Archives de catégorie : Sciences Infuses (2014/2015)

Sciences Infuses : projet ou concrétisation?

Au départ Sciences Infuses était un projet destiné à la télévision. Fanny avait imaginé un programme tel un magazine scientifique avec un ton « comique » et ludique. Après nous avoir présenté le projet, il nous est paru évident que ce magazine s’adressé à un public de « jeunes » adultes, pour lequel il était nécessaire d’adapter notre moyen de diffusion. De là, nous avons décidé de développer notre série en webzine : un magazine diffusé sur le web. Avec cette idée de webzine, nous avons du ajuster le programme aux plateformes de diffusion envisageables et au format qui nous paraissait le plus convainquant. Ainsi notre programme s’est transformé en une série d’épisodes de 7 minutes, chacun abordant une invention ou une innovation scientifique actuelle. L’important pour nous était d’exposer de découvertes scientifiques réelles et les conséquences que cela pouvait engendrer, en les présentant de manière rigoureuse et ludique.

Après avoir développé notre concept et son contenu, nous voulions réaliser un pilote. Tout d’abord nous avons choisi le sujet puis, nous avons demandé de l’aide à un scientifique pour vulgariser les concepts de la découverte que nous voulions présenter. A partir de ce moment un problème s’est posé : comment écrire notre pilote. Nous ne sommes pas auteur et nous ne nous sentions pas capable de rédiger ce pilote. En définitive, nous nous retrouvons dans un cas de figure où nous devons nous même trouver un auteur et c’est peut être en cela que le programme est intéressant. Au final je reste convaincu de la qualité de ce projet auquel il ne manque de pas grand chose pour être concrétisé.

Lisa Delpech.

Une science exacte ou presque

De nombreuses différences sont à noter durant l’évolution de ce dossier. Tout d’abord nous avons choisi de mieux s’organiser pour être plus efficace. Ainsi il était plus intéressant de voir le progrès dans nos recherches respectives, pour ma part j’avais plus de facilité avec les chiffres. J’ai donc étais bien plus utile lorsqu’il s’agissait de chiffrer, budgétiser, évaluer les ressources nécessaires. Ceci est pratique comme fonctionnement car chacune avait sa propre tâche et cela nous permettait d’avancer tout en conservant l’aspect du travail d’équipe.

Notre manière de fonctionner ? Une fois les rôles répartis, nous nous retrouvions en classe pour en parler, analyser et comprendre ensemble le travail effectué. Ce qui nous permettait de faire le point et de savoir régulièrement où nous en étions. Combiner notre travail pour l’étudier ensemble par la suite a permis une réelle avancée qui convenait à tout le groupe. Ainsi le magazine audiovisuel est construit sur des bases solides qui permettent de mener le projet à bien si ce dernier voit le jour.

Soline Testard

Sciences Infuses, version 2.0 ou 0.1 ?

dernierbillet

Aujourd’hui Sciences Infuses en est à sa cinquième version. Le dossier s’est précisé et affiné tant sur le fond que sur la forme. Julien, notre « caution scientifique » du projet, nous a livré une première ébauche qui nous servira pour l’écriture de notre pilote : un article complet sur l’encodage de données dans l’ADN… tout en anglais ! En effet, l’anglais est la langue première utilisée pour le travail des chercheurs, et Julien n’échappe pas à cette règle. Par chance, la traduction ne fut pas si compliquée que cela…

Et c’est bien plus qu’une simple explication que l’article se propose de donner. Non seulement il vulgarise tout en respectant les codes des articles scientifiques mais en plus il livre des exemples très ludiques et originaux nous permettant de faire travailler notre imagination et d’ouvrir des perspectives. Grâce à cet article, un premier travail d’écriture a été réalisé. Nous avons dès à présent des pistes plus précises pour nous lancer dans l’écriture de notre pilote et pour accompagner notre futur scénariste.

Fanny G.

Un projet qui en restera un

Sciences Infuses partait d’une belle idée : l’envie de vulgariser la science, de l’aborder avec humour tout en conservant le sérieux des propos. Nous en avons beaucoup discuté, et même débattu pourrait-on dire. Le projet a considérablement évolué en quelques mois. Nous avons matérialisé l’idée de départ à travers un dossier construit et détaillé. La réalisation de ce document nous a permis de nous renseigner sur ce qui existait déjà en terme d’émissions scientifiques, de cibler le public correspondant à notre idée et d’imaginer très précisément quel serait l’univers de la série. Cela nous a également donné l’opportunité de prendre contact avec un chercheur qui aurait pu devenir notre caution scientifique pour ce travail.

Malheureusement, ce projet ne se réalisera probablement pas. Du moins, il ne sera pas réalisé dans le cadre actuel (universitaire), ni avec l’équipe actuelle. Nous sommes en effet sur le point d’achever notre année scolaire ainsi que notre formation, sans avoir eu le temps de  concrétiser le projet. Sciences infuses restera donc de belles idées couchées sur du papier, dossier classé sur un disque dur. C’est un peu décevant pour nous de n’avoir pas pu mener ce projet jusqu’à son aboutissement. Mais peut-être que Fanny, la porteuse principale du projet, décidera plus tard, avec des moyens plus important qu’aujourd’hui, de ressortir le projet du tiroir et de passer à l’action. Car après tout, c’est avec des projets d’étudiants que l’on peut parfois lancer une belle carrière.

Elodie Chalumeau

Les joies du travail d’équipe

Des idées on en a, pas de soucis. Le problème arrive quand il s’agit de les ordonner, de les creuser. Qu’est-ce qu’on doit faire ? Qu’est-ce qui nous manque ? Qui fait quoi ? Quand est-ce qu’on se réunit ? Nous ne sommes pas toujours tout à fait d’accord sur certains points et la discussion occupe le temps de cours attribué qu’il nous reste. Et puis nous passons à autre chose, l’heure du repas, un autre cours, nos activités extra-scolaires, etc. Et nous oublions le projet pour un temps. Chacune y repense chez elle à un moment et travaille sur la partie qui lui avait été attitrée.

Un autre jour, l’une de nous relance l’idée de faire une réunion, car nous l’avions un peu trop laissé de côté et l’échéance arrive. La date de rendu ! Elle nous paraissait si lointaine le premier jour, et voilà quelle est là, tout près, et rien n’est bouclé. Il va falloir re-répartir les choses, en parler rapidement et écrire. Parce que les bribes d’informations dans tous les sens c’est bien, mais un dossier ça s’écrit, et ça se relit. Autant dire qu’une fois de plus, malgré toute la bonne volonté déployée au début, c’est un dossier achevé seulement la veille qui sera rendu. Car malheureusement, la pression semble encore être la seule capable de booster un groupe d’étudiant.

Elodie Chalumeau