Archives de catégorie : Archives Projets

Arrête de divaguer

Le film est presque terminé, mais il reste une étape : la post production. Tout est dans la boîte, son et image. Le carnet de script attend d’être feuilleté et les rushs d’êtres proprement synchronisés. La troisième écriture du film peut commencer. Reste encore à définir qui fait quoi. J’aimerais monter le film seul, renforcer l’aspect décalé du film par le montage. Mais je n’ai aucun recul… Jonathan s’y connait dans ce domaine mais est-il possible pour lui de monter des images sur lesquelles il figure ? Je demanderais à Laetitia. Elle a déjà une petite expérience et saura m’indiquer les faux pas. Et la musique… La question de la musique m’obsède. Elle est, je pense, la quatrième écriture du film. Elle peut modifier l’ambiance du tout au tout. Qu’aurait été Le Grand Bleu sans Eric Serra ? Himalaya l’enfance l’un chef sans Bruno Coulais et Blade Runner sans Vangelis ? Oui, Le plus fastidieux est encore devant…

 Cela dit, l’expérience du tournage est passée et, maintenant que les rushs sont disponibles, j’arrive à peu près à me faire une idée du film tel qu’il sera dans sa version finale. Dire que celui-ci est né d’une petite action qui a failli être grosse : la perte de contrôle du véhicule à cause d’une boite de bonbons à l’anis. Puis il y a eu cette femme, travaillant à la boutique Kodak de Leclerc. Je prenais un maximum de photos afin d’obtenir deux minutes de rendez-vous avec elle chaque semaine. Elle me penserait fou en apprenant que ces 2+2+2+2+2+2+2+2 minutes furent la motivation du projet. Non, quand même, la principale motivation fut la recherche d’expérience. Réaliser un film, ou plutôt s’extraire une idée de la tête pour la faire passer à l’écran, est plus jouissif qu’il n’y parait. Il s’agit de matérialiser cette idée par des décors, des costumes, des acteurs, de la lumière, du mouvement, un cadre, du son etc… Heureusement que l’équipe qui m’accompagnait, timbrée qu’elle est, a pu l’assimiler. Aujourd’hui, en visualisant les rushs, je me rends compte que le résultat n’est pas flamboyant techniquement, mais peu importe : même après ces quelques mois de « rush », l’idée de départ est restée intacte. Elle n’est plus en moi, je ne peux plus la changer mais elle est bien là, devant moi, retranscrite sur le vieil écran pixelisé de mon ordinateur portable. Bon, arrête de divaguer, mets y toi. Commence par appeler Laetitia.

Tristan Leyri

Je suis Germain, en tout cas j’espère

C’était une première expérience comme comédien. Disons qu’habituellement, je suis plutôt derrière la caméra et je ne me pose pas vraiment la question si je suis bien coiffé. Là, c’était différent, je ne savais pas quel était le cadre, quelle était ma position dans l’image. Au début, c’était du stress surtout, de la gêne aussi et beaucoup de questions. Pourquoi le personnage réagit-il comme ça à ce moment-là ?  Qu’est-ce que ça me ferait moi si on me disait ça ? Il y a eu un moment où j’ai senti que ces questions étaient moins présentes à mon esprit et je sentais le personnage de Germain entrer en moi. J’avais déjà lu à propos de cette sensation. Elle était faible pour ma part car je suis trop peu expérimenté mais j’ai en tout cas pu imaginer ce que cela signifie « d’incarner un personnage ».

Je pense que je suis plus à l’aise derrière la caméra que devant et même si cette expérience était un beau défi et des moments humains que j’ai aimé partagé avec l’équipe et avec Tristan, je ne pense pas me proposer à nouveau pour jouer dans d’autres films. Par contre, je tire de ce film une expérience indispensable je crois à toute personne qui a envie de faire de la mise en scène. J’ai partiellement touché du doigt les craintes que peut avoir un comédien et ce dont il peut avoir besoin comme indications. Je me souviens d’un tournage où j’avais été exaspéré par une comédienne qui faisait « la princesse » sur le plateau. Je ne comprenais pas pourquoi le syndrome « princesse » était commun à presque tous les comédiens que j’avais rencontré, bien qu’à des niveaux différents. Germain m’a permis de comprendre que pour interpréter, la concentration est indispensable et qu’il ne faut jamais laisser ses pensées être occupées par autre chose que le rôle. Enfin, il y a un doute incroyable sur la qualité de ce que j’ai proposé à Tristan, une certaine peur de voir le résultat final et de ne pas supporter me voir ou m’entendre à l’image. Nous verrons bien, en tout cas j’ai hâte et merci à Tristan, Laetitia, Lucile, Manon et aux deux Vincent.

Jonathan  Rochier

Les Copains D’abord

Ab amicis honesta petamus : « À un ami, on ne doit demander que ce dont il est capable.». Et ce dont je suis capable, c’est d’aider un ami dans le besoin, même si la tâche demandée n’est pas simple à accomplir. Et cette tâche, ce fût d’être l’ingénieur son sur le court métrage de Tristan. Et gérer à la fois l’enregistreur et la perche au début du tournage n’a pas été facile et cela m’a demandé d’acquérir de nouvelles compétences afin d’apporter mon concours à la réussite de ce projet. Une autre personne hors du master présente sur le tournage m’a rapidement prêté assistance à la perche, me permettant de maîtriser  cette technique. L’aspect positif de ce travail montre qu’il peut toujours être utile d’avoir des compétences dans plusieurs domaines de l’audiovisuel. L’ambiance fût aussi l’un des points forts de ce tournage, car quand on tourne entre amis, même si le climat peut parfois être tendu, nous avons finalement passé un très bon moment à la création de ce projet, en ayant géré les différents plateaux de tournage, ainsi que les acteurs.

