Archives de catégorie : Paris, Texas (WENDERS)

Ça tire…

« Mon travail de recherche, alors… heureux? »

Le résultat de mon travail préparatoire à la recherche m’avait conforté dans l’idée qu’il était aisé d’analyser un film. Il suffisait de prendre son temps, de visionner des films, lire un peu, écrire deux trois idées qui passaient par là, puis recracher quelque chose qui s’apparentait à une analyse décousue. Or, un mémoire, ce n’est pas la même. Les conditions de travail restent similaires, certes, mais  le résultat doit être structuré, souple. Il s’agit de s’adresser à un lecteur et le guider dans sa réflexion. Cette souplesse que je pensais acquise ne l’était pas, et quand il a fallu s’y mettre, ça a tiré…

Aujourd’hui, je ne suis toujours pas contorsionniste, mais j’ai compris à quoi servent les exercices : il s’agit d’avoir une écriture claire et précise, et d’éviter tout « blablatage » (ce qui n’est pas le cas de ce billet, nous sommes d’accords). Mais, tout de même, je suis fier lorsque je relis mon travail. Non pas fier du résultat, mais fier de voir où sont mes failles. Mes erreurs me sautent désormais aux yeux et je pense que ça, c’est le plus grand des acquis.

Tristan Leyri

Le mythe

Consigne : Ma problématique, une odyssée ! 

En me renseignant sur Wenders, je découvris qu’il était l’un de ces nouveaux cinéastes allemands avec Fassbinder, Adlon ou encore Herzorg à avoir été attiré par le continent Américain, lequel déversait déjà son influence culturelle et la sur-représentation de son mythe en Europe depuis quelques années.  Paris, Texas ayant donc été tourné aux Etats-unis, je fus tenté de percevoir en ce film des traces de syncrétisme culturelle, un indice flagrant marquant l’altérité de l’auteur. Cet indice était là : une certaine ressemblance avec le western, genre porteur du mythe Américain.  Je me suis alors demandé s’il utilisait consciemment les codes du genre afin  de les détourner et ainsi déchirer le voile de ce mythe historique pour nous dévoiler ce qui se dissimule derrière…

Il est bien facile de conclure que Wenders critique ou non les Etats-Unis, ce qui était la problématique de mon TPR. Il suffit de lire ses écrits pour s’en rendre compte. Pour donner un sens plus profond à mon objet d’étude, j’ai dû trouver un fil conducteur permettant de bâtir ma réflexion et éviter tout manichéisme. Je suis alors allé chercher du côté du mythe américain et de ses représentations, de l’influence des États-Unis sur l’Europe et de l’amalgame des genres. J’ai alors compris que Wenders portait ce mythe en lui et le retransmettait inconsciemment par l’image et la dramaturgie, ce qui me conduisit directement à ma problématique.

Tristan Leyri

Indien ou cowboy ?

Consigne: C’est le bazar dans tête… (ou pas)

Difficile de savoir où j’en suis face à mon mémoire. Ce Monument Valley qui me parait infranchissable. D’un côté, je suis le cowboy, arpentant les mythes de l’Ouest Américain pour la première fois tel un conquérant. Tout  ce qui concerne mon sujet m’est inconnu. Je suis perdu dans un vaste désert d’informations.  Mais j’ai les pieds sur terre, j’avance pas à pas et la direction est claire : l’ouest, et nul par ailleurs. J’emporte avec moi quelques outils qui me permettront de me défendre : une winchester’73 et les théories nécessaires à la rédaction d’un mémoire. De l’autre côté, je suis l’indien, le sauvage, prêt à arracher quelques scalps pour arriver à mes fins. Je fonctionne à l’instinct et rien ne me fait peur. Animiste, je sais invoquer l’esprit de l’aigle pour me projeter au loin. Mon objet filmique,  le Texas, je le connais comme ma sacoche à peau de bison. Mais je ne devrais pas être si confiant. Nous savons tous comment ces peuples ont fini …

Posons les colts et les tomahawks, faisons la paix. Mettons fin à cette schizophrénie, et mettons-nous au travail. C’est une chose, certes, de s’imprégner totalement du mythe Américain pour expliquer comment Wenders l’a lui-même utilisé pour critiquer ce pays irraisonné, mais il faut savoir redescendre sur terre. Mon seul rôle à jouer, dans tout ça, c’est celui du chercheur. Mes seuls outils sont les livres et les films, sans quoi je n’atteindrai jamais le fond du sujet…

Tristan Leyri

Paris, Texas, Bordeaux…

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

Paris, Texas. Un dossier noyé parmi tant d’autres : Rosetta, L’embryon, Tropical malady… Même pas un petit Batman qui traîne,  non, rien que des titres  inconnus. Allez, j’en regarde quelques-uns et on verra bien… Paris, Texas : du blues joué au bottleneck, des paysages grandioses, une relation père/fils émouvante et une actrice principale franchement mignonne. L’embryon : une femme fouettée pendant deux heures et demi. Le choix est difficile… Paris, Texas. Je ne suis hélas pas le seul à l’avoir choisi. Une guerre froide commence. Il va falloir se la jouer diplomate et faire changer d’avis l’une de mes collègues. La bataille est rude, mais je sors vainqueur… Paris, Texas. Nous allons devoir cohabiter ensemble pendant deux ans. On s’observe timidement. Je le soupçonne d’être un film à l’eau de rose. Lui me soupçonne d’être trop niais pour le comprendre. On verra bien…

Les soupçons s’estompent finalement très vite. Après l’avoir vu, revu, découpé, retourné, le film ne devient plus qu’une simple grille d’analyse. Tout est clair : l’histoire, les personnages, les décors… Seulement, je réalise que je reste indifférent à son auteur, ce fameux Wim Wenders. Je dois lui faire face. Quelque chose de clair et d’évident ressort de ses bouquins : c’est un obsessionnel des Etats-Unis. Tel un psychanalyste, j’essais alors de me faufiler dans son esprit. Je creuse dans ses neurones. Je vis dans ses rêves. Je veux et dois assimiler son point de vue. J’essaie de comprendre son rapport personnel à l’Amérique. Comment se la représente t-il ?  Comment nous la présente t-il ? Pourquoi de telle manière et pas d’une autre ? Une nouvelle lecture du film s’opère donc, problématique en tête. Je le perçois désormais comme une ethnographie que l’auteur et son altérité conçoivent pour et par l’image.

 

Tristan Leyri