Archives de catégorie : Séries 2012-2013

[B12, G6] Der des der bis

Superposition d'une aquarelle du carnet de bord sur une image réalisée pour le webdocumentaire. Florent Poussard, 08/04/13
Superposition d’une aquarelle du carnet de bord sur une image réalisée pour le webdocumentaire.
Florent Poussard, 08/04/13

Qu’on se le dise, je serai bref. Après le billet précédent, bilan de mon présent au regard du passé et de l’avenir des possibles (tiens, on dirait le commencement d’un mauvais roman de gare), je tâcherai d’être bref.

Le processus de création comme le carnet, en duo (si on excepte les derniers billets qui étaient individuels), ont été pour Capucine et moi une longue partie de ping-pong, ainsi qu’on l’écrivait déjà dans les premiers billets (ici dans le n°1, là dans le n°5). Au début, c’était long. Très. Trop. On rédigeait trop de caractères, bien qu’il en fallût déjà beaucoup, et les soirées passées à débattre sur carnet/webdoc/autres furent souvent une cause inévitable de mal de crâne – je parle de soirées à débattre, pas à boire, ça c’est une autre question qui certes amène également le mal de crâne mais qui ici ne nous intéresse pas. Cela étant, la version actuelle est probablement la meilleure, car peu de caractères, donc peu d’éparpillement de notre part dans divers sujets, plus simple à écrire pour nous, et surtout plus agréable pour le lecteur – parce que les billets à 8000 signes, même avec 5 ou 6 photos, c’était assez indigeste. Et puis ça tendait à nous freiner sur les autres travaux, car trop de temps à y passer.

Les travaux, pour le mémoire la procédure étape par étape c’était très bien, nous permettant de faire un mini-bilan à chaque échéance et d’avancer régulièrement – simplement dommage que l’échéance finale de l’écrit ait coïncidé avec celle du rendu du webdocumentaire, ça m’a bien pénalisé sur la fin. Et le webdocumentaire, justement, a eu de ça d’intéressant (en tout cas pour Capucine et moi) qu’on a vraiment conçu notre programme de travail en fonction de Frédéric Elkaïm – dont les indisponibilités nous ont contraint à prendre du retard, ce qui a pénalisé le mémoire, bref etc. Néanmoins, quoique mécontent de mon mémoire j’ai bien apprécié la soutenance orale, et puis hâte à présent de voir Travail en scène mis en ligne, car j’ai bien l’impression que c’est un beau bébé.

J’aurai juste envie de revenir sur une question : à propos du carnet, quel est le mieux, en groupe ou individuel ? Je pense que, pour le début, pendant la durée du processus d’écriture, il était nécessaire de rédiger les billets ensemble, pour se rendre compte d’un travail collectif, mettre les idées sur la table et tâcher de résoudre les difficultés. Après, pendant la production / post-production, c’est moins le cas, certes il y a toujours des échanges d’idées, mais on est plus dans le concret, il y a moins à débattre. Le billet peut donc plus témoigner de notre propre expérience que de la mise à plat de l’avancée de l’écriture. Ce sont deux étapes très différentes.

Voilà, et sur ce… eh bien l’image du début, c’est donc une superposition de deux dessins réalisés à des périodes différentes de l’année (l’un en novembre pour le billet 4, l’autre en février pour le webdoc) mais qui mis ensemble donnent quelque chose de nouveau : c’est une présentation (PowerPoint ?) de la progression de notre binôme au cours de l’année. Et là, j’espère juste avoir une réponse favorable de deux comédiens concernant une date pour qu’on puisse, par le biais d’un court-métrage, poursuivre l’histoire de notre binôme.

Florent Poussard

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G2] S.O.S

Gaylord Gauvrit (19/12/12)
Gaylord Gauvrit (19/12/2012)

Cette photo a été prise durant les fêtes de Noël dernier. TBC, le réseau Tram et Bus de la Cub de Bordeaux, lançait donc un SOS à tous ceux pour qui ce n’était pas une fête. Les gens seuls, abandonnés pouvaient ainsi s’exprimer, communiquer avec des gens eux aussi seuls, de l’autre côté de la ligne, en ces soirs de fêtes.

