Archives de catégorie : Apocalypse now (COPPOLA)

Guerre créatrice ?

Buffle africain
Buffle africain

Et si les contours se dessinaient ? Après avoir complexifié ma pensée au point de ne plus rien comprendre du tout et avoir proposé une problématique du type : « La guerre fournit-elle le terreau nécessaire à l’édification d’une civilisation nouvelle avec ses propres mythes et restrictions morales ? « , la clarification pointe son nez.
Cette proposition pleine de redondance m’a tout de même amené à une question. De tout temps, les guerres ont marqué l’histoire de l’homme et notre civilisation s’est toujours écrite dans le sang. Pourquoi ? Le lien entre la violence et la nature humaine est indéniable et déjà maintes fois exploré. Qu’est-ce que nous ont amené ces guerres ? Il semblerait qu’elles aient souvent été cause d’émancipation sociale (augmentation des salaires de la classe ouvrière durant la Seconde Guerre mondiale) ou économique (les Trentes Glorieuses à peu près partout en occident). C’est donc le caractère non pas inhérent à l’être humain mais bien nécessaire à la civilisation de la guerre qui est posé. La guerre est-elle créatrice ? La guerre est-elle le seul moyen que l’homme a pour avancer ?

Je suis gêné par cette question qui en fait me taraudait depuis longtemps depuis les premiers travaux autour d’Apocalypse Now, sans pouvoir mettre de mots dessus. Je n’avais pas pris conscience de sa clarté et me poser cette question me dérange. Elle compromet par un paradoxe évident ma vision humaniste et progressiste du monde. L’humaniste ne cherche pas de bouc émissaire, il cherche l’union, le progressiste, cherche évidemment le progrès social. L’un appellerait au pacifisme, l’autre à la guerre. C’est une vision du monde extrêmement pessimiste que nous propose Coppola. Une vision appuyée par les mythes, par l’historie des civilisations et par des recherches ethnologiques qui semblent conséquentes en vue de mes premières pistes. Apocalypse Now n’est bien-sûr pas une preuve, c’est une question. Mais qu’est-ce qui ronge le colonel Kurtz au fond? C’est justement une question.

 

Jonathan Rochier

Au bout du couloir

10380460_10203306812383741_2423447891731995630_o

Consigne: C’est le bazar dans tête… (ou pas)

Depuis que nous avons commencé les travaux de recherche autour de notre film, j’ai toujours eu l’impression d’errer dans des nuées aussi épaisses et envoûtantes que celles des fumigènes d’Apocalypse Now. Loin s’en faut pour que l’horizon soit bien dégagé mais quoi qu’il en soit, un chemin prend forme et les premières pierres d’un édifice solide semblent posées. J’hésitais jusqu’alors entre l’approche psychanalytique, philosophique ou encore anthropologique. Suite à nos échanges avec Franck Cormerais, mon directeur de recherche, je suis à présent convaincu de traiter mon sujet principalement avec un angle psychanalytique.

Alors que reste-t-il à faire ? Lire, lire et lire pour le moment. Yung, Freud, Nietzsche, Girard et bien d’autres. Un programme alléchant. Quoi qu’il en soit,  ce travail m’intéresse et ce n’est pas à contre cœur que des post-it de toutes les couleurs commencent à s’accumuler autour de mon bureau et de mon ordinateur. Peu à peu, mon plan s’affinera et je pourrai envisager plus sereinement de créer du contenu. Mais c’est encore trop tôt. Des bonnes résolutions ? Que ce travail demeure un plaisir.

 

Jonathan R.

Halucinogènes

Alexej Titarenko
Alexej Titarenko

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Des rotors. Du jaune. Un peu de sang et beaucoup de fumée. C’est ainsi que je me souviens d’Apocalypse Now, une image mentale peu précise mais qui représente bien le film à mon sens. Je me souviens la première fois que j’ai été confronté à ces images et à ces sons. Je n’avais alors aucune notion du langage cinématographique mais déjà, j’avais senti que ce film était bien plus qu’un tableau de la guerre du Vietnam. Je percevais en lui une force et une profondeur qui dépassent le conflit du Vietnam et qui traitent de l’universel. Je n’aime pas les films de guerre, je ne suis pas avide de films à grand spectacle et j’ai un mal fou à être en empathie avec des personnages qui sont des stéréotypes de l’Oncle Sam. En ce cas, choisir Apocalypse Now pour l’étudier pendant deux ans relève du masochisme mais le monologue fleuve de Kurtz, l’interprétation infernale de Marlon Brando, l’abstraction de la photographie de Vittorio Storaro m’ont convaincu que ce film avait bien plus de choses à dire que je ne le percevais de prime abord.

Mon premier travail a été de comprendre le message du colonel Kurtz, la raison de son existence. J’ai donc regardé la dernière séquence du film de façon récurrente et j’essayais de réécrire ses dialogues, de créer des sons et des images qui faisaient écho à son propos. Je me sens à présent proche de ce personnage et de l’interprétation que Brando en fait. Je pense que pour continuer d’avancer sur la compréhension d’Apocalypse Now, je dois extraire tous les éléments qui m’ont touché sensiblement et les disséquer sémantiquement ou cinématographiquement pour les comprendre. Ce travail me permettra je l’espère de prendre de la distance avec ce film et de le mettre en perspective avec des ouvrages externes, probablement philosophiques et religieux.