Archives de catégorie : Série 1

Racines scientifiques

Sciences infuses est un rendez-vous mensuel qui vise à faire découvrir les nouvelles technologies à un large public avec légèreté et humour destiné au web. Je vois en ce projet une véritable aubaine pour me former sur les droits divers (à l’image, de l’image, patrimonieux, archivage numérique…). J’aime la science mais j’ai constaté trop souvent que celle-ci restait floue pour la majorité des personnes car elle n’est pas assez simplifiée et accessible pour tout le monde. Ainsi, injustement, des milliers de sujets passionnants sont écartés car non partagés et je pense que cette émission permettra de remédier en partie à cela. En outre, les sujets évoqués semblent être tirés tout droit de la science-fiction, et qui n’a jamais rêvé de voir la science-fiction devenir réalité ? Moi en tous cas je trouve ça passionnant. Mais toute chose a un coût, et ayant étudié la comptabilité, l’aspect financier m’intéresse également.

De plus, le fait que ce rendez-vous soit régulier permettra une activité constante à l’équipe. Dans ce projet nous souhaitons faire intervenir des images d’archive afin de s’appuyer sur une base solide. Il sera donc très important de faire une recherche afin d’étudier tous les droits concernant notre projet. Projet qui sera irréalisable sans une estimation des coûts de production. Pour cela un plan de financement est nécessaire et c’est pourquoi j’ai choisi de me pencher sur ces deux points importants : le droit et le financement.

Soline TESTARD

Le souvenir d’une rencontre

Emilie Dequenne dans Rosetta, des frères Dardenne
Emilie Dequenne dans Rosetta, des frères Dardenne

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Je me souviens. Ce jour où l’on a mis entre mes mains une liste de films dont la majorité des titres m’était inconnue. « Suis-je à ma place dans cette formation ? ». « Vais-je choisir le bon ? ». Un soir, sceptique face à cette feuille de papier énumérant les choix s’offrant à moi, j’aperçois un prénom. Rosetta deviendra l’objet de mon travail de recherche. L’œuvre, dévoilant « une fille d’aujourd’hui », est une rencontre entre un personnage et son spectateur. Si réaliste semble-t-elle, Rosetta donne à voir le monde par le biais de son propre regard.  A la fois forte et torturée, je crois qu’au-delà de la rencontre, je me suis identifiée à elle. Tantôt attachante, tantôt détestable, c’est entre amour et haine que je l’ai suivie dans son combat pour la survie.

La difficulté avec l’analyse d’un film comme Rosetta est justement la proximité. Inspirés du format documentaire, les frères Dardenne jouent volontairement sur des mouvements esthétiques s’en rapprochant afin de créer la rencontre. Rosetta est fictive mais c’est un personnage quasiment tangible qui s’impose au spectateur par le biais de sa douleur, ses difficultés et ses sentiments. Dans le cadre d’un travail de recherche, la prise de recul devient alors une évidence, nécessaire à la justesse de l’analyse. Lors du premier visionnage de Rosetta, je me suis justement autorisée cette rencontre. Comme un spectateur lambda, j’ai inconsciemment habité le quotidien « documentarisé » de ce personnage de fiction le temps d’une unique immersion. Une fois consciente et avertie de la dimension affective de Rosetta, j’ai considéré le film plutôt comme une succession de plans réfléchis et travaillés qu’une globalité émotionnellement absorbante.

Coline CESBRON

La lutte des sentiments

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

« Hunger », film réalisé par Steve McQueen sorti en 2008. A sa sortie en salle, j’étais alors âgée de 18 ans. Je ne me souviens pas clairement du sentiment que j’ai éprouvé lorsque les images ont percuté mes yeux, mon corps, mon esprit plongés dans la noirceur de la salle de cinéma. Ce qui a pourtant marqué ma mémoire est le mal-être ressenti à mon retour à la « réalité » après ces une heure et quarante minutes intenses. Choquée, par la dureté des coups et par la violence indescriptible, attristée, par la lutte de cet homme conscient de son auto-condamnation et chamboulée par cette histoire relatant des faits historiques. Voilà l’état d’esprit dans lequel je me trouvais malgré moi. Cependant, je ne peux nier l’entière admiration ressentie à ce moment là envers ce réalisateur qui m’a transporté pendant près de deux heures, me faisant oublier le monde extérieur tant je me suis sentie envoutée par les images saisissantes et d’une beauté rare. Au moment de faire un choix en septembre, je n’ai pas réfléchi longtemps.