Le lien me semble donc direct avec notre carnet. Écrire seul, se dévoiler et s’adresser à des inconnus peu parfois et pour certains prendre la forme d’une confession désespérée. J’ai moi-même été tenté d’utiliser ces carnets pour faire état de mon désespoir passager, de mon incompréhension et de ma frustration. L’occasion, alors que ce billet est le dernier de la série, me semble donc parfaite pour enfin publier cette photographie. Un billet final nous permettant de retracer notre évolution tout au long de cette première année de master et surtout qui me permet de comprendre que j’ai finalement compris l’intérêt du carnet. Commençant par m’interroger sur l’utilité puis sur la manière, sur le fond puis sur la forme je pense avoir finalement trouvé, dans l’écriture de ces billets, un moyen d’expression (je me livre en effet dans notre premier billet), un temps de réflexion (autour de la structure de notre site web dans le billet 8) et un moyen de me forcer à proposer (notamment dans mon billet 7 où je m’interroge sur vous, notre public). C’est finalement ce dernier point qui est ressorti à mesure que j’écrivais et que le projet avançait. Après avoir compris puis difficilement maîtrisé, j’ai fini par ne plus voir que les limites de ce carnet. « SOS, besoin de parler » est donc devenu « SOS, besoin d’être entendu ».

Gaylord Gauvrit

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G6] Et demain est un jour nouveau

printemps

Voilà. Tiens, c’est le bon mot pour commencer, ça : « voilà. » Cinq années. C’est plus long que les Nocturnes de Chopin que je m’enfile en écrivant cet article – d’habitude j’écoute plutôt du rock anglais, mais là c’est le dernier article, alors, un peu de sérieux… Je vous épargnerai les 15.000 caractères initiaux que j’avais gratté.

C’est que, cinq années d’études supérieures, c’est quand même une fin de cycle qui mérite que l’on fasse un peu le point sur sa vie. Certes, il faut pas vendre le papier du diplôme avant de l’avoir imprimé, mais quoi qu’il arrive pour moi l’université c’est bye-bye. Curieusement, je n’arrive pas à éprouver la moindre once de fierté d’en être arrivé là. Je ne sais pas, peut-être que mon sentiment sera différent après la soutenance, mais pour l’heure j’ai l’impression que, si je suis là, c’est parce que je n’ai pas eu le courage de tenter autre chose, de prendre des risques. Cinq ans pour ne pas prendre de risques… quelque chose qui va changer, saperlotte ! En septembre, si tout va bien, je suis au Cours Florent. Du théâtre et du business. Reprendre des cours de théâtre, je vais avoir l’impression de rajeunir. Entrer dans un monde de business, ce que j’ai appris durant mes études pourra me servir.

C’est quand même dingue d’avoir tenu cinq ans d’études en sachant dès le départ que je voulais être comédien. Faudrait que je développe le propos bien plus longuement qu’il ne m’est permis de le faire ici, bien sûr, mais il est clair que juste après le bac je manquais trop de confiance pour me lancer direct dans les cours de théâtre professionnels. Manque de confiance en moi, ou dans les autres ? Je ne sais pas. Ce qui est certain c’est que, de ce qu’on disait de moi à l’époque, si je m’étais lancé j’aurais pu aller loin. Bon, j’ai attendu. Est-ce que j’ai encore un niveau acceptable ? J’espère.

Ce qui est curieux, c’est que, alors que pour moi le théâtre est ma vocation première, ce n’est pas nécessairement comme ça qu’on me perçoit. J’aurais plutôt le statut d’un « bidouilleur », qui écrit, dessine, pratique divers arts de la scène, voire essaie de faire de la musique et des vidéos. Y a pas de nom de métier sur mon statut, je ne suis ni écrivain, ni comédien, ni dessinateur ni rien, artiste en devenir peut-être, quoiqu’au bout d’un moment s’en remettre au futur ça sonne un peu trop procrastination. En cela mon expérience bordelaise aura été particulière : ma première participation à une vidéo girondine aura été pour composer la musique, et ma dernière pour faire des dessins. Est-ce que cette « polyvalence » (avec beaucoup de guillemets) ne risque pas de me jouer des tours, ou plutôt, est-ce que ça ne m’en joue pas déjà ?

Cette question me permet de rebondir sur ce qu’on pourrait appeler un bilan annuel. J’ai pas envie de m’attarder sur les points négatifs : beaucoup de temps et d’énergie dépensés pas toujours convenablement, progrès bien faiblards question relations humaines, déception de n’avoir une fois de plus pas été retenu au casting de Profession Etudiant (c’était ça, le rebond sur « est-ce que ça ne me joue pas des tours ? » – à moins que ce ne soit simplement pour des questions de copinage… de toute façon j’m’en fous dans quelques années je participerai à des projets plus intéressants, rémunérés et puis… euh si d’abord !)

