Archives de catégorie : Deep end (SKOLIMOWSKI)

C’est la fin.

Deep End_01Consigne : Mon travail de recherche… alors, heureux ?

Le rendu du Travail Préparatoire à la Recherche a été pour moi une source de satisfaction intense : réussir à créer une analyse filmique sur un film qui nous tient à coeur et rendre un travail qui nous contente, malgré quelques incohérences, est très gratifiant. Ainsi, quand il a fallu se replonger dans le film, une question me taraudait : vais-je réussir à recréer de toutes pièces un mémoire d’une trentaine de pages sur un sujet dont j’ai l’impression d’avoir déjà fait le tour ? Ai-je acquis assez de compétences durant mes années d’études pour être capable de réaliser moi-même un mémoire ? Pour moi, la réponse était évidente : non, je n’en étais pas capable.

Aujourd’hui, à l’aube du rendu du mémoire, mes doutes, fort heureusement, se sont envolés. Je l’ai fait, j’en étais capable. Et plus encore, je me suis découvert des compétences que je ne soupçonnais pas, notamment au niveau organisationnel. Je suis une personne très organisée dans la vie de tous les jours, mais le nombre d’ouvrages à lire et de films à regarder pour mon mémoire m’inquiétait : comment s’organiser avec une telle quantité de documents ? Au final, cela s’est fait naturellement et m’a permis un gain de temps et d’énergie considérable. Je vais rendre un travail qui m’aura pris deux ans, mais dont, malgré tout, je suis fière.

Tiphaine Robion

Une problématique, c’est problématique…

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Contrairement à ce que j’imaginais, la recherche de la problématique du mémoire est pour le moment le travail qui m’a donné le plus de fil à retordre. En accord avec mon directeur de mémoire, j’ai choisi d’axer ma problématique sur la manière dont Mike, le protagoniste de Deep End, cherche à trouver sa place entre normalité et perversité du monde qui l’entoure. Le plan qui en découle alterne entre analyse de la mise en scène des corps, la quête du désir et la violence latente du film. Après des heures de réflexion intense, j’ai enfin trouvé mon objet d’étude ! Quel soulagement. Je pensais donc pouvoir trouver une problématique résultant de ces recherches. Facile à dire…

En me heurtant à ce nouveau problème, j’ai essayé de recouper toutes les parties de mon plan pour voir ce qui pouvait en ressortir. Les thèmes, je les ai, mais comment les regrouper en une problématique viable ? Comment ne pas insinuer la réponse à ma question dans l’énoncé même du problème ? Ce n’est pas si évident. Pour l’instant, ma problématique est bloquée sur la formulation suivante : Comment Mike essaie-t-il de trouver sa place entre normalité et perversité du monde adulte ? J’ai bien conscience que cette problématique est pour le moment bancale et ne prend pas en compte toutes les parties de mon plan. Afin d’avancer sur ce problème, je vais continuer à mettre au point mon plan détaillé pour qu’il soit parfait, que je puisse enfin me concentrer sur la problématique et commencer la rédaction du mémoire au plus vite.

Tiphaine Robion

De nouveaux horizons

Sigmund Freud
Sigmund Freud

Depuis septembre, la plus grande difficulté selon moi concernant le travail de mémoire a été de se replonger dans un travail qui était pour moi terminé. En effet, le Travail Préparatoire à la Recherche avait pour but de nous approprier le film qui sera l’objet de notre mémoire. Mais j’y ai passé tellement de temps et d’énergie que le rendu final était pour moi une fin en soi. Or, comme son nom l’indique, le TPR n’était que la préparation au mémoire, la base indispensable à poser avant de commencer le vrai travail de recherche qui nous attend maintenant. J’ai alors du mal à reprendre les idées que j’avais construites pour les déconstruire, les réordonner et reprendre un travail plus en profondeur.

Afin de pallier ce blocage, mon travail va obligatoirement passer par de nombreuses lectures. C’est je pense la seule manière de se détacher de l’analyse filmique déjà réalisée l’année dernière et de dégager de nouvelles pistes d’analyse, notamment au niveau psychanalytique, avec Sigmund Freud ou Philippe Jeammet par exemple. Mon mémoire portera sûrement sur le thème de la violence adolescente : des notions psychanalytiques et sociologiques me seront donc essentielles. Recouper ces nouvelles notions avec Deep End me permettra d’avancer de manière plus productive et de ne pas rester bloquée sur le premier travail effectué l’année dernière.

Tiphaine Robion

Le grand plongeon

John Moulder-Brown et Jane Asher dans Deep End
John Moulder-Brown et Jane Asher dans Deep End

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Je nous revois encore, au début de la première année de Master attendre avec impatience la liste de films dans laquelle nous allions devoir choisir un film pour notre Travail Préparatoire à la Recherche. La liste tombe : déception pour certains, joie pour d’autres. De mon côté, mon regard se glisse instinctivement vers les films britanniques, pour lesquels j’ai en général beaucoup d’affection. Lindsay Anderson, Ken Loach, Mike Leigh, Tony Richardson… Et j’aperçois Deep End, de Jerzy Skolimowski. Le nom me semble vaguement familier. Je regarde la bande-annonce et immédiatement, j’aime la symbolique de la piscine, l’esthétique me touche, me fait penser à Pierrot le Fou. Un film britannique inspiré de la Nouvelle Vague ? Ma décision est prise, je plonge sans réfléchir.

Très vite, je me suis prise d’affection pour ce film et il a été difficile de prendre du recul pour l’analyser de manière objective. Ainsi, je me suis forcée à alterner les visionnages « passifs » et « actifs ». Lors des visionnages passifs, je profitais de l’esthétique du film en me laissant totalement porter par l’histoire, tandis que pendant les visionnages actifs, je prenais des notes, faisais des pauses, des retours en arrière : cette méthode de travail m’a été bénéfique dans le sens où elle m’a permise de combiner deux visions du film et ainsi d’en avoir une vision globale. Je continuerai à utiliser cette méthode lors de la rédaction du mémoire : regarder parfois Deep End en tant que simple spectatrice afin de ne pas me lasser du film et ensuite pouvoir prendre plaisir à l’analyser.

Tiphaine Robion