L’aspect le plus compliqué de mon travail de recherche fût de regarder le film de la manière la plus neutre possible. En effet, lors du premier visionnage il a fallu que je me concentre sur chaque détail afin de trouver rapidement une problématique. Je me suis rendue compte dès les premières minutes que malgré toute ma volonté, il me serait impossible de me détacher totalement de mes sentiments tant le film me transportait. Toutefois, une image a changé la donne. Bobby Sands, personnage principal du film, transporté après un passage à tabac, dessine par son corps meurtri une croix. Dès lors, des détails auxquels je n’avais pas prêté attention, m’apparaissent comme une révélation. Ma problématique est trouvée.
Cette image porteuse de sens a été le déclic me permettant de passer outre mes sentiments et de me positionner en amont de ce film qui auparavant m’écrasait par sa puissance. Commence ici un travail de longue haleine qui va absorber toute ma concentration et me permettre d’aborder le film d’une manière différente tout en y prenant autant de plaisir.

Emilie Donès

« Sacré mémoire »

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

La première chose qui m’a attiré avant même d’avoir visionné ce film est son nom ; « Kadosh » signifie « sacré » en hébreu.  N’ayant pas une grande connaissance de la religion Juive et de sa culture, ce film était pour moi l’opportunité de découvrir un nouvel univers.  Lorsque j’ai vu le film pour la première fois,  j’ai découvert  deux mondes : celui des Juifs Orthodoxes et celui du réalisateur. J’ai été séduite par la façon qu’à Amos Gitai de raconter une histoire. J’aime la manière qu’il a de filmer ses acteurs, mais aussi son don pour dire les choses implicitement. Bien que les nombreux plans séquences rendent l’oeuvre assez lente, j’ai été totalement aspiré. Cette lenteur m’a permis de m’imprégner des personnages, de sentir leur détresse et leur mal-être.  Ce respect du temps donne une dimension très réaliste au film.  « Kadosh »  a réussi  a faire naître en moi un malaise, comme celui qui règne tout au long du film. Il m’a touché par son esthétisme et par les sujets qu’il traite : il dénonce sans accuser.

Tout d’abord, j’ai commencé par faire des recherches sur le contexte social et historique d’Israël, de Jérusalem et de ses habitants. Parallèlement je me suis intéressée plus en détails à la culture juive. L’ensemble de ces recherches m’ont permis de comprendre de nombreux éléments. Une fois le fond du film entièrement assimilé, la forme et l’esthétisme des images m’ont sauté aux yeux. J’ai alors réalisé toute l’importance de l’utilisation du plan séquence et d’un cadre particulier. Alors, la problématique du TPR s’est dessinée presque naturellement. Je me suis tournée vers la piste de « l’enfermement », comment au travers de l’image Gitai enferme les protagonistes de son histoire aussi bien physiquement que psychologiquement.

Alexia DI CIOCCIO

Reprendre, continuer… pour enfin terminer !

LaRosePourpre-B1

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Qui n’a jamais rêvé de parler avec l’un des personnages de son film préféré ? Qui n’a jamais voulu que ce personnage devienne réel ? Qui n’a jamais rêvé entrer dans un film ? J’ai choisi le film « La Rose pourpre du Caire » pour le scénario que je trouve très original : c’est le film dans le film. Malgré le contexte de crise économique dans lequel vit Cécilia (le personnage principal), ce film reste une comédie plutôt joyeuse, avec des situations et des dialogues humoristiques ce qui lui donne une certaine légèreté et m’a permis de l’apprécier encore plus. Plusieurs thèmes sont abordés comme l’amour, la vie socio-économique mais surtout la fascination que peut provoquer le cinéma. C’est cette fascination qu’éprouve Cécilia et que peut éprouver tout spectateur touché par un film, qui m’a intéressé puisque dans « La Rose pourpre du Caire », elle est poussée à l’extrême.

Le but de ce travail de mémoire est d’analyser le film avec ma vision personnelle : ce que je vois, j’entends et ce que je ressens. Dans un premier temps, j’ai réalisé le travail demandé (découpage séquentiel, recherches sur le contexte économique etc.) sans trop savoir vers quoi j’allais. Puis, c’est finalement lors de l’analyse d’une séquence en particulier, celle où le personnage sort du film pour rejoindre Cécilia que tout est ressorti. C’est effectivement dans cette séquence que je me suis aperçue qu’il y avait un contraste évident entre la réalité triste de Cécilia et la fiction bien plus belle. C’est ce contraste que l’on retrouve sur la globalité du film qui m’a permis d’axer tout mon travail.
Il s’agit maintenant de reprendre et continuer ce travail de recherche et d’analyse…

Laëtitia