Archives de catégorie : Larrons et lardons

Les mains dans le cambouis

(cc) Maelys Gosset 02/03/2016
(cc) Maelys Gosset 02/03/2016

Pendant ces deux années, j’ai suivi ce projet. Copains comme cochons, Larrons et Lardons, une idée griffonnée sur un bout de papier qui se concrétise par le tournage du teaser et la confrontation à la post-production. Un travail d’équipe qui nous amène à remonter nos manches, à apprendre par nous-même et, il faut le dire, à nous faire davantage confiance.

Chacune a trouvé sa place, a su apporter sa contribution et son inspiration. Entre notre imagination et la concrétisation, il y avait plus qu’un pas, un gouffre pour moi. Je ne suis ni une technicienne, ni une cinéaste mais je voulais comprendre, apprendre, surtout «faire». J’ai donc réalisé que lorsque je pensais ne pas avoir de solution, il fallait les inventer, bricoler, essayer mais surtout ne pas abandonner en passant n’avoir aucune légitimité. Tutoriels vidéo, forums de discussion, modes d’emploi, ont été d’une aide précieuse lorsqu’il a fallu apprivoiser les logiciels Photoshop et Première en un temps record. C’est aussi cela l’Atelier Projet, l’écriture, la réalisation et la post-production en peu de temps mais avec beaucoup de motivation!

Maelys Gosset

This is the end …

(cc) Julie T.
(cc) Julie T.

La dernière étape du teaser a été la post-production, celle-ci a été plus rock and roll que le tournage. L’équipe a été confronté à tout un tas de savoirs-faire techniques que nous n’avions pas forcément. Si l’ours a été rapidement monté, nous avons pris notre temps sur des détails comme le son, un peu d’étalonnage ou encore un joli travail d’effet à coup de photoshop et d’alter effect !

Nous avons appris par nous-mêmes, nous avons tâtonné et surtout accepté que nos connaissances en post-production n’étaient pas assez importantes pour faire quelque chose de trop ambitieux. Nous sommes restées dans la simplicité et cela a été payant ! Maintenant que le projet est terminé, chacune d’entre nous repart avec ce taser comme bon souvenir d’un travail de groupe qui fut joyeux. Je crois que c’est ça qui me restera le plus en mémoire : une simplicité et une cohésion qui ont fait que le projet s’est déroulé sans autres accords que la faisabilité de nos plans sous la pluie et de la synchronisation des titres. En sommes, une bien belle expérience !

To be continued…

Copains comme Lardons. Voilà le titre définitif auquel nous sommes parvenues quelques heures avant le rendu du teaser. Comme quoi, après deux ans de travail sur cette émission, des idées naissent encore et changent tout.
Ce teaser, nous l’avons imaginé, écrit, réalisé et monté avec plaisir et ce dans un bel esprit d’équipe. Chacune a trouvé la place selon ses compétences et ses envies. Etant assez peu à l’aise avec les logiciels de montage ou de PAO, je me suis davantage placée du côté du conseil en faisant la navette entre les différents postes de travail et en donnant un avis objectif sur le résultat, avec comme joli surnom auto-proclamé: la contrôleuse des travaux finis.

Le projet mériterait encore quelques peaufinages mais je suis ravie de constater que notre facile collaboration a mené à un résultat très satisfaisant.
Réaliser le teaser de Copains comme lardons fût un réel plaisir et voir le fruit de notre travail sur grand écran m’a montré la fierté que je pourrais potentiellement ressentir en tant que future professionnelle de l’audiovisuelle, lorsqu’un de mes programmes verra le jour.

Louise Tressens

Clap de fin.

(cc) Camille Nivat 10/03/2016
(cc) Camille Nivat 10/03/2016

Il est amusant de repenser à la genèse de ce teaser. En moins de trois heures, nous avions déjà défini les grandes lignes du projet, sélectionner les éléments primordiaux et nous nous étions mises d’accord sur un premier jet de scénario. De toute évidence, le groupe fonctionnait bien, très bien même. Et ça s’est confirmé dans le reste du processus de création! Pendant que certaines reprenaient certains détails du scénario, d’autres s’attaquaient à l’organisation du tournage. Et toute cette préparation nous a permis de faciliter la captation filmique. Le jour J, les plans se sont enchaînés et ce, malgré les nouvelles idées qui nous obligeaient à improviser. La journée de prise de vue s’est terminée étrangement tôt par rapport à nos prévisions préalables. Nous avons alors pris véritablement conscience de l’importance de l’organisation anticipée d’un tel tournage.

Lors de l’écriture, nous doutions quelque peu – voir fortement –  de notre capacité à matérialiser chacune de nos idées. Nous craignions tout particulièrement l’étape de captation ; nous avions peur d’être déçu lors de la visualisation de nos rushs. Et pourtant, il n’en a rien été. Certes, l’image n’était pas parfaite, la lumière laissait parfois à désirer ; nous avons même remarqué quelques faux-raccords au sein du décor. Mais rien d’insurmontable! Le montage nous permettrait de retoucher, voir faire disparaître les petites imperfections de nos plans. C’est cette dernière étape du processus de création qui s’est révélée être non seulement la plus longue mais aussi la plus difficile. Nous n’ignorions pas l’importance du montage, mais nous n’avions peut-être pas assez appréhendé l’exigence de cette étape. Le teaser final devait faire sens et présenter le plus clairement possible l’émission « Copains comme lardons ». C’est ce à quoi nous aspirions et c’est justement – je pense – ce à quoi nous sommes parvenues !

Camille Nivat

Clap de fin!

ClapdeFin

Nous avons consacré ces deux derniers cours au montage de notre teaser. Nous nous sommes partagé les tâches afin d’être plus efficace. Ainsi Camille et Julie se sont occupées du son et des musiques, du générique et de l’étalonnage. Alix et Louise ont travaillé les enchaînements et la durée des vidéos afin de donner du rythme au teaser. Maelys et moi-même, nous avons crée le titre, les textes et les polaroids pour présenter les activités sportives. Nous validions ensemble les avancées. Nous avons eu des idées pendant le montage qui nous n’avions pas réfléchis auparavant. Par exemple l’idée du titre qui s’affaisse ou les polaroids.

C’est en discutant et travaillant toutes ensemble que nous avons pu produire ce teaser. Nous sommes contentes du résultat, car il ressemble à l’idée que l’on s’en faisait à l’écriture. On se rend compte qu’il y a encore des choses à changer pour rendre le teaser encore plus dynamique et compréhensible. Je pense que nous avons compris l’essentiel de ce genre de travail. Il faut réfléchir dès l’écriture au but du teaser, aux enjeux du projet à mettre en avant et à la cible. Le travail en groupe est très intéressant, car chacune apporte son savoir faire et ses idées. Les échanges permettent d’avancer plus vite et de diversifier le rendu. Ainsi ce travail nous fut profitable pour nos futurs missions au sein d’une production. J’ai aimé mener à bien ce projet, car maintenant je me sens capable de refaire ce genre de travail. 

Manon Sultana