qui enseigne l’art en option à un groupe d’adolescent venant de culture totalement différente et faisant en même temps l’apprentissage de la culture française. De plus, l’éducation à l’image est une chose qui nous suivra toute notre vie et qui nous aide à nous forger note propre opinion.

Notre but est d’aboutir réellement ce projet sous la forme d’un documentaire. Pour cela, nous avons pris contact avec Anouk; nous la suivrons lors des cours qu’elle dispensent. Nous avons également des formalités administratives à effectuer (autorisations, lettres au directeurs de l’école…). Ensuite nous devront écrire le projet, ce qui sera, à mon avis, le plus dure de notre travail. Finalement, la réalisation du documentaire serait l’aboutissement d’une année de notre projet.

Goizet Alison

Entre Rêves et Réalité

Entre Rêves et Réalité - Laetitia Stoffel (20/10/2014)
Entre Rêves et Réalité – Laetitia Stoffel (20/10/2014)

En ce début de deuxième année de Master 2 Création Production Images, nous nous sommes regroupés autour de projets proposés par certains d’entre nous, dans le but de les porter le plus loin possible, en les développant, voire même en les produisant.

Mon choix s’est arrêté sur le projet de Tristan, car lorsqu’il nous l’a présenté en nous résumant le scénario qu’il avait déjà commencé à écrire, j’ai rapidement été touchée par cet univers à la frontière du réel, presque intemporel, dans lequel un jeune homme, Germain, se retrouve coincé entre ses rêves et la réalité à la suite d’un accident de voiture. Le personnage de Germain m’a également beaucoup séduite dans la mesure où je trouve qu’il incarne une profonde innocence, et pas seulement lors de sa jeunesse, mais tout au long de sa vie. Car en effet, un peu comme Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, cette histoire, qui s’intitule La Vie en Négatif de Germain, retrace, comme son nom l’indique, la vie de Germain, depuis sa tendre enfance jusqu’à ses dernières belles années. Ce qui m’a également beaucoup touchée dans cette histoire, c’est ce voyage de Germain, le voyage de sa vie en fin de compte, qui montre que, d’une certaine façon Germain se cherche, cherche à connaître son identité, à savoir qui il est vraiment. Et cela se traduit à la fois par le fait qu’il prend des photos pour s’exprimer, qu’il se perd, et jongle entre ses rêves et la réalité, et qu’il suit l’Amour, au travers d’un personnage irréel pour trouver le chemin de sa vie. Cette histoire est aussi celle d’un homme qui refuse de grandir de façon plus ou moins inconsciente, puisqu’il vit dans une sorte de rêve éveillé dans lequel ses passions et ses jeux d’enfant le stimulent.

Maintenant que l’idée est posée, il ne nous reste plus qu’à commencer à travailler, et un long chemin se profile devant nous. En effet, puisqu’il s’agira d’un court-métrage de fiction, il faut accorder une très grande importance au scénario. C’est pourquoi dans l’immédiat nous nous focalisons sur la réécriture et l’approfondissement du scénario proposé par Tristan, à la fois pour que chacun d’entre nous s’approprie le projet, et pour que l’histoire tienne bien la route. Pour cela, il est important que nous cadrions davantage le sujet de ce film. En effet, la première ébauche de scénario proposée par Tristan évoque plusieurs thèmes, certes liés, mais bien différents. Or pour un court-métrage, il est important de se focaliser sur un seul et même thème. Nous avons donc passé plusieurs heures à essayer de déterminer quel était le sujet phare porté par cette histoire. Cela s’est traduit par l’écriture d’un séquencier assez différent de l’idée initiale (même si l’histoire reste relativement similaire), que nous allons transformer en scénario.

Par la suite, dès que le scénario sera proche de sa version finale, nous nous attaquerons à l’élaboration du plan de financement et du devis prévisionnel du projet. Même si nous ne pensons pas recevoir d’aides financières pour réaliser ce projet, nous attacherons un soin particulier à ce travail, car cela représente un excellent exercice de production et une concrète mise en situation pour nous, petits producteurs en herbe. En parallèle, nous réfléchissons également à des décors susceptibles de correspondre à l’atmosphère que nous recherchons pour réaliser les séquences. Nous cherchons également des personnes, dans nos connaissances, dans les lieux publics, etc. qui auraient des caractéristiques physiques intéressantes pour jouer les différents personnages qui interviendront dans ce court-métrage.

Tout cela représente une certaine quantité de travail qu’il va falloir réaliser avec rapidité et précision car nous avons prévu de tourner les séquences au cours du mois de janvier, ce qui ne nous laisse que deux petits mois pour tout organiser… Mais cela ne nous fait pas froid aux yeux, au contraire c’est un challenge que nous comptons remporter avec brio !

Laetitia STOFFEL

« La vie de Germain » à l’islandaise ?

A travers ce projet de court-métrage, Tristan semble vouloir avant tout exprimer une amitié, celle avec Jonathan, qui possède un physique et une personnalité tout à fait atypique, ayant inspiré Tristan pour son personnage principal du nom de Germain. Ce dernier semble également s’être inspiré de ses propres souvenirs, afin de caractériser le scénario, et ainsi lui donner un style propre.

Lorsque Germain tombe dans le coma, suite à un accident de voiture, on suit ce dernier dans son rêve, qui se caractérise à travers un village, où il va rencontrer l’amour de sa vie. Pour moi, ce rêve représente notre souhait le plus cher, ce pourquoi nous menons notre existence sur Terre, afin d’avoir un but, une raison de vivre.

Il s’agit d’un pur hasard, mais en lisant son scénario, les décors vis-à-vis du rêve qui semble se dégager ressemblent étrangement pour moi à ceux de la série française « Les Revenants », que j’ai commencé à regarder très récemment, qui se déroule dans une ville située en Savoie. Un des personnages principaux qui se nomme Simon ressemble également à la description physique du personnage principal du scénario de Tristan.

En ce qui concerne l’ambiance sonore, et là encore, il s’agit d’une coïncidence, je trouve que la musique du groupe écossais Mogwai présente dans cette série pourrait correspondre au court-métrage de Tristan, à travers ces mélodies de type rock expérimental. Ces dernières pourraient traduire l’incertitude quant à la manière dont le rêve ou l’accident de Germain, qui se produit au début, vont se terminer. Un autre style de musique qui encore selon moi, pourrait correspondre au scénario de Tristan, serait celui du groupe islandais Sigur Rós. En effet, cette formation véhicule à travers ses origines nordiques un rock progressif d’une couleur tout à fait unique, avec notamment le fausset ou la voix de tête du chanteur, ainsi que le jeu à l’archet. Ce genre appuierait quant à lui, l’aspect du rêve, représentant un monde différent du nôtre, grâce à l’alchimie que forme l’ensemble des sons instrumentaux et électroniques du groupe.

Vincent DUQUENNOY