Archives de catégorie : Labyrinthe de Pan (DEL TORO)

A bout de souffle

Consigne: « Mon travail de recherche, alors…heureux? »

Alison Goizet (cc) (22/02/2015)
Alison Goizet (cc) (22/02/2015)

Lorsque nous avons fait le point, en classe, sur nos sentiments quant à la rédaction de nos TPR (Travaux préparatoires à la Recherche), j’étais assez confiante. En effet, j’étais l’une des rares personnes à ne pas avoir l’impression d’avoir tout traiter. Je savais pertinemment que ma problématique était trop simple et que mon analyse du film était encore trop fragile pour faire l’objet d’un mémoire. J’étais confiante dans le sens où je savais que mes rencontres avec mon directeur de mémoire m’aiguilleraient vers la bonne direction. De plus, j’avais déjà une idée de l’orientation que je voulais donner à ma nouvelle problématique. De ce fait, j’étais rassurée quant au manque de matière qui faisait défaut à certains de mes camarades. Le Labyrinthe de Pan étant un film riche avec de nombreux axes possibles à développer.

Lorsque je fais le bilan de mon travail, je reste assez indécise. En effet, ce qui me confortait au début s’est vérifié, cependant, je ne suis pas pour autant satisfaite. Même si j’ai traité tout ce dont je voulais traiter, je pense que mon défaut est de rester encore trop en surface et de ne pas assez creuser certaines parties. Je suis comme un sprinter dans mon travail : je pars à toute allure, je suis compétente sur une courte durée mais j’arrive vite à bout de souffle lorsqu’il s’agit d’être endurante. J’ai énormément de mal à me relire et à passer du temps sur mon mémoire si je sais que je ne suis pas sous pression. Cela m’a aussi aidé cette année, j’ai travaillé vite et efficacement. Je pense que ce qui m’a fait le plus défaut dans ce travail fut mon manque de rigueur et ma plus grande qualité mon efficacité.

Goizet Alison

Ma problématique: une quête!

Alison Goizet (18/01/2015) cc
Alison Goizet (18/01/2015) cc

Consigne : Ma problématique, une odyssée!

Le Labyrinthe de Pan était un choix personnel. Je savais que ce film m’accompagnerait pour le pire comme pour le meilleur pendant deux années d’étude. Ma problématique, quant à elle, à été plus difficile à définir. J’étais très intéressée par l’originalité du film, c’est-à-dire, faire parler une enfant pour raconter des événements atroces, tels que la guerre, l’oppression… Puis, suite à mon TPR, je trouvais cette problématique trop évidente pour faire l’objet d’une analyse. J’ai donc décidé de la changer en me concentrant sur un point qui, au début, me semblait n’être qu’un détail. De plus, cette problématique est un challenge pour moi car elle me pousse à creuser le film sous différents aspects et, pour une fois, ne pas aller vers la simplicité. Finalement, je me suis arrêtée sur la problématique suivante : Le Labyrinthe de Pan, ou comment, à travers un monde onirique et symbolique, se manifeste la quête du père d’Ofelia?

De manière pragmatique, je me suis tout d’abord tournée vers la fonction de conte que possède le film sans creuser davantage. Après une remise en question et les conseils de mon directeur de mémoire, j’ai décidé, tout en conservant en ligne directrice le conte, de me pencher sur l’esthétisme du film, sur son aspect philosophique et psychanalytique ainsi que sur sa structure cyclique. C’est ainsi que j’ai réussi à rédiger ma problématique et un plan développé et structuré.

Goizet Alison

Perdue dans un labyrinthe d’idées…

Alison Goizet (11/11/2014) (cc)
Alison Goizet (11/11/2014) (cc)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Au début, lorsqu’on me parlait du mémoire, j’étais assez sereine. Je me disais que mon film était tellement riche que je n’aurais aucune difficulté à enrichir mon plan et ma problématique. Assurément, les idées me viendraient au fur et à mesure et l’inspiration ferait le reste… ou pas! Les trois rendez-vous que j’ai eu avec mon directeur de mémoire, au lieu de me rassurer, m’ont plongée dans un océan flou rempli de zones obscures. L’axe sur lequel j’avais posé tout mon TPR et ma problématique ne sont plus d’actualité. Mon directeur m’a dirigé vers un axe qui, pour moi, n’est pas du tout clair et difficile à aborder. Lorsque je suis sortie de ma dernière rencontre avec lui, j’étais complètement perdue et dépitée.

Après une grande réflexion et les encouragements de mon copain, j’ai arrêté de paniquer et j’ai relu les notes et les conseils que mon directeur m’avait donné. J’ai commencé de nouvelles recherches et revu mon film afin de mieux percevoir ce qui m’avait précédemment échappé. De plus, j’ai relu mon TPR afin de garder ce qui pouvait l’être. Ma problématique n’est pas encore finalisée mais mes lectures m’aideront à l’exprimer autant à l’oral qu’à l’écrit.

Goizet Alison