Archives de catégorie : Mémoires 2014/15

Quelle avancée…

Consigne: « Mon travail de recherche, alors… heureux? »

En proposant mon Travail Préparatoire à la Recherche fraichement rédigé l’année dernière, j’étais sûre du travail que j’avais fourni. Selon moi, les idées étaient bien exposées et répondaient entièrement à la problématique posée. Alors, quand en septembre on m’a demandé de trouver les failles de ma rédaction et de cibler les nouvelles idées à développer ma réponse fut brève: « J’ai déjà tout dit ». 
Les intervenants m’ont alors aiguillé en me disant que j’allais forcément trouver des propositions nouvelles mais que cela demandait du temps et une certaine organisation. Totalement cloisonnée par les barrières imposées par le TPR, j’ai commencé à paniquer pensant que je ne trouverais jamais une manière de creuser le sujet.

Et bien non, je n’avais pas tout dit. En relisant attentivement l’ensemble de mon travail, de nombreuses parties me sont apparues comme obsolètes. La rédaction alors épurée, une nouvelle problématique s’est dessinée. Repartir sur une problématique ciblée et claire m’a permis d’avancer chronologiquement et de créer un cheminement rédactionnel qui fait sens. 
J’ai alors compris grâce à la rédaction de ce mémoire que l’organisation était le maître mot de tout travail de recherche. En partant d’une idée claire, les sous-parties et paragraphes s’enchainent de manière naturelle et le travail qui en découle est simplifié. J’ai alors découvert une nouvelle manière de travailler basée sur l’organisation qui me sera utile tout au long de mon parcours professionnel.

Emilie D.

Mots de tête

Consigne : « Mon travail de recherche, alors … heureux ? »

L’achèvement de ce travail de recherche touche bientôt à sa fin. Après plusieurs mois de recherche, d’écriture et de réécriture, arrive l’heure de mon introspection. Originellement, un souvenir encore présent, me revient. Esquisser quelques lignes d’écriture, me paraissait inenvisageable. De là, un sentiment, l’angoisse toujours palpable, celle de la page blanche. Je me remémore : « Comment vais-je réussir à retranscrire mes idées à l’écrit ? ». La sensation de ne pas avoir suffisamment d’aptitudes pour produire un écrit universitaire, m’accablait. J’étais inquiet de ne pas réussir à écrire mon mémoire de recherche. Toutefois, il était pour moi inconcevable d’échouer à ce stade, après tant d’années d’études universitaires.

Finalement, je me suis aperçu que ce sentiment, était sans doute commun à beaucoup de chercheurs. Remettre en cause, ma capacité à retranscrire mes idées, n’était pas la meilleure façon de m’engager. Cependant, ceci m’a obligé à être beaucoup plus attentif pendant mon travail d’écriture. Mot après mot, j’ai repris confiance en moi. De ce fait, j’ai appris à écrire et à réécrire mes pensées, jusqu’à que celles-ci satisfassent ma pensée. Avec un certain recule à présent, j’ai découvert en moi cette soif de réussite. Elle m’a permis de réaliser mon mémoire, sans avoir aucun regret sur ma proposition de recherche. Seul point négatif, l’émergence d’un conflit avec le temps. Celui-ci avance beaucoup plus vite que l’on écrit.

Najib Mabchour

A bout de souffle

Consigne: « Mon travail de recherche, alors…heureux? »

Alison Goizet (cc) (22/02/2015)
Alison Goizet (cc) (22/02/2015)

Lorsque nous avons fait le point, en classe, sur nos sentiments quant à la rédaction de nos TPR (Travaux préparatoires à la Recherche), j’étais assez confiante. En effet, j’étais l’une des rares personnes à ne pas avoir l’impression d’avoir tout traiter. Je savais pertinemment que ma problématique était trop simple et que mon analyse du film était encore trop fragile pour faire l’objet d’un mémoire. J’étais confiante dans le sens où je savais que mes rencontres avec mon directeur de mémoire m’aiguilleraient vers la bonne direction. De plus, j’avais déjà une idée de l’orientation que je voulais donner à ma nouvelle problématique. De ce fait, j’étais rassurée quant au manque de matière qui faisait défaut à certains de mes camarades. Le Labyrinthe de Pan étant un film riche avec de nombreux axes possibles à développer.

