Archives de catégorie : Pierrot le fou (GODARD)

Le Dernier Mot

karina
(cc) Adélaïde Michel (15/02/2016)

Consigne : “Clap de fin”.

La séquence finale de Pierrot le fou se termine sur la lecture à deux voix des vers inspirés de Rimbaud :

«  Elle est retrouvée.
Quoi?
L’Éternité
C’est la mer allée
Avec le soleil. »

Quand je pense à la clôture si poétique du film, je ne peux pas m’empêcher de me dire que j’aurais aimé savoir poser les mots avec autant de poésie. Mais un mémoire de recherche demande de se conformer à des conventions établies, de maîtriser l’art et la manière d’une stylistique scientifique. Suite à un rendez-vous avec mon directeur de mémoire, je suis actuellement dans un travail de correction, de reformulation de certaines idées, et d’approfondissement de quelques concepts. En somme, je touche à la fin.

Et pourtant, dans une peur paralysante de poser le dernier mot, je n’ai pas encore terminé la rédaction de ma conclusion. Je cherche mes mots mais je ne trouve pas la tournure de phrase qui viendrait clôturer avec brio des mois de travail. Alors je tergiverse, retouche encore une fois la mise en page de ce fichier presque trop conformiste à mes yeux, rajoute quelques mots et attend qu’un enthousiasme soudain me fasse penser que ce dernier mot posé est, enfin, mon point final.

Le titre de ce billet fait référence au court- métrage Le Dernier Mot réalisé par Jean-Luc Godard en 1988.

Adélaïde Michel

L’effet Godard

karinagodard
(cc) Adélaïde Michel (21/12/2015)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le montage narratif — expression que j’emploierai ici pour évoquer l’ensemble de ma réflexion, de mes recherches jusqu’à l’écriture de mon mémoire — peut sembler aussi surprenant et décousu que la structure narrative de certains films de Jean-Luc Godard. Dans mon cahier de notes apparaît une accumulation d’idées, un mélange de citations, de mots isolés pourtant évocateurs à mon goût, de références issues de mes lectures et de tournures de phrases griffonnées sur des coins de pages ; le tout se mêle dans ma tête à des extraits de films, à la voix de Ferdinand Griffon, de Jean-Paul Belmondo dans Pierrot le fou qui tourne en boucle comme un fond musical auquel je ne suis que parfois attentive… tout cela est bien déroutant au premier abord. Mais à bien y réfléchir cela l’est moins. Je m’explique.

À lire Godard — ou ceux qui en parlent — nous ne pouvons qu’être frappés par la multitude des interprétations qui sont faites de son œuvre, et par la multitude de thèmes qu’il aborde dans ses films. Alors dans mon mémoire j’évoque à la fois la musique, la publicité, la bande dessinée, les arts populaires, l’anarchisme et l’élitisme. Aragon aimait qualifier de « collages cinématographiques » les films de Godard multipliant références et citations. Moi-même dans mon travail d’écriture je suis en plein « effet Godard », faisant à sa manière un assemblage, ou devrais-je dire une narration en collage.

Adélaïde Michel

Pop culture chez Godard

(cc) Adélaïde Michel (23/11/2015)
(cc) Adélaïde Michel (23/11/2015)

 

Consigne : « Ma problématique : un casse-tête chinois ».

Dans mon Travail Préparatoire à la Recherche je proposais l’an dernier la problématique : « Comment Jean-Luc Godard, dans Pierrot le fou, utilise-t-il l’art et la littérature pour se détacher du langage cinématographique classique ? » Une problématique maladroite, qui me permettait d’englober des aspects aussi bien esthétiques que narratifs. Cette année, c’est lors d’un séminaire de Frédéric Gimello-Mesplomb, Professeur à l’Université d’Avignon, que la question de la culture populaire m’est revenue à l’esprit. Mes études en Sciences de l’Information et de la Communication et des cours sur les cultural studies suivis en Allemagne m’avaient déjà fait aborder le dilemme entre culture savante et culture populaire, que je souhaite aujourd’hui mettre en perspective dans le travail de Jean-Luc Godard.

Si le cinéma s’affirme parmi les arts populaires, les films de Godard sont très souvent qualifiés de cinéma « élitiste ». Mes lectures me le confirment : par sa forme et les références à l’art et la littérature qu’il véhicule, Pierrot le fou n’y échappe pas. Godard pourtant emprunte aussi à la culture populaire, détournant entre autres la bande dessinée et l’imagerie publicitaire. Jean-Paul Belmondo est, lui-même, une légende du star system. C’est à partir d’une armée de questions (puis-je vraiment qualifier le cinéma de Godard d’élitiste ?), de concepts (Adorno et les industries culturelles) et de mots-clés que j’essaye aujourd’hui de dresser ma problématique. C’est cette dualité que je cherche à questionner. Et qui prendra, très prochainement, la forme tant attendue d’une question unique.

Adélaïde Michel

Contemplation fascinée, une ode à Marianne Renoir

(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)

« Une femme peut très bien tuer plein de gens, c’est pas parce qu’elle a des seins ronds, des cuisses douces qu’elle ne peut pas massacrer tout le monde si elle le veut. Pour rester libre, pour se défendre. »

Marianne à Ferdinand dans Pierrot le fou, 1965

Consigne : “Mes personnages & moi”

Souvent Marianne m’impressionne. Je ne dis pas qu’elle me fascine, me surprend, encore moins qu’elle m’étonne. Je tiens au verbe impressionner car il rend à Marianne son caractère de muse. Outre le fait qu’Anna Karina qui incarne le personnage de Marianne, soit elle-même la femme et la muse de Jean-Luc Godard et qu’elle soit présente dans une dizaine de ses films Marianne est aussi Renoir. Elle porte le nom de l’artiste impressionniste Auguste Renoir et de son fils le cinéaste Jean Renoir. Elle placarde son appartement de cartes d’art et de reproductions de tableaux. Elle porte en elle la spontanéité de la création artistique. Elle agit et vit en suivant ses propres envies, et pas une seule fois elle ne se laissera contraindre par la société bourgeoise consumériste.

Elle représente aussi une icône fétichisée de la femme, à double tranchant. Elle est à la fois femme fatale, sexualisée : « Je trouve que tes jambes et ta poitrine sont émouvantes » lui dira Ferdinand ; mais elle reste pourtant associée à une connotation infantilisante — par l’ours en peluche qu’elle promène, notamment. Pour tout cela Marianne représente une femme énigmatique, enthousiaste, meurtrière peut-être, mais en tout cas, une femme résolument contemporaine.

Adélaïde Michel