Archives de catégorie : Hunger (MC QUEEN)

Quelle avancée…

Consigne: « Mon travail de recherche, alors… heureux? »

En proposant mon Travail Préparatoire à la Recherche fraichement rédigé l’année dernière, j’étais sûre du travail que j’avais fourni. Selon moi, les idées étaient bien exposées et répondaient entièrement à la problématique posée. Alors, quand en septembre on m’a demandé de trouver les failles de ma rédaction et de cibler les nouvelles idées à développer ma réponse fut brève: « J’ai déjà tout dit ». 
Les intervenants m’ont alors aiguillé en me disant que j’allais forcément trouver des propositions nouvelles mais que cela demandait du temps et une certaine organisation. Totalement cloisonnée par les barrières imposées par le TPR, j’ai commencé à paniquer pensant que je ne trouverais jamais une manière de creuser le sujet.

Et bien non, je n’avais pas tout dit. En relisant attentivement l’ensemble de mon travail, de nombreuses parties me sont apparues comme obsolètes. La rédaction alors épurée, une nouvelle problématique s’est dessinée. Repartir sur une problématique ciblée et claire m’a permis d’avancer chronologiquement et de créer un cheminement rédactionnel qui fait sens. 
J’ai alors compris grâce à la rédaction de ce mémoire que l’organisation était le maître mot de tout travail de recherche. En partant d’une idée claire, les sous-parties et paragraphes s’enchainent de manière naturelle et le travail qui en découle est simplifié. J’ai alors découvert une nouvelle manière de travailler basée sur l’organisation qui me sera utile tout au long de mon parcours professionnel.

Emilie D.

Le corps messager

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Lorsque l’on visionne un film, notre capacité à regarder est directement sollicitée. En effet, les images avec lesquelles nous établissons le premier contact nous disent beaucoup. Steve McQueen, réalisateur de trois longs-métrages extrêmement axés sur le champ du visuel l’a bien compris. Plasticien de renommée, il répercute ses travaux précédents, basés sur la représentation du corps, sur l’ensemble de sa filmographie. En établissant un rapport direct entre narration et esthétisme, il parvient à faire converger son personnage principal et des notions bibliques. Ma problématique se dessine alors : Peut-on dire qu’en établissant un lien entre Bobby Sands et la figure christique, Steve McQueen traite de la souffrance des corps?

Lorsque je me suis lancée dans mon travail d’analyse, j’ai d’abord visionné les  travaux précédents de l’auteur. J’ai tout de suite remarqué que le réalisateur axait ses œuvres sur le corps humain et sur son traitement. En me plongeant  particulièrement sur l’étude de  Hunger, j’ai constaté que ma théorie s’avérait juste et que le corps représentait l’un des aspects majeurs du film. C’est à ce moment précis qu’une question s’est imposée à moi : en travaillant ce corps meurtri, quel message le réalisateur souhaite-il nous faire passer ? En étudiant de manière plus globale le film, j’ai compris qu’un parallèle était établi entre le personnage principal et Jésus Christ. Dès lors, j’ai commencé l’analyse des images représentant le corps en tentant de déceler tous les indices renvoyant au Christ.

Emilie D.

Esprit embué

hunger f3

En écrivant la dernière ligne de mon Travail Préparatoire à la Recherche l’année dernière, j’étais sure de moi : tous les points concernant ma problématique étaient traités. Mon plan était fixe, organisé de manière cohérente et répondait à la problématique. Cependant, au moment de me replonger pleinement sur mon travail dans le but d’écrire mon mémoire final, tout s’est embrouillé. Comment pourrais-je compléter mon analyse ? De quelle manière m’y prendre ? Devrais-je changer ma problématique et repartir à zéro ? Ou devrais-je ponctuer celle-ci de mes dernières recherches en organisant un tout nouveau plan ? Tant de questions qui m’ont plongé dans le flou, embuant et enfumant mon esprit de manière à me perdre dans une mare d’informations.

Avant de céder à la panique, j’ai tenté d’appréhender cette nouvelle étape de façon calme et raisonnée. Après une longue discussion avec mon directeur de mémoire, j’ai compris qu’il était possible d’apporter à mon TPR les informations nécessaires afin de le transformer en mémoire. Il suffisait alors de structurer ce dernier et de venir glisser les éléments nouveaux de manière à le rendre complet et intelligible. En commençant les recherches premières, le dessin d’un nouveau plan a commencé à se dessiner dans ma tête. Il permettait alors, selon moi, de mêler les éléments déjà présents dans ma rédaction aux nouveaux aspects qui finalement correspondent également à la ligne directrice de ma problématique. Maintenant, reste à creuser et rédiger…

E.Donès

La lutte des sentiments

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

« Hunger », film réalisé par Steve McQueen sorti en 2008. A sa sortie en salle, j’étais alors âgée de 18 ans. Je ne me souviens pas clairement du sentiment que j’ai éprouvé lorsque les images ont percuté mes yeux, mon corps, mon esprit plongés dans la noirceur de la salle de cinéma. Ce qui a pourtant marqué ma mémoire est le mal-être ressenti à mon retour à la « réalité » après ces une heure et quarante minutes intenses. Choquée, par la dureté des coups et par la violence indescriptible, attristée, par la lutte de cet homme conscient de son auto-condamnation et chamboulée par cette histoire relatant des faits historiques. Voilà l’état d’esprit dans lequel je me trouvais malgré moi. Cependant, je ne peux nier l’entière admiration ressentie à ce moment là envers ce réalisateur qui m’a transporté pendant près de deux heures, me faisant oublier le monde extérieur tant je me suis sentie envoutée par les images saisissantes et d’une beauté rare. Au moment de faire un choix en septembre, je n’ai pas réfléchi longtemps.

L’aspect le plus compliqué de mon travail de recherche fût de regarder le film de la manière la plus neutre possible. En effet, lors du premier visionnage il a fallu que je me concentre sur chaque détail afin de trouver rapidement une problématique. Je me suis rendue compte dès les premières minutes que malgré toute ma volonté, il me serait impossible de me détacher totalement de mes sentiments tant le film me transportait. Toutefois, une image a changé la donne. Bobby Sands, personnage principal du film, transporté après un passage à tabac, dessine par son corps meurtri une croix. Dès lors, des détails auxquels je n’avais pas prêté attention, m’apparaissent comme une révélation. Ma problématique est trouvée.
Cette image porteuse de sens a été le déclic me permettant de passer outre mes sentiments et de me positionner en amont de ce film qui auparavant m’écrasait par sa puissance. Commence ici un travail de longue haleine qui va absorber toute ma concentration et me permettre d’aborder le film d’une manière différente tout en y prenant autant de plaisir.

Emilie Donès