Cette expérience fût également extrêmement enrichissante lors de notre journée de tournage à l’école primaire du frère de Tristan, où après avoir fait tourner la classe de ce dernier, nous avons organisé des petits ateliers concernant les professions du domaine de l’audiovisuel (effets spéciaux, son, écriture/réalisation). Les enfants ont été enchantés par ces ateliers, et suite à cela, nous nous sommes fait la réflexion entre nous qu’il serait intéressant d’organiser cela dans les écoles, car c’est une famille de métiers qui les concerne directement à travers les dessins animés et les films à la télévision. En conclusion, j’ai été très heureux d’être associé au projet Germain, et j’espère que nous aurons l’occasion de renouveler ce genre d’expérience sur mon projet de pilote de série, que nous tournerons lors de nos stages à Paris, si nous en avons le temps et les moyens.

Vincent DUQUENNOY

La vie en positif de Germain

(cc)Lucile Moyano(15/03/2015)
(cc)Lucile Moyano(15/03/2015)

La vie en négatif de Germain a été notre terrain de jeux, d’entrainement et d’expérimentations. Aujourd’hui je crois que nous en sommes tous très fiers. Le tournage s’est achevé, miraculeusement sans aucun contretemps majeur. Germain aura cristallisé autour de lui une grande partie de notre attention durant un bon trimestre, au cours duquel nous lui avons créé des décors, cousu des costumes, cherché des subventions, casté des acteurs, fait couler des litres de café… et bien sûr, emmagasiné des heures de rushes visuels et sonores qui attendent aujourd’hui d’être assemblés sous les doigts de Tristan, son réalisateur. Le fait même que nous soyons allés au bout de ce projet de tournage en un temps si court est une récompense en soi. La deuxième récompense serait de voir La vie en Négatif de Germain vivre, justement, en positif cette fois, aux yeux d’un public. Que ce film trouve sa place en festival et récolte, pourquoi pas, un prix ou deux.

Il a été très agréable, au cours de ce projet cinématographique, de réellement trouver ma place et apporter mon aide. Le plus important pour moi a été de pouvoir tester et approfondir ma façon de « scripter », et je me sens grâce à cela beaucoup plus en confiance avec ce poste que j’affectionne. Aujourd’hui, je suis prête à proposer mes services sur d’autres films, l’idéal étant de devenir stagiaire d’une scripte professionnelle pour en apprendre davantage. Je suis heureuse, en outre, d’avoir touché à des tâches diverses sur ce film : maquiller et vêtir notre actrice principale, trier les rush audio et vidéo comme l’aurait fait un second assistant caméra, monter un dossier de demande de subvention à destination du Fond de Solidarité et Développement des Initiatives Etudiantes… Nous nous sommes vus avec joie attribuer une aide de 1500 euros ! Ceci est, selon moi, une preuve supplémentaire de la qualité du projet. Ainsi, je souhaite rester proche du déroulement de sa postproduction afin d’apporter mon aide quand à la diffusion du film. On se retrouve à la première ?

Lucile Moyano

Une première expérience prometteuse

Au début de l’année nous n’avions qu’une ébauche de scénario écrite par Tristan au cours de l’été. Aujourd’hui nous avons des rushes qui ne demandent qu’à être montés les uns avec les autres pour donner vie au court-métrage La Vie en Négatif de Germain.
Tristan nous avait bien dit à la rentrée qu’il voulait que cette deuxième année de master soit l’occasion pour lui de réaliser son premier film, et pour nous de l’y aider en nous improvisant producteur, assistant réalisateur, ingénieur du son, script ou encore comédien. Nous avons d’abord travaillé ensemble sur la réécriture du scénario pour en faire un vrai outil de tournage, et ensuite nous nous sommes répartis selon les différents postes clés sur un tournage. Et c’est ainsi que j’ai été amenée à être première assistante réalisateur. En cours on nous avait parlé de ce métier et pendant mon stage j’ai eu l’occasion de côtoyer un premier assistant réalisateur. Mais mes connaissances de ce métier n’étaient que théoriques et de l’ordre de l’observation.

Je me suis donc improvisée première assistante réalisateur et j’ai travaillé en étroite collaboration avec Tristan pour élaborer le plan de travail du tournage à partir du découpage technique qu’il avait préparé. La répartition des jours de tournage s’est organisée en fonction de nos compétences respectives et de la disponibilité des comédiens. Nous avons commencé par une demi-journée de tournage comportant des séquences simples dans un temps assez large pour que chacun puisse trouver sa place dans l’équipe et bien s’approprier son poste. Sur cette première demi-journée nous avons eu quatre heures de retard, mais cela nous a permis de nous acclimater à la dynamique du groupe et du tournage, et de nous familiariser avec le matériel, ce qui nous a permis de tenir les autres jours de tournage dans les temps.

Cette première expérience d’assistanat de réalisation m’a beaucoup enrichie, autant sur le plan personnel que professionnel. Je me suis vraiment investie dans ce travail et tout au long de l’avancée du projet, je me suis sentie à ma place. A l’avenir il me plairait beaucoup de travailler occasionnellement en tant qu’assistante réalisateur, même si j’ai conscience que travailler avec des professionnels ayant quinze ans de bouteille ne sera pas aussi facile qu’avec mes camarades de master. Mais je pense que c’est un poste qui pourrait bien me convenir et j’espère qu’un jour j’aurais l’occasion de renouveler cette expérience, peut-être avec mes camarades, autour d’un projet ou sur un tournage, professionnel cette fois-ci.

Laetitia STOFFEL