Archives de catégorie : Corbeau (CLOUZOT)

L’homme et le mal : une relation banale

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

J’ai toujours eu un certain goût pour les films noirs pessimistes qui dépeignent une vision obscure du monde et des sociétés. Les films d’Henri-Georges Clouzot, qui mettent en scène les différentes perversions dont les hommes sont capables, m’ont tous beaucoup plus. C’est pourquoi, à la fin de ma première année de master, après une étude générale de l’œuvre de Clouzot, j’avais déjà choisi d’orienter mon mémoire sur la question du mal. Cependant, cet objet d’étude étant très vaste, j’ai choisi de me concentrer plus précisément sur le mal à travers les hommes et leurs agissements. Je veux montrer que le mal est directement lié à la nature de l’homme.

C’est en faisant des recherches sur le mal et en discutant avec des amis et avec mon directeur de recherche que j’en suis arrivée à découvrir le concept de la banalité du mal. Je me suis alors renseignée sur Hannah Arendt qui pose cette théorie pour la première fois en 1966 avec la publication de son livre Eichmann à Jérusalem. J’en suis alors venue à m’intéresser au mal ordinaire et à la façon dont des gens ordinaires peuvent, ensemble, faire le mal. Car pour être efficace le mal a besoin d’être puissant, et il puise ses forces dans la quantité d’hommes médiocres agissant méchamment. Cela a fini par m’amener à m’intéresser à la philosophie de Sartre selon laquelle « on est ce que l’on fait » et ainsi à penser que les hommes peuvent se définir par leurs actes, et intrinsèquement par leurs actes mauvais.

Laetitia STOFFEL

 

Le flou de mes recherches

Le flou de mes recherches (cc) Laetitia Stoffel (11/11/2014)
Le flou de mes recherches (cc) Laetitia Stoffel (11/11/2014)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Écrire un mémoire, c’est d’abord faire des recherches. Et toutes ces recherches se traduisent par des idées qui nous viennent à l’esprit, en discutant avec nos parents ou nos amis de notre film, en replongeant notre nez dans des cours de philosophie datant du lycée, ou en promenant notre regard sur les étagères de la bibliothèque de nos parents. Cela prend un certain temps et nous paraît souvent vain, dans la mesure où seules les pistes les plus larges et les plus opposées les unes des autres germent dans notre esprit. Pourtant, au bout d’un moment, une idée va traverser notre esprit et nous intéresser plus que les autres. Elle aura une ou plusieurs particularités qui nous donneront envie de la développer et d’en savoir davantage. Commencera alors une partie de recherches plus plaisante : lorsque l’on sait où l’on va.

J’espère qu’au fil de mes lectures, une idée va germer dans ma tête et donner naissance à une hypothèse viable, qui pourra prendre la forme d’une problématique par la suite, et alimenter ainsi toutes mes recherches ultérieures. Je compte également sur les pistes que j’avais abordées l’année dernière lors de la rédaction de mon TPR (travail préparatoire à la recherche) pour orienter et éclairer mes recherches. Il faut donc que je m’accroche à mes lectures, que je ne désespère pas de ne rien trouver, et que je reste aux aguets, pour être à même d’identifier la bonne idée ou l’hypothèse intéressante et pertinente qui traversera mon esprit.

Laetitia Stoffel

La première est la bonne !

La première est la bonne ! (cc) Laetitia Stoffel (05/10/2014)
La première est la bonne ! (cc) Laetitia Stoffel (05/10/2014)

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

C’était il y a un an déjà, que je tenais entre les mains cette longue liste de films, parmi lesquels je devais choisir celui que je suivrais au cours de mes deux années de Master. Les noms des films que j’avais déjà vus m’avaient immédiatement sauté aux yeux, mais l’un m’avait plus marqué que les autres : Le Corbeau d’Henri-Georges Clouzot. En lisant ces mots je m’étais souvenue avoir adoré ce film et j’ai été saisie d’une forte envie de le revoir. Mais je voulais choisir un film nouveau pour partir de zéro et pouvoir analyser sérieusement mes sentiments dès le premier visionnage. J’ai donc regardé une petite dizaine des films présents sur cette liste, mais je n’accrochais pas réellement…  Le Corbeau volait toujours dans un coin de ma tête.

J’ai donc fini par me fier à ma première intuition et j’ai choisi le deuxième film de Clouzot comme sujet de mémoire. À partir de cet instant il a fallu que je devienne un spectateur actif et que je cesse de regarder ce film passivement, comme si je regardais un téléfilm. Cela n’a pas été facile et je ne remarquais pas grand chose lors des premiers visionnages. Mais au bout d’un certain temps, je me suis appropriée le film et à partir de ce moment, regarder Le Corbeau était devenu un réel plaisir enrichissant. Je sais aujourd’hui que j’ai fait le bon choix, car je ne me lasse toujours pas de voir ce film, et j’ai constamment envie d’en savoir plus, que ce soit de simples anecdotes ou des faits marquants dans la vie de l’auteur. Je ne regrette qu’une seule chose : avoir suffisamment de mémoire pour ne pas oublier la fin entre deux visionnages.