Archives de catégorie : Profession étudiant 3 (2012/13)

Billets d’étudiants en M1 de l’année 2012/2013

[B11, G2] S.O.S

Gaylord Gauvrit (19/12/12)
Gaylord Gauvrit (19/12/2012)

Cette photo a été prise durant les fêtes de Noël dernier. TBC, le réseau Tram et Bus de la Cub de Bordeaux, lançait donc un SOS à tous ceux pour qui ce n’était pas une fête. Les gens seuls, abandonnés pouvaient ainsi s’exprimer, communiquer avec des gens eux aussi seuls, de l’autre côté de la ligne, en ces soirs de fêtes.

Le lien me semble donc direct avec notre carnet. Écrire seul, se dévoiler et s’adresser à des inconnus peu parfois et pour certains prendre la forme d’une confession désespérée. J’ai moi-même été tenté d’utiliser ces carnets pour faire état de mon désespoir passager, de mon incompréhension et de ma frustration. L’occasion, alors que ce billet est le dernier de la série, me semble donc parfaite pour enfin publier cette photographie. Un billet final nous permettant de retracer notre évolution tout au long de cette première année de master et surtout qui me permet de comprendre que j’ai finalement compris l’intérêt du carnet. Commençant par m’interroger sur l’utilité puis sur la manière, sur le fond puis sur la forme je pense avoir finalement trouvé, dans l’écriture de ces billets, un moyen d’expression (je me livre en effet dans notre premier billet), un temps de réflexion (autour de la structure de notre site web dans le billet 8) et un moyen de me forcer à proposer (notamment dans mon billet 7 où je m’interroge sur vous, notre public). C’est finalement ce dernier point qui est ressorti à mesure que j’écrivais et que le projet avançait. Après avoir compris puis difficilement maîtrisé, j’ai fini par ne plus voir que les limites de ce carnet. « SOS, besoin de parler » est donc devenu « SOS, besoin d’être entendu ».

Gaylord Gauvrit

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G2] « The end has no end »

Morgane Meneau (29/03/2013)
Morgane Meneau (29/03/2013)

 Cette photographie fût prise ce soir, un peu avant que je cherche mon train. J’ai choisi d’illustrer le processus créatif par cette photo car elle représente pour moi notre projet, presque fini qui a juste besoin d’être lancé et qui vivra sans nous par la suite sur notre plateforme virtuelle.

En relisant tous mes billets, je ne peux que noter ma déception de ne pas continuer à écrire surtout maintenant que nous nous lançons pleinement dans la réalisation de notre projet. J’ai tellement de choses à dire, cela est dommage de s’arrêter.

 J’ai donné ma voix à Ayaka par exemple, cela m’a permis de donner une part de moi à sa création, elle sera désormais et pour toujours en lien avec moi. Cette expérience fût très enrichissante puisque personnellement l’écriture de scénario est la discipline qui me fait le plus rêver… Je m’égare mais j’ai l’impression que faire vivre un personnage physiquement après l’avoir longtemps imaginé à quelque chose de presque « jouissif» et c’est vraiment le souvenir le plus agréable que je garderai. Celui de donner naissance à quelqu’un à un projet. Créer c’est disperser des morceaux de soi finalement.

Morgane Meneau

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G4] Dans le rétroviseur

(cc) Florence Delavaud (29/03/2013)
(cc) Florence Delavaud (29/03/2013)

Puisque c’est l’heure de faire le bilan, c’est le moment de regarder en arrière comme dans un rétroviseur afin de se revoir et de se relire, et d’analyser ce qui a changé ou évolué. Pour illustrer ce dernier billet, j’ai choisi de me prendre en photo dans un miroir, une posture assez commune sur les avatars actuels du web, mais cette fois avec l’appareil photo masquant mon visage. En fait, je souhaite simplement figurer une manière de se scruter, sans aucun narcissisme présent mais afin de faire une introspection instructive.

L’expérience du carnet en elle-même a été novatrice, parfois contraignante, mais souvent enrichissante, et surtout a permis de conserver une trace écrite de notre quotidien de réalisateurs novices (ou non). Au fil de la relecture, je me rappelle par quelles difficultés j’ai dû passer afin de créer et de finaliser le projet Profession étudiant. Depuis le modelage des personnages, la question du son, jusqu’au dessin du story board, chaque étape m’a permis de me rapprocher davantage de notre objectif : créer un court métrage qui traduise ce qu’est notre vie d’étudiant.

Six mois de travail se sont déjà quasiment écoulé et le résultat est proche, qui eût cru finalement que cela soit compliqué de créer des personnages qui nous ressemblent, vivant des émotions et des situations similaires à notre quotidien. Bien que ce billet soit le dernier de cette année scolaire, la véritable chute de rideau sera, à mon sens, le moment où les épisodes de notre web série seront en ligne, tout chauds, impatients d’être visionnés !

