Archives de catégorie : Elvira Madigan (WIDERBERG)

Quand problématique rime avec tragique, comme solution à la rébellion

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Rébellion et tragédie dans Elvira Madigan de Bo Widerberg, voilà l’objet d’étude de mon mémoire. Je pense que la rébellion est essentielle dans ce film. En effet, elle englobe à la fois les actions des personnages et celles du réalisateur, l’histoire et le contexte, le bon et le mauvais côté des choses. Elle est donc au cœur de toute ma réflexion. La tragédie, quant à elle, m’intéresse parce qu’elle est le meilleur qualificatif de la rébellion du film. De plus, elle apporte avec elle une ouverture de la réflexion aux outils d’un art extérieur au cinéma: le théâtre. Elle implique également une manière particulière de faire passer un message fort à un public que le réalisateur désire voir actif.

Je vais donc tenter de déterminer quelles sont les implications de la cohabitation entre rébellion et tragédie dans le film Elvira Madigan de Bo Widerberg.  La rébellion est là depuis le début de mon travail sur ce film, parce qu’elle me semblait comme une évidence avant tout le reste. Son association avec la tragédie n’est que plus récente dans mon esprit. Mais c’était une évidence pour d’autres personnes que j’ai consultées pour ne pas m’enfermer dans des idées stériles ; une évidence parmi d’autres, comme l’amour ou la beauté. Mais après voir fait le tri, il se trouve que c’est celle qui, je pense, permettra d’aboutir à un travail novateur et fertile.

Elodie Chalumeau

Alors, c’est quoi le plan ?

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Alors c’est quoi le plan ?

Dans ma tête il y a des idées, des envies, des informations, mais rien de très clair encore. Une seule certitude s’impose : mon film parle d’amour. Mais je ne souhaite pas m’arrêter à ça. Depuis plus d’un an maintenant, je cherche le bon angle à adopter, celui grâce auquel je pourrais attaquer cet amour, lui donner du sens, un sens que même ceux qui n’ont pas envie d’entendre « parler d’amour » pourront trouver intéressant. En cherchant cet angle d’analyse, j’ai croisé beaucoup de propositions : la beauté, le lyrisme, l’amour fou, le road-movie, la société, etc… Et chacune de ces idées était accompagnée d’une foule d’arguments, de citations, d’éléments significatifs dans mon film. Et puis, finalement, je crois que j’ai enfin trouvé ce que je cherchais : je vais analyser mon film pour démontrer que l’amour fou au cinéma peut-être utilisé comme un genre de la rébellion.

Bonne nouvelle : mon sujet est posé. Reste maintenant à trouver la bonne méthode pour l’exploiter. Le premier outil qui va me sauver sera un plan. Un plan intelligent, bien détaillé avec des grands thèmes, des résumés de mes parties, mais aussi des mots-clés. Et pour construire ce plan, je vais reprendre toutes les idées que j’ai trouvées préalablement au cours de mes recherches, tenter de juger si elles sont pertinentes ou pas, et ensuite les classer dans le plan, là où elles seront utiles à ma démonstration (en devenant ainsi les fameux mots-clés). Et quand tout cela sera bien rangé, viendra le temps de réfléchir pour en faire de belles phrases.

(cc) Elodie Chalumeau (11/11/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (11/11/2014)

Elodie Chalumeau

Page blanche face à la beauté

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Parce qu’il fallait bien choisir un film dans une liste où, malheureusement, la plupart des titres m’étaient alors inconnus, après un petit inventaire préliminaire j’ai pris conscience que la plupart des oeuvres étaient très sombres et compliquées. Pour pouvoir travailler sur un film pendant deux ans il fallait que ç’en soit un qui me corresponde et me ressemble : vivant, heureux et doux. C’est Elvira Madigan qui, par la beauté de ses images colorées, la musique entrainante de Mozart et le synopsis vendant une belle et véridique histoire, a retenu mon attention. Touchée par la folle et tragique romance, m’identifiant facilement au personnage et curieuse de découvrir le cinéma scandinave, mon choix fut vite arrêté.

Passé le premier visionnage, le seul au final qui me laissera la larme à l’œil car je ne m’y laisserai plus prendre, je me lance très vite dans le découpage du film plan par plan. De nombreux éléments me sautent aux yeux très vite sans que je sache comment organiser ce fourmillement de pensées.  Ce sont mes recherches sur le contexte qui me permettent de mettre le doigt sur un élément présent depuis le début, mais que je n’avais pas su distinguer du reste : la beauté. Son utilisation pour dénoncer des faits de société et mettre en valeur une histoire tragique était plutôt inhabituelle pour l’époque. Je viens de trouver mon axe. Je me penche alors sur tout ce qui est beau dans ce film: les acteurs, la musique, les couleurs, l’action, etc. Le problème devient alors de trouver comment analyser tous ces éléments et les retransmettre en leur donnant du sens. Un travail qui est loin d’être achevé au rendu de mon TPR et qui trouvera sa continuité dans la réalisation de mon mémoire.

Elvira

Elodie Chalumeau