Archives de catégorie : Liberty Valance (FORD)

This is the end.

12736021_10208559868616487_626762650_n
(cc) Camille Coquereau (13/02/2016)

Consigne : « Clap de fin »

La fin de l’année scolaire approche et, avec elle, la fin du mémoire. Il n’est plus temps de continuer les recherches mais de laisser place à la rédaction et aux énièmes corrections. C’est un nouveau travail qui commence : il faut relire, soigner cette écriture, alléger le style, ajouter des exemples, revoir certains passages… Ce moment où l’on pense avoir tout terminé alors qu’il reste encore tellement à faire.

Après avoir rendu la première version de mon mémoire, nous avons, avec mon directeur de mémoire, relu phrase par phrase ce texte. « Ici cela est juste » ; « il faudrait appuyer cet argument-ci » ; « peut-être peux-tu lire tel auteur ? » ; « Là cela ne va pas » et ainsi de suite. Ce travail méticuleux permet de voir, une fois la pensée complète posée sur papier, si celle-ci est justement rendue lisible. Terminer le mémoire, c’est donc le peaufiner. Le rendre lisible et compréhensible par tous. La mise en page intervient également maintenant. Il faut trouver les illustrations et bien noter les sources, rendre attrayante la page de garde. C’est la fin d’un travail oui, mais aussi surtout le commencement d’un autre : la soutenance qui, une fois passée, clôturera réellement ce travail de recherche.

Camille Coquereau

Assemblage

10151092_10208163086657186_779865776_n
(cc) Camille Coquereau (20/12/2015)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif. »

La rédaction du mémoire, c’est cet instant où toutes les idées éparpillées doivent se rejoindre. Réussir à les faire se relier entre elles, de façon linéaire et fluide, n’est pas chose facile. Le plan est là, comprenant ses grands titres et ses sous-parties. A l’intérieur de chacune d’elles, les analyses, idées, exemples à développer sont présents sous formes de tirets. Il faut prendre chacune de ces parties, les développer et les soigner puis réussir la transition avec la suivante. L’introduction et la conclusion entourent le propos, deux parties qui renvoient l’une à l’autre en miroir. La première pose les questions, la seconde est censée y répondre. Pour le développement, je cherche les mots justes, mais simples, pour passer d’une idée à l’autre et rendre mon propos aussi fluide que je voudrais qu’il soit.

Pour la rédaction de ce mémoire, je suis l’ordre du développement. Une fois le plan détaillé terminé, avec toutes les références, exemples, analyses et idées inclus dans chaque partie, je commence l’écriture. Tout d’abord la première partie. Puis la seconde, puis la troisième. L’introduction et la conclusion viendront à la fin, lorsque tout mon développement sera réellement posé. J’écris tout, comme les phrases me viennent. Une fois cela fait, la partie plus précise et périlleuse commence et je repars du début pour peaufiner, modifier certaines phrases, ajouter des références ou accentuer l’analyse. Ce travail de collage entre partie donne naissance à mon mémoire, supposé linéaire.

Camille Coquereau

Telle est la question

photo billet problématique
(cc) Camille Coquereau (23/11/2015)

 

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois. »

L’homme qui tua Liberty Valance regorge de thèmes à étudier. Après une année passée sur la Loi, c’est la haine de soi que j’étudie à présent. Celle-ci, que l’on peut voir surgir à travers le personnage éponyme, éclate également en Tom Doniphon, que je considère comme le héros du film. J’ai donc travaillé sur ce thème et un plan a émergé, assez rapidement. La problématique, quant à elle, reste introuvée. J’aimerais parler de cette haine que ressent Tom Doniphon et mettre en avant l’affrontement entre sa nature et sa culture. Sa culture, c’est celle d’un homme de l’Ouest, un cowboy. Cependant, suite à l’arrivée de Stoddard, venant de l’Est, cette culture est remise en question et Stoddard répand peu à peu la sienne. Ainsi, Doniphon, coincé face à une culture qu’il ne comprend et ne maîtrise pas, s’isole et fait exploser ses pulsions de haine envers lui-même.

Comment parvenir à formuler cela ? C’est actuellement ce sur quoi je travaille. Après avoir mis à plat les axes que je souhaite aborder dans mon mémoire, mon plan s’est formé. L’idée qui le guide est celle qui est expliquée ci-dessus. Néanmoins, impossible pour moi pour l’instant de la formuler en mots, en problématique. Je dois rencontrer mon directeur de mémoire bientôt. Suite à cela, j’espère avoir la confirmation que mon plan tient la route et, ainsi, pouvoir voir avec lui si l’idée que je souhaite problématiser est envisageable.

Camille Coquereau

« Who was Tom Doniphon ? »

doniphon 3
(cc) Camille Coquereau (23/10/2015)

Consigne : « Mes personnages & moi »

L’homme qui tua Liberty Valance, c’est Ransom Stoddard. Ou peut être Tom Doniphon, on ne sait pas très bien. Toujours est-il que Liberty Valance sera tué par l’un des deux. Entre Stoddard et Doniphon, je ne sais qui choisir, à l’image d’Hallie dont le cœur balance entre les deux. Le premier vient de l’Est et ne comprend pas que la violence puisse être la seule solution pour régler un conflit. Le second est un cowboy, persuadé qu’un homme doit être fort et pour qui le colt est synonyme de résolution de problèmes. Finalement, le héros, c’est lui.

Comment le cerner, le grand Doniphon ? Lors de sa première apparition, il est figuré par un cercueil. J’apprends alors, larme à l’œil, qu’il est mort. L’histoire qui va suivre est la sienne. Imposant par sa carrure de cowboy, main vissée au pistolet qu’il porte à la ceinture à tout instant, je le crains un peu, tout de même. La force est sa manière de répondre aux violences et il est considéré comme plus fort que l’homme le plus dangereux du pays. Paradoxalement, une forme d’admiration naît chez moi à son égard. Derrière cette force ce cache l’amour qu’il porte pour Hallie. Celle-ci lui préférant l’homme de l’Est, mon cœur se brise alors en même temps que le sien. Trop d’époques nous séparent, rendant l’identification impossible. Néanmoins, l’humanité de cet homme dur au cœur brisé m’atteint et le rend alors totalement fascinant.

Camille Coquereau