Lorsque je fais le bilan de mon travail, je reste assez indécise. En effet, ce qui me confortait au début s’est vérifié, cependant, je ne suis pas pour autant satisfaite. Même si j’ai traité tout ce dont je voulais traiter, je pense que mon défaut est de rester encore trop en surface et de ne pas assez creuser certaines parties. Je suis comme un sprinter dans mon travail : je pars à toute allure, je suis compétente sur une courte durée mais j’arrive vite à bout de souffle lorsqu’il s’agit d’être endurante. J’ai énormément de mal à me relire et à passer du temps sur mon mémoire si je sais que je ne suis pas sous pression. Cela m’a aussi aidé cette année, j’ai travaillé vite et efficacement. Je pense que ce qui m’a fait le plus défaut dans ce travail fut mon manque de rigueur et ma plus grande qualité mon efficacité.

Goizet Alison

Soline au pays des merveilles

« Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

S’attaquer à un mémoire pour la première fois est un peu semblable à découvrir un nouvel horizon : au départ on est perdu. On brasse alors beaucoup de sujets, quelques fois même de l’air et on se sent noyé par le surplus d’informations. Cependant, détenir autant de données est une chose, et s’en est une autre de savoir les trier selon leur pertinence. Ma plus grande peur résidait donc dans le fait de ne pas savoir faire le bon choix pour un mémoire des plus judicieux. Cependant, mes craintes ne se limitaient pas qu’à cela puisque je me demandais également si ma culture générale était suffisante pour m’aider.

 Aujourd’hui, je suis proche de l’achèvement de mon écrit et lorsque j’inspecte mon travail avec du recul, je comprends qu’il y a une réelle différence entre mon travail de recherche et mon mémoire. Dans un premier temps je me contentais de trouver mes propres repères et je me suis donc retrouvée face à moi-même sur un terrain inconnu. Puis j’ai appris au fur et à mesure à faire des choix et à affiner mon dossier grâce, notamment, au regard bienveillant de ma directrice de recherche et l’avis de mes proches. J’ai alors appris à centrer mon travail pour le rendre davantage productif et moins éparpillé. De plus, la réalisation de ce mémoire est pour moi une découverte concernant l’analyse. Maintenant je comprends mieux l’univers du réalisateur, et tout comme Alice à la fin du film, je me sens à ce jour plus lucide face à cet univers qui m’a servi de vecteur pour interpréter le cinéma différemment.

Soline TESTARD

C’est déjà fini ?

Consigne : « Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

San et Ashitaka

Après avoir rendu le travail préparatoire à la recherche (TPR), j’étais soulagée. Finalement j’étais venue à bout, tant bien que mal de cet exercice qui me demanda beaucoup d’efforts. Puis, j’ai eu une grande appréhension vis-à-vis du mémoire, déjà qu’il avait été difficile pour moi d’écrire le TPR alors un mémoire me paraissait insurmontable. Avant de commencer, je me suis promise de mettre en place un processus de travail et de réussir cet objet qui m’était si obscure. Après tout, écrire une vingtaine de pages sur un film que je connaissais par cœur, ne devait pas être si compliqué.

Mais la tâche fut ardue et après coup je pense m’organiser autrement à l’avenir. Un mémoire est une question de méthode et de rigueur et il est vrai que j’ai pu en manquer parfois. Même s’il m’a fallu un déclic (un peu tardif), pour me lancer réellement dans cette aventure, j’ai finalement un sentiment d’inachevé et même de frustration. Une vingtaine de pages pour illustrer un film qui a partagé votre vie deux ans est bien trop peu. J’ai pris goût à la formulation d’hypothèse et à la recherche d’explications qui permettait de répondre à mes questionnements. En définitive, le mémoire m’a donné l’envie d’aller au bout des choses, de ne pas rester paralysée par l’incompréhension et m’a permis d’apprendre de mes erreurs.

Lisa Delpech