Archives de catégorie : Existenz (CRONENBERG)

Soline au pays des merveilles

« Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

S’attaquer à un mémoire pour la première fois est un peu semblable à découvrir un nouvel horizon : au départ on est perdu. On brasse alors beaucoup de sujets, quelques fois même de l’air et on se sent noyé par le surplus d’informations. Cependant, détenir autant de données est une chose, et s’en est une autre de savoir les trier selon leur pertinence. Ma plus grande peur résidait donc dans le fait de ne pas savoir faire le bon choix pour un mémoire des plus judicieux. Cependant, mes craintes ne se limitaient pas qu’à cela puisque je me demandais également si ma culture générale était suffisante pour m’aider.

 Aujourd’hui, je suis proche de l’achèvement de mon écrit et lorsque j’inspecte mon travail avec du recul, je comprends qu’il y a une réelle différence entre mon travail de recherche et mon mémoire. Dans un premier temps je me contentais de trouver mes propres repères et je me suis donc retrouvée face à moi-même sur un terrain inconnu. Puis j’ai appris au fur et à mesure à faire des choix et à affiner mon dossier grâce, notamment, au regard bienveillant de ma directrice de recherche et l’avis de mes proches. J’ai alors appris à centrer mon travail pour le rendre davantage productif et moins éparpillé. De plus, la réalisation de ce mémoire est pour moi une découverte concernant l’analyse. Maintenant je comprends mieux l’univers du réalisateur, et tout comme Alice à la fin du film, je me sens à ce jour plus lucide face à cet univers qui m’a servi de vecteur pour interpréter le cinéma différemment.

Soline TESTARD

Problématique planifiée

Consigne : Ma problématique, une odyssée 

David Cronenberg a réalisé une œuvre qui, comme tout bon film, connaît plusieurs angles d’approches. Il faut savoir que tous les thèmes abordés m’intéressent : l’identité, l’organique, l’univers et bien d’autres… Le problème est de savoir lequel choisir. Je me suis alors penchée sur le travail de David Cronenberg et me suis demandée ce qu’il souhaitait nous révéler à travers ses films. Ainsi le rapport au corps m’a sauté aux yeux. Il m’a donc semblé intéressant de creuser les moyens mis en œuvre pour traduire ce rapport si particulier. J’ai donc dû faire un choix qui s’est arrêté sur « Par quelles stratégies David Cronenberg redéfinit-il le corps au       cinéma ?». Finalement j’ai réussi à me réorienter vers une problématique en prenant du recul. Cette dernière permet la réalisation d’un travail plus en profondeur.

La démarche n’a pas été facile car le mot « comment » s’avérait plus handicapant que prévu. En effet, toutes les hypothèses qui me paraissaient plausibles commençaient par cette formulation. Ce n’est qu’après avoir terminé mon plan de mémoire que la problématique m’est apparue. Il fallait un sujet qui me permette de couvrir plusieurs points importants tout en restant pertinent. Ainsi j’ai choisi de m’orienter vers les métamorphoses du corps livrées à l’œil du caméraman, cela me permet d’aborder l’univers de David Cronenberg et son travail.

Soline Testard

Problème à tique

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Au départ j’étais comme perdue ; après avoir brassé de multiples informations et avoir exécuté un travail de recherche de terrain (rendez-vous auprès de maîtres de conférences) et empirique (livres, internet, vidéos), je pensais avoir fait le maximum, et pourtant, quelque chose n’allait pas. En effet, il s’agissait de ma problématique dans mon TPR, qui se résumait en une phrase : de quelle manière l’organique est mis en exergue dans les travaux de David Cronenberg. En prenant du recul sur mon travail, j’ai alors compris que cette dernière était trop vaste et qu’au lieu de prendre pour fil conducteur l’organique, je le prenais pour thème. Ce qui changeait ma démarche puisque je n’apportais plus une réponse, je me contentais de prouver que ce dernier avait une place prépondérante dans les travaux de David Cronenberg en signalant systématiquement sa présence.

            Cette année, j’ai réfléchi à un plan qui me permette à la fois d’aborder ce sujet vaste et complexe tout en peaufinant ce dernier afin de pouvoir le développer avec plus d’efficacité. L’hypothèse est large et permet de faire un balayage du travail de David Cronenberg afin de parler de son univers si particulier. Ainsi, je pourrai prouver que l’organique est l’outil qu’utilise le réalisateur pour nous parler des sujets abordés. Cependant la réponse ne serait pas complète si l’on ne sait pas pourquoi, et qu’est-ce que cela apporte. Pour cela, j’ai donc choisi dans ma deuxième partie de prouver en quoi l’organique apporte un autre regard en comparant eXistenZ avec Minority Repport, de Steven Spielberg. Dans le second film, nous sommes confrontés à un monde technologique, contrôlé par les TIC et ces derniers prévoient même le comportement humain. Livrée à la merci des technologies, l’espèce humaine n’est plus vraiment organique : le protagoniste va se greffer de faux yeux, les patrouilles de police se font à l’aide de petit drones, jet pack… Autant d’éléments qui permettent d’entrevoir un futur bien différent que celui abordé dans eXistenZ et qui me permettront, en comparant ces deux univers, de souligner les possibilités de l’organique et de ce fait, son importance.

Soline Testard

existence ou eXistenZ ?

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

eXistenZ est un film qui parle du jeu vidéo, c’est à dire d’un univers artificiellement reconstitué qui crée ainsi un monde parallèle dépendant du subconscient des joueurs. Autrement dit, eXistenZ est un jeu fait pour moi. J’ai toujours adoré les univers parallèles en passant mon temps à imaginer à quoi ils pourraient ressembler. Depuis toute petite, les univers virtuels ont été une source d’inspiration sans limite dans laquelle je me réfugiais la plus part du temps. Ce film est donc pour moi l’un des scénarios possibles d’un futur proche tel que je me l’imaginais. Ayant toujours eut ce goût particulier pour les jeux-vidéos, je me sens donc naturellement concernée par cette œuvre qui aborde des sujets sensibles actuellement avec l’avancée technologique, qui chaque jour permet de créer des jeux de plus en plus réalistes.

Depuis que je travaille sur ce projet j’ai pu constater que différentes lectures étaient possibles dans un film. Dans un premier temps, j’ai recueilli tous les thèmes évoqués par Cronenberg et me suis rendue compte que ces derniers tournaient essentiellement autour de l’hybridation. J’ai donc par la suite pris des rendez-vous pour rencontrer des chercheurs afin de faire un point avec eux et par ce fait compléter mon travail empirique. Ainsi j’ai pu me rendre compte que cette hybridation était directement liée à l’identité virtuelle. Mais pourquoi avoir choisi l’hybridation comme technologie pour parler de réalité ? Pour répondre à cette question je compte mettre ce film en parallèle avec l’une des productions de Ridley Scott –qui est très porté sur la technologie– afin de pouvoir comparer ces deux styles antagonistes.

Soline T.