Bref, voyons plutôt le positif. En dehors des enseignements qui, pour la plupart, me serviront probablement à l’avenir, il y a déjà la contrainte binôme qui m’a associé à Capucine, ce qui sur le plan humain a été une aventure extrêmement riche, d’un côté toutes les recherches qu’on a pu faire (ce qui m’amène à dire qu’il faudrait vraiment écrire en très grand « recherche-action » sur la plaquette du Master CPI, fin de la parenthèse) et voir comment les idées naissent à travers l’échange, se rendre compte comment la coopération se met en place en parallèle des liens d’amitié qui se tissent. Une collaboration qu’on pourra, je pense, qualifier de plutôt fructueuse, et qui se poursuivra très certainement au-delà du Master – un court-métrage en projet, comme tout le monde. De toute façon j’ai toujours adoré les exercices à contrainte (c’est simple : moins y en a, plus je sèche).

Question rencontres, il y a aussi les intervenants professionnels et la troupe de Frédéric Elkaïm, sans oublier l’équipe pédagogique. Et puis, il y a aussi des qualités qui se renforcent : capacité de se battre pour obtenir ce qu’on veut, moins se laisser marcher sur les pieds, être moins sensible à la critique. Vouloir aller de l’avant, surtout. De l’optimisme, que diable !

Bon, c’est qu’il se fait tard. Faut aussi que j’aille zieuter côté CNC (des devoirs pour mon stage). Avant de partir, j’ai envie de laisser deux vidéos. Une qui date d’avant tout ça, le court-métrage de bac d’un ami à moi qui m’avait offert un rôle conçu sur mesure. Je ne sais pas si j’aurai encore le bonheur de recevoir ce genre de cadeau à l’avenir alors, dans le doute, je laisse ça ici. Et l’autre… ben c’est tout récent, en parallèle du projet Travail en scène, et largement inspiré par la pièce de Frédéric Elkaïm (ainsi que des conférences-spectacles de Franck Lepage). Hasta luego !

 

 Florent Poussard

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G2] « The end has no end »

Morgane Meneau (29/03/2013)
Morgane Meneau (29/03/2013)

 Cette photographie fût prise ce soir, un peu avant que je cherche mon train. J’ai choisi d’illustrer le processus créatif par cette photo car elle représente pour moi notre projet, presque fini qui a juste besoin d’être lancé et qui vivra sans nous par la suite sur notre plateforme virtuelle.

En relisant tous mes billets, je ne peux que noter ma déception de ne pas continuer à écrire surtout maintenant que nous nous lançons pleinement dans la réalisation de notre projet. J’ai tellement de choses à dire, cela est dommage de s’arrêter.

 J’ai donné ma voix à Ayaka par exemple, cela m’a permis de donner une part de moi à sa création, elle sera désormais et pour toujours en lien avec moi. Cette expérience fût très enrichissante puisque personnellement l’écriture de scénario est la discipline qui me fait le plus rêver… Je m’égare mais j’ai l’impression que faire vivre un personnage physiquement après l’avoir longtemps imaginé à quelque chose de presque « jouissif» et c’est vraiment le souvenir le plus agréable que je garderai. Celui de donner naissance à quelqu’un à un projet. Créer c’est disperser des morceaux de soi finalement.

Morgane Meneau

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G4] Dans le rétroviseur

(cc) Florence Delavaud (29/03/2013)
(cc) Florence Delavaud (29/03/2013)

Puisque c’est l’heure de faire le bilan, c’est le moment de regarder en arrière comme dans un rétroviseur afin de se revoir et de se relire, et d’analyser ce qui a changé ou évolué. Pour illustrer ce dernier billet, j’ai choisi de me prendre en photo dans un miroir, une posture assez commune sur les avatars actuels du web, mais cette fois avec l’appareil photo masquant mon visage. En fait, je souhaite simplement figurer une manière de se scruter, sans aucun narcissisme présent mais afin de faire une introspection instructive.

L’expérience du carnet en elle-même a été novatrice, parfois contraignante, mais souvent enrichissante, et surtout a permis de conserver une trace écrite de notre quotidien de réalisateurs novices (ou non). Au fil de la relecture, je me rappelle par quelles difficultés j’ai dû passer afin de créer et de finaliser le projet Profession étudiant. Depuis le modelage des personnages, la question du son, jusqu’au dessin du story board, chaque étape m’a permis de me rapprocher davantage de notre objectif : créer un court métrage qui traduise ce qu’est notre vie d’étudiant.

Six mois de travail se sont déjà quasiment écoulé et le résultat est proche, qui eût cru finalement que cela soit compliqué de créer des personnages qui nous ressemblent, vivant des émotions et des situations similaires à notre quotidien. Bien que ce billet soit le dernier de cette année scolaire, la véritable chute de rideau sera, à mon sens, le moment où les épisodes de notre web série seront en ligne, tout chauds, impatients d’être visionnés !

Florence Delavaud

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website