Archives de catégorie : Rosetta (FRÈRES DARDENNE)

Une réponse sans question…

Seule face à la difficulté - Rosetta
Seule face à la difficulté – Rosetta

Consigne: ma problématique, une odyssée!

On parle d’une « odyssée » pour qualifier les périples qu’une personne vit ou effectue. Définir une problématique c’est un peu ça. Si je m’en réfère à la méthodologie, une problématique c’est « poser une question à partir de laquelle un plan doit découler ». Elle se construit par tâtonnement, par des allers-retours entre l’intuition et les lectures, entre la théorie et les faits ». En théorie, l’exercice semble plutôt simple, et pourtant ! L’objet de mon travail jusqu’à présent a été le réalisme du film Rosetta, des frères Dardenne. A la limite du documentaire, le film est composé d’images simples, épurées mais puissantes. Si ce réalisme éveille mon intérêt c’est parce qu’il s’appuie sur un désir de présenter le quotidien en l’état, avec un personnage fort auquel je peux m’identifier. Rosetta ne ment pas, elle « fait du spectateur un témoin de la réalité ».

Cette année j’ai décidé de préciser l’objet de mon travail en le rapprochant d’un courant cinématographique datant de l’après-guerre : le néoréalisme italien. Le cheminement jusqu’ici a été plutôt simple. Si Rosetta, et l’œuvre des frères Dardenne en générale, sont reconnus pour leur aspect réaliste, ils sont fréquemment comparés au néoréalisme italien. Les frères Dardenne avouent d’ailleurs s’en être très inspirés. Mon travail va ainsi consister à montrer en quoi Rosetta se rapproche tant de ce courant. Pour cela, je dois avant tout définir avec justesse une problématique dont la formulation marquera la fin d’un périple. Car si aujourd’hui je connais la réponse, sachez que je cherche encore la question…

Coline Cesbron

Le souvenir d’une rencontre

Emilie Dequenne dans Rosetta, des frères Dardenne
Emilie Dequenne dans Rosetta, des frères Dardenne

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Je me souviens. Ce jour où l’on a mis entre mes mains une liste de films dont la majorité des titres m’était inconnue. « Suis-je à ma place dans cette formation ? ». « Vais-je choisir le bon ? ». Un soir, sceptique face à cette feuille de papier énumérant les choix s’offrant à moi, j’aperçois un prénom. Rosetta deviendra l’objet de mon travail de recherche. L’œuvre, dévoilant « une fille d’aujourd’hui », est une rencontre entre un personnage et son spectateur. Si réaliste semble-t-elle, Rosetta donne à voir le monde par le biais de son propre regard.  A la fois forte et torturée, je crois qu’au-delà de la rencontre, je me suis identifiée à elle. Tantôt attachante, tantôt détestable, c’est entre amour et haine que je l’ai suivie dans son combat pour la survie.

La difficulté avec l’analyse d’un film comme Rosetta est justement la proximité. Inspirés du format documentaire, les frères Dardenne jouent volontairement sur des mouvements esthétiques s’en rapprochant afin de créer la rencontre. Rosetta est fictive mais c’est un personnage quasiment tangible qui s’impose au spectateur par le biais de sa douleur, ses difficultés et ses sentiments. Dans le cadre d’un travail de recherche, la prise de recul devient alors une évidence, nécessaire à la justesse de l’analyse. Lors du premier visionnage de Rosetta, je me suis justement autorisée cette rencontre. Comme un spectateur lambda, j’ai inconsciemment habité le quotidien « documentarisé » de ce personnage de fiction le temps d’une unique immersion. Une fois consciente et avertie de la dimension affective de Rosetta, j’ai considéré le film plutôt comme une succession de plans réfléchis et travaillés qu’une globalité émotionnellement absorbante.

Coline CESBRON