Florence Delavaud

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G2] Séquence un

2012-11-14 15.09.22
(cc) Morgane Kerarvran (26/03/2013)

Voila, la fin est proche, ceci est la rédaction du dernier billet. Après relecture, et redécouverte, des dix premiers, j’ai pu me rendre compte que l’écart était grand. Dans les premiers temps, durant l’écriture en groupe, nous nous évertuions à rendre quelque chose de plutôt savant, de très littéraire. C’était une activité qui me rappelait mes années de recherches, en art.

Ces pas incertains nous ont permis de nous connaître, de faire une synthèse et de nous rendre compte que nous embarquions pour une grande aventure. Enfin, c’est l’impression que j’ai eue. Les billets univoques furent différents, et devinrent vraiment enrichissants : un format court pour une histoire fugace en apparence. Mais cela m’a permis de réfléchir au plus important et d’aller droit à l’essentiel. De plus, le travail sur profession étudiant à mis en évidence toute une chaine de travail avec les difficultés que cela soulève.

Aujourd’hui je me dis que malgré ma petite taille, j’ai été capable de faire de grands pas. Même si ce qui m’attend m’enthousiasme de plus en plus, c’est avec fébrilité et nervosité que je regarde devant moi. Cette année m’aura fait gagner quelques centimètres et même si cela me rassure, grandir est un phénomène douloureux. En attendant, comme le montre la photographie, nous sommes plusieurs sur le même bateau et créer, travailler, apprendre dans cette dynamique, est ce qu’il y a de plus enrichissant.

Morgane Kerarvran

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G3] Destination Finale

(cc) Barbara Lancia (29/03/13)
(cc) Barbara Lancia (29/03/2013)

Cette photographie représente un circuit de dominos. On aperçoit en haut à gauche le point de départ symbolisé par la pancarte quadrillée, surmontée de l’indication « Start ». Divers éléments jalonnent le parcours. Même si leur fonctionnement est parfois complexe, ils font partie intégrante du circuit et participent à la continuité du parcours. On remarque que les dominos sont en train de tomber, la majorité étant déjà au sol, et qu’ils approchent d’un point de division des chemins. Trois possibilités de parcours se présentent alors. Au premier plan, on voit un parcours simple se terminant par la représentation d’une guillotine. Juste derrière, se trouve un parcours de difficulté moyenne menant à un avion prêt à décoller. Enfin, le troisième parcours semble complexe et risqué. Il comporte un looping, un cercle de feu à traverser et se termine par un mur.

Cette photographie représente l’ensemble de notre processus de création, développé depuis le début de l’année scolaire. On peut constater le chemin parcouru et les obstacles, relatifs au travail de groupe, à l’écriture du scénario ou aux limites du logiciel Moviestorm, surmontés jusqu’ici (voir billet 1, billet 2 et billet 5). Même si notre progression a pu être ralentie par ces difficultés rencontrées, notre avancée n’a jamais été interrompue. En effet, ces obstacles étaient des éléments nécessaires à l’évolution de notre réflexion et ont finalement enrichi notre création, de par les questionnements qu’ils ont engendrés. Chaque domino représente un élément du projet, le scénario, l’animation, la prise de son… Une étape à valider avant d’envisager la suite du parcours.

Nous arrivons maintenant à la fin du parcours et les décisions à prendre concernant notre projet vont être décisives. Le but est de produire une réalisation la plus complète et détaillée possible, tout en prenant en compte les limites du logiciel. En effet, si nous optons pour une mise en scène trop simpliste, le résultat manquera d’impact et de réalisme. En revanche, si nous choisissons une réalisation trop complexe, nous risquons de dépenser beaucoup de temps et d’énergie pour, au final, ne pas parvenir à nos fins et aller droit dans le mur, en se retrouvant face à des problèmes insolubles. Seul un compromis entre ces deux options, comportant une prise de risques maîtrisée, permettra de parvenir à un projet propre et abouti. Dès lors, nous pourrons laisser libre cours à nos idées, sans risquer le crash.

Cette expérience des carnets de recherche fut pour le moins singulière. Je n’avais jamais rien fait de similaire auparavant et j’ai au départ trouvé le concept surprenant. En effet, j’ai d’abord eu du mal à saisir l’intérêt des billets, en particulier lorsque leur fréquence de rédaction était plus élevée que l’avancement du projet lui-même. Cependant, j’ai fini par me familiariser avec cette méthode de travail et, plus le projet s’est mis à progresser rapidement, plus l’inspiration pour les billets a été grande. À présent, je constate l’évolution de notre travail depuis le début de l’année. Je remarque que le passage des longs billets collectifs aux billets individuels s’est avéré plutôt fructueux, entraînant la création de textes plus originaux et plus personnels. Les billets collectifs nous ont cependant appris à travailler ensemble, à prendre en compte les avis de chacune, à accepter de faire des compromis et à mieux nous connaître mutuellement.

Barbara Lancia

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website