Archives de catégorie : Mulholland drive (LYNCH)

« Étrange ? Vous avez dit étrange ? »

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Capture d’écran 2015-01-18 à 22.04.19
Mulholland Drive, 2001

Étrange… D’abord dans sa conception : un pilote refusé par ABC qui est passé aux salles obscures avec l’aide de productions françaises, devenant ainsi un film culte. Cela fait de M.D un objet atypique avec des conditions de production hollywoodiennes tout en s’inscrivant dans le film d’auteur européen. Étrange ensuite, d’un point de vue narratif : ces personnages qui disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus, ces questions qui resteront sans réponses, ces fausses pistes, ces obsessions : les téléphones, les rideaux, les lampes, la boîte bleue… Et ces visages ? Ces visages auxquels le réalisateur nous a attachés pendant plus d’une heure et demie. Quoi de plus étrange et inquiétant que de ne plus reconnaître ce que nous pensions connaître ?

Étrange… C’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit après avoir visionné pour la première fois M.D. car j’avais l’impression de ne pas le comprendre, que quelque chose m’échappait. Mais peu importe, l’émotion était bien présente. J’ai d’abord tenté d’expliquer le film, en essayant de détacher le rêve de la réalité. Puis, je me suis rendue compte que la clé n’était sûrement pas de trouver une explication rationnelle. Ce qui reste au final se trouve au niveau des sensations et émotions : celles des protagonistes et des spectateurs. Ce sujet me permet de faire le pont entre les différents points dont je veux parler, de faire le tri et également de prolonger une partie de mon travail sur la psychanalyse, débuté l’an dernier.

 Fanny Galou

Et j’ai vu la lumière…

Mulholland Drive (2001)

« Mulholland Drive mais t’es folle ! On comprend rien à ce film ! » Certes, et aujourd’hui j’ai compris qu’il ne fallait pas essayer de comprendre ! On ne rationalise pas l’irrationnel. Trop de pistes, trop de sujets: le rêve, l’inconscient, le désir, l’amour, la violence et j’en passe. Ensuite, sur quel mode les traiter ? La philosophie, la psychanalyse, entre d’autres mots: du chinois pour moi. Sans parler de la quantité pharaonique d’informations et de lectures concernant Monsieur Lynch. Et en plus de tout cela, on nous demande d’être original !?

Après avoir essayé pendant un an de mettre des cubes dans des cercles, je pense enfin avoir trouvé une piste ! Et cette piste me plaît, rien de plus motivant que de traiter d’un sujet auquel on s’intéresse vraiment. Pour couronner le tout, la piste en question, n’a pas l’air d’avoir été tant empruntée que ça par les précédents éclaireurs lynchiens. Maintenant que j’ai ouvert une brèche, il ne me reste plus qu’à m’y engouffrer et débroussailler encore plus le chemin. En plus clair: délimiter le champ de mes recherches, définir les termes et concepts que je compte utiliser, puis affiner mes lectures. Bref, en un mot: rassurée.

Fanny G.

Rendez-vous à Mulholland Drive

(cc) Fanny G. (05/10/2013)
(cc) Fanny G. (05/10/2013)

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Donc la première rencontre fut plutôt étrange. Je n’ai pas réussi à le cerner d’entrée de jeu. Mais c’est justement cette étrangeté qui, je crois, m’a séduite. Lors des rendez-vous suivants, le mystère était toujours présent, il s’est même intensifié. Mais cette fois, j’ai décidé de me laisser faire, de me laisser entraîner dans son univers. Et là ce fut le coup de foudre. Ce simple rendez-vous s’est transformé en expérience. Une expérience qui transcende les sens. Inquiétant et intriguant,  son mystère fait sa beauté. Je ne sais pas pourquoi mais c’est comme si on était connecté, sur la même longueur d’onde. Puis comme dans chaque nouvelle relation qui débute, arrivent les premiers doutes. Le temps de la remise en question: sommes-nous vraiment faits pour être ensemble ?

Ma première erreur fut de vouloir expliquer le film de manière rationnelle en pensant que j’y verrais plus clair par la suite. Ensuite la principale difficulté était -et reste- de trouver une problématique. En effet, Mulholland Drive étant très commenté, je ne voulais pas me confronter à une question déjà étudiée. Enfin, je me sentais perdue dans la multitude de thèmes auxquels renvoie le film et ainsi je ne réussissais pas à me fixer sur un point en particulier mais sur plusieurs que je n’arrivais pas à lier entre eux. Bloquée, j’ai décidé de partir dans l’analyse d’une séquence pour en dégager un thème et ainsi une problématique que je pourrais ensuite appliquer à tout le film. Constatant que cette méthode « à l’envers » n’était pas forcément la bonne, je décide de changer de cap et de repartir de zéro. Ainsi, je vais dans un premier temps compléter ma bibliographie afin d’avoir plus d’éléments qui me permettront de consolider et de reformuler ma problématique puis tenter de me fixer sur un seul thème que je pourrais approfondir plutôt qu’une multitude qui ne seront traités que superficiellement.

Fanny G.