Archives de catégorie : Lincoln (SPIELBERG)

Le début de la fin

(cc) Maelys Gosset 11/02/2016
(cc) Maelys Gosset 11/02/2016

Consigne : « Clap de fin »

La fin de la rédaction du mémoire se profile. Mais sera-t-il vraiment fini un jour ? Je le relis encore et encore en essayant d’améliorer la formulation de mes phrases, en intégrant les remarques et conseils après le rendu de la première version. Et pourtant, la même question revient dans mon esprit : Est ce que je me fais bien comprendre ? Suis-je suffisamment claire ? Est-ce que je m’exprime véritablement sans équivoque ? Prendre de la distance sur notre mémoire à ce stade de notre recherche est particulièrement difficile.

Nous achevons notre travail en ajustant aussi bien le fond que la forme. Une mise en page soignée et une expression précise sont primordiales pour exprimer nos idées sans ambiguïté. L’enjeu est, pour moi, de traduire aussi clairement que possible ce que je veux dire à autrui. Ne pas laisser la place aux malentendus dans l’esprit du lecteur, le guider dans mon raisonnement. Et plus je le relis, plus le doute s’installe. Bien sûr, la concision de ce travail de recherche nous donne un léger goût d’amertume, une frustration que nous ne pourrons assouvir cette année et qui pourrait faire l’objet d’un autre projet. Ce mémoire est alors la fin d’une recherche, mais peut-être le début d’une autre.

Maelys Gosset

 

Un plan mené à la baguette !

(cc) Maelys Gosset 17/12/2015
(cc) Maelys Gosset 17/12/2015

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif. »

Après une longue et fructueuse recherche autour du mythe présidentiel et de la place du Président dans l’imaginaire et dans la société américaine, l’étape de l’élaboration du plan a été cruciale. En effet, alors que j’avais en ma possession de nombreuses informations, l’heure était à la sélection et à l’organisation de mes arguments. Le plus dur étant pour moi de mettre de côté ma tendance à me disperser dans mes idées et à me laisser emporter par mon enthousiasme de livrer tout ce que j’avais pu découvrir !

Comme un puzzle, il m’a fallu agencer différentes pièces pour harmoniser ma réflexion afin que chaque partie et chaque argument viennent nourrir ma thématique et ainsi proposer un angle original et pertinent. Néanmoins, toutes les informations recueillies m’ont détachée de mon film. Ainsi, je me suis rendue compte que je me perdais peu à peu, et me laissais aller de digressions en digressions. Le nombre de caractères imparti m’a permis de recadrer mon travail, de me concentrer sur l’essentiel. Je me suis donc astreinte à rester focalisée sur le lien entre mes idées et le film. Le mot d’ordre était donc : discipline !

Maelys GOSSET

De l’ordre dans mes idées

(cc) Maelys Gosset 19/11/2015
(cc) Maelys Gosset 19/11/2015

 

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois ».

L’élaboration de ma problématique a été une étape importante afin de préciser mon raisonnement et de me focaliser sur l’essentiel. En effet, je me suis engagée une première fois sur un sujet trop complexe pour moi et impossible à aborder en si peu de temps :

Comment Lincoln, comme l’exaltation du leader politique américain, serait-il le signe d’une remise en cause de la Démocratie, de l’Egalité et de la Liberté des Hommes ?

Il m’a été très difficile de rester focalisée sur un sujet face au flot d’informations et d’études très intéressantes que j’ai pu découvrir grâce à ce projet de mémoire.

Un entretien avec mon directeur de mémoire m’a aidée à ouvrir les yeux sur mon éparpillement et mon emballement à l’idée d’écrire sur tout ce que j’avais pu lire au sujet de mon hypothèse : Lincoln, le mythe de la figure tutélaire présidentielle américaine. Je me suis donc concentrée sur l’essentiel, mon hypothèse de lecture principale et le thème de la Liberté. Ce qui m’a amenée à :

Lincoln remet-il en cause la Liberté des Hommes à travers l’exaltation du leader politique américain?

Une question principale qui me permet d’articuler mon raisonnement en trois axes et qui interroge à la fois la construction narrative et esthétique du mythe présidentiel dans cette œuvre de Steven Spielberg, la position tutélaire du Président américain dans le film et dans la société américaine, et enfin la conception universelle de la Liberté face à la tentation des citoyens de privilégier l’accès à la paix et à la sécurité que concède un souverain.

Maelys Gosset

Lincoln, le tout-puissant

Consigne : « Mes personnages & moi »

Lincoln est un biopic réalisé par Steven Spielberg, sorti en 2012. Le 16ème président des États-Unis est donc le personnage principal. Daniel Day-Lewis interprète dans cette œuvre une figure emblématique de la mémoire collective américaine. En effet, Abraham Lincoln tient une place particulière dans le cœur des Américains puisqu’il incarne le défenseur de la liberté des Hommes par excellence. Plus que tous les autres Présidents américains, il est une figure mythique de l’hégémonie de la puissance des États-Unis en faisant adopter à la Chambre des Représentants le 13ème amendement abolissant ainsi l’esclavage.

Steven Spielberg, par des choix de mise en scène et une esthétique travaillée,  nous présente un Lincoln puissant, autoritaire et même divin ce qui entre en dissonance avec son propos humaniste : celui de la liberté et de l’égalité des Hommes. Spielberg renoue ici avec la tradition du cinéma des années Reagan de reviriliser l’Amérique en construisant un Président puissant doté de tous les pouvoirs qui se justifie par une bienveillance exacerbée. Le cinéma comme médium de communication internationale bénéficie d’un certain pouvoir de persuasion diffusant une idéologie qui prône le culte de la personnalité, de sa puissance, à travers l’image emblématique du Président. Mon Président, ce héros ! Aucune opposition, aucun allié pour le seconder, Lincoln est seul usant de son pouvoir, contournant la loi. Le roi de l’entertainment nous plonge au cœur de la Maison Blanche dans une  exaltation du leader politique américain. Ce qui semble inédit puisque Lincoln se présente comme un Président autoritaire remettant en cause le principe même de la Démocratie. Alors que j’avais une réelle admiration pour le personnage avant de me plonger dans l’analyse de cette œuvre de Steven Spielberg, il me paraît maintenant plus cruel que jamais !

Maelys GOSSET