Archives de catégorie : Rose pourpre (ALLEN)

La lumière au bout du tunnel

Consigne : Mon travail de recherche, alors… heureux ?

Lorsque je suis entrée en deuxième année de master, je savais que l’un des gros travaux serait celui du mémoire. Dès la rentrée, nous avons été mis dans le bain par l’annonce des noms de nos directeurs de mémoire qui allaient suivre notre travail tout au long de l’année. Après avoir passé un an sur le film de Woody Allen, « La rose pourpre du Caire » il fallait se replonger dedans, trouver de nouvelles idées. A ce moment précis, j’avais vraiment l’impression d’avoir tout dit dans mon Travail Préparatoire de Recherche. L’autre crainte, pour ce travail de mémoire, était de devoir lire beaucoup de livres, des livres abordant des thèmes que je ne maîtrisais pas (philosophie, psychanalyse etc.). Malgré cela il fallait que j’avance !

 Aujourd’hui, à la fin de cette aventure, toutes mes craintes ont été surmontées : des nouvelles idées sont nées, des livres sont lus et la rédaction est presque terminée, j’en vois enfin le bout ! Reste encore à s’accrocher pour cette dernière ligne droite.
Ce mémoire m’aura permis de confirmer mon envie de rentrer dans la vie active et de sortir du cadre universitaire. En effet, même si ce travail de mémoire s’est bien déroulé et qu’il m’a paru intéressant, je sens que j’ai besoin de faire des choses qui me paraissent plus concrètes dans un cadre plus professionnel.

Laëtitia

Je ne comprends rien, ça n’avance pas…

Consigne : C’est le bazar dans ma tête … (ou pas).

« Qu’est ce qu’on attend de moi ? » C’est la question que je me pose régulièrement. Si cela paraît clair pour les professeurs, je dois avouer que pour moi, l’objectif de ce mémoire reste encore flou.
Que lire ? Quoi ajouter ? Où creuser ? Vers quoi partir ? C’est tant de questions qui restent en interrogation dans ma tête. En effet, pour mon directeur de mémoire, l’objectif est précis mais semble loin de ce que l’on nous demande dans la formation ; beaucoup de psychanalyses (l’amour, l’imaginaire, la fascination) et de concepts lointains pour moi qui aime plutôt les choses concrètes.
C’est pourquoi trouver de nouvelles idées dans ce brouhaha cérébral est compliqué.

Heureusement, les rendez-vous avec mon directeur de mémoire permettent d’avancer petit à petit, même si l’objectif final est loin d’être clair. Ensemble nous définissons des objectifs à court-terme (pour la prochaine rencontre), ce qui permet d’avancer pas à pas.
Il m’a fallu définir les mots-clés des thèmes de mon film : amour, cinéma, fascination… pour découler sur des questionnements qui aboutiront à une problématique. De plus, ses conseils de lecture sur l’amour, l’imaginaire, le mélodrame au cinéma vont pouvoir enrichir ma future analyse.
Il s’agit donc maintenant de lire ces ouvrages et parallèlement prendre le temps de réfléchir, poser les questions et sortir une problématique qui pourrait englober tous ces concepts en rapport avec « La Rose pourpre du Caire ».

Laëtitia

 

Reprendre, continuer… pour enfin terminer !

LaRosePourpre-B1

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Qui n’a jamais rêvé de parler avec l’un des personnages de son film préféré ? Qui n’a jamais voulu que ce personnage devienne réel ? Qui n’a jamais rêvé entrer dans un film ? J’ai choisi le film « La Rose pourpre du Caire » pour le scénario que je trouve très original : c’est le film dans le film. Malgré le contexte de crise économique dans lequel vit Cécilia (le personnage principal), ce film reste une comédie plutôt joyeuse, avec des situations et des dialogues humoristiques ce qui lui donne une certaine légèreté et m’a permis de l’apprécier encore plus. Plusieurs thèmes sont abordés comme l’amour, la vie socio-économique mais surtout la fascination que peut provoquer le cinéma. C’est cette fascination qu’éprouve Cécilia et que peut éprouver tout spectateur touché par un film, qui m’a intéressé puisque dans « La Rose pourpre du Caire », elle est poussée à l’extrême.

Le but de ce travail de mémoire est d’analyser le film avec ma vision personnelle : ce que je vois, j’entends et ce que je ressens. Dans un premier temps, j’ai réalisé le travail demandé (découpage séquentiel, recherches sur le contexte économique etc.) sans trop savoir vers quoi j’allais. Puis, c’est finalement lors de l’analyse d’une séquence en particulier, celle où le personnage sort du film pour rejoindre Cécilia que tout est ressorti. C’est effectivement dans cette séquence que je me suis aperçue qu’il y avait un contraste évident entre la réalité triste de Cécilia et la fiction bien plus belle. C’est ce contraste que l’on retrouve sur la globalité du film qui m’a permis d’axer tout mon travail.
Il s’agit maintenant de reprendre et continuer ce travail de recherche et d’analyse…

Laëtitia