Archives de catégorie : Kadosh (GITAÏ)

Une esthétique problématique

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

L’objet de mon mémoire porte sur l’esthétisme dans le cinéma d’Amos Gitai.  J’ai choisi cet angle car je pense qu’il est essentiel dans  le domaine de l’audiovisuel de décrypter l’image. Le cinéma est un art visuel avant tout, on ne peut en faire une lecture uniquement narrative.  Les images, elles aussi, constituent une forme de narration, pour cela il faut creuser leur sens caché. Amos Gitai a fait ses armes en tant que réalisateur de documentaires, il cherche à produire du « réel » au travers des images qu’il tourne, à la limite du « docu-fiction ». La question qui en découle est la suivante : Quelles représentations de la communauté Juive ultra-orthodoxe, la caméra d’Amos Gitai met – elle en lumière ? »

L’étude de cet esthétisme s’est imposée d’elle-même. Lorsqu’on visionne « Kadosh » les images nous suggèrent implicitement de nombreuses significations. Plusieurs scènes sont des rites du Judaïsme reproduits à l’identique. Au départ, je ne comprenais pas  ce qu’Amos Gitai voulait représenter. Après avoir fait des recherches j’ai compris les rituels. Dès lors les mouvements de caméra, les décors, les couleurs m’ont frappés. Mon esprit était prisonnier de la narration à vouloir absolument tout comprendre, les indices étaient pourtant devant moi, dans l’esthétique qui compose chaque scène. Au travers de cet esthétisme, l’enfermement et la servitude volontaire engendrent une libération inéluctable des personnages.

Alexia DI CIOCCIO

Remue-méninges, remue-ménage

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

La définition d’une nouvelle problématique pour mon mémoire n’a pas été une tâche aisée. Après de nombreuses lectures, les choses ont commencé doucement à se mettre en place dans ma tête. En effet, les ouvrages de Freud, Spinoza, Foucault et bien d’autres m’ont confortée dans l’analyse de l’enfermement dans le film « Kadosh ». Ils m’ont aussi offert de nouvelles pistes afin d’élargir mon sujet. Il sera donc question dans cette analyse d’une confrontation entre enfermement et liberté. Cependant des doutes me viennent, ne suis-je pas en train de m’égarer ? La multitude de concepts que je mets en avant afin de répondre à cette problématique ne va t-elle pas finir par me nuire ?

Toutes ces pistes ont permis de faire émerger une problématique quasi définitive. Maintenant il va falloir organiser tout cela, faire naître un plan fixe.  Il est temps de prendre les pistes une à une,  de lister les différents éléments de réponses qu’elles apportent à ma problématique. Une fois ce listage fait, je sélectionnerai les plus pertinentes et éliminerai de façon définitive les autres. Ainsi je pense pouvoir me consacrer pleinement au développement des points principaux et commencer leur rédaction.

A. DI CIOCCIO

« Sacré mémoire »

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

La première chose qui m’a attiré avant même d’avoir visionné ce film est son nom ; « Kadosh » signifie « sacré » en hébreu.  N’ayant pas une grande connaissance de la religion Juive et de sa culture, ce film était pour moi l’opportunité de découvrir un nouvel univers.  Lorsque j’ai vu le film pour la première fois,  j’ai découvert  deux mondes : celui des Juifs Orthodoxes et celui du réalisateur. J’ai été séduite par la façon qu’à Amos Gitai de raconter une histoire. J’aime la manière qu’il a de filmer ses acteurs, mais aussi son don pour dire les choses implicitement. Bien que les nombreux plans séquences rendent l’oeuvre assez lente, j’ai été totalement aspiré. Cette lenteur m’a permis de m’imprégner des personnages, de sentir leur détresse et leur mal-être.  Ce respect du temps donne une dimension très réaliste au film.  « Kadosh »  a réussi  a faire naître en moi un malaise, comme celui qui règne tout au long du film. Il m’a touché par son esthétisme et par les sujets qu’il traite : il dénonce sans accuser.

Tout d’abord, j’ai commencé par faire des recherches sur le contexte social et historique d’Israël, de Jérusalem et de ses habitants. Parallèlement je me suis intéressée plus en détails à la culture juive. L’ensemble de ces recherches m’ont permis de comprendre de nombreux éléments. Une fois le fond du film entièrement assimilé, la forme et l’esthétisme des images m’ont sauté aux yeux. J’ai alors réalisé toute l’importance de l’utilisation du plan séquence et d’un cadre particulier. Alors, la problématique du TPR s’est dessinée presque naturellement. Je me suis tournée vers la piste de « l’enfermement », comment au travers de l’image Gitai enferme les protagonistes de son histoire aussi bien physiquement que psychologiquement.

Alexia DI CIOCCIO