Tous les articles par louisetressens

Point final

(cc) Louise Tressens 14/02/2016
(cc) Louise Tressens 14/02/2016

Consigne : « Clap de fin »

La rédaction d’un mémoire, qu’il doive être traité en vingt pages ou en cent, implique que l’on passe de l’amateurisme à la connaissance. Lire, étudier, se renseigner, écrire et se voir y prendre goût représente une satisfaction d’autant plus grande lorsque l’on appose le point final au travail de mémoire de recherche.
Après avoir étoffé le plan d’argumentation et trié les idées abordées, la rédaction semble presque facile jusqu’à ce que la « plume » se laisse aller à la digression.
C’est en ce sens que l’appui et la relecture d’un directeur de mémoire sont essentiels puisqu’ils permettent d’apporter un œil extérieur à un travail devenu central, même personnel pour l’étudiant.

Les derniers détails méthodologiques, pourtant très importants, sont les plus méticuleux et sans doute les plus longs à vérifier. Ainsi, si le « gros » du travail est déjà fait, il reste désormais à recevoir la sentence fatidique du directeur de mémoire après la lecture du travail de recherche. S’ensuit alors le contrôle du référencement bibliographique, de la mise en page et de la bonne utilisation de la syntaxe et de l’orthographe pour pouvoir apposer un véritable point final au mémoire.
Le chemin est long mais l’éveil intellectuel inhérent à tout travail de recherche fait oublier tout sentiment de contrainte.

Louise Tressens

To be continued…

Copains comme Lardons. Voilà le titre définitif auquel nous sommes parvenues quelques heures avant le rendu du teaser. Comme quoi, après deux ans de travail sur cette émission, des idées naissent encore et changent tout.
Ce teaser, nous l’avons imaginé, écrit, réalisé et monté avec plaisir et ce dans un bel esprit d’équipe. Chacune a trouvé la place selon ses compétences et ses envies. Etant assez peu à l’aise avec les logiciels de montage ou de PAO, je me suis davantage placée du côté du conseil en faisant la navette entre les différents postes de travail et en donnant un avis objectif sur le résultat, avec comme joli surnom auto-proclamé: la contrôleuse des travaux finis.

Le projet mériterait encore quelques peaufinages mais je suis ravie de constater que notre facile collaboration a mené à un résultat très satisfaisant.
Réaliser le teaser de Copains comme lardons fût un réel plaisir et voir le fruit de notre travail sur grand écran m’a montré la fierté que je pourrais potentiellement ressentir en tant que future professionnelle de l’audiovisuelle, lorsqu’un de mes programmes verra le jour.

Louise Tressens

On the road again

CC Louise Tressens (05/11/2015)
CC Louise Tressens (05/11/2015)

Je me souviens encore de ce jour où Maëlys et moi-même avions présenté notre projet d’émission voyage/tambouille. Si le paysage audiovisuel est truffé de programmes nous incitant à cuisiner et manger mieux et que l’indigestion est proche, nous avions choisi de relier notre patrimoine culinaire français et ce lien entre ainés et jeunes, qui se perd à petit feu.

Enthousiasmée par ce projet, que j’ai vu grandir à force de réflexions, et après la fusion de nos groupes de travail, nous nous retrouvons toutes portées par la même volonté de voir Larrons et Lardons grandir et voler, peut-être jusqu’à nos télévisions, qui sait… Après des briefings proches du consensus quant à la réalisation d’un teaser,  je suis très satisfaite de constater que nous avançons dans le même sens et que nous sommes toutes portées par la même envie de donner à voir un programme frais, authentique et graphique. Peut-être que nous avons avancé trop vite et que les difficultés surviendront incessamment sous peu mais je suis ravie de cette énergie positive qui nous motive toutes à rendre ce teaser crédible et alléchant.

Petit à petit, l’oiseau fait son nid.

Louise Tressens

Entre une idée et un projet

(CC) Louise Tressens 25/01/2016(CC) Louise Tressens 25/01/2016

Le projet n’a toujours pas de nom fixé au sein de l’équipe mais il prend déjà naissance. Après plusieurs mois de gestation, nous l’avons imaginé ce teaser, nous l’avons pensé, discuté et même porté jusqu’au tournage.

Parmi toutes les idées qui naissent en notre esprit, peu d’entre elles voient vraiment le jour en tant que projet qui réunit plusieurs personnes autour de lui. Larrons et Lardons en est devenu un pour notre groupe et la satisfaction réside surtout dans le bon déroulement des événements.

Pour le moment, nous avons eu une chance inouïe que tout s’imbrique facilement, aussi bien dans les ententes que dans le tournage du teaser qui fût fort productif. Le choix du personnage interprétant le rôle de notre Arthur s’est penché sur Sam, Québécois à l’accent sympathique et incarnant parfaitement la dynamique et la joie de vivre que l’on souhaitait insuffler à ce magazine.
Après tant de mois à mûrir le projet, je trouve cela très réconfortant que le résultat dépasse nos espérances.
Il reste à monter les rushs désormais et nous amuser à rendre le fini propre, graphique et alléchant.
J’ai toute confiance en ce groupe de travailleuses et suis impatiente de pouvoir montrer le teaser à mon entourage.
On the road again …

Louise Tressens

Punition vs Oeuvre

(CC) Louise Tressens 21/12/2016
(CC) Louise Tressens 21/12/2016

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

La rédaction d’un mémoire mérite la maîtrise totale du sujet abordé pour bannir les contresens, les approximations et les dérives. Ayant la chance d’étudier et problématiser autour d’un film que l’affect nous a poussé a choisir, il semble plus simple d’en comprendre les limites et les possibilités. Le film Un Prophète, en tant que film portant sur la prison, suscite de nombreux questionnements. L’enjeu fut donc de les trier par ordre de priorité, de se focaliser sur le plus pertinent et de développer une réponse traitable en 70 000 caractères.
La question choisie, « Si l’unique liberté accessible aux prisonniers réside dans l’interdit, comment Malik el Djebena s’émancipe-t-il du joug de l’enfermement carcéral ? », permet d’utiliser les éléments narratifs et esthétiques pour rester proche de l’œuvre – comme la consigne l’impose – tout en évoquant les fondements de l’enfermement carcéral et de la punition.

Les lectures doivent être le plus approfondies possible afin de rendre la réflexion plus savante et c’est en cela que la difficulté réside. Un mémoire doit-il être une restitution des savoirs d’autres personnes ou un questionnement personnel qui s’appuie sur des œuvres et courants de pensée préexistants ?
La rédaction n’est pas entamée mais le plan s’affûte au rythme de mes lectures. Le tout est de savoir où sont mes difficultés et mes points forts. En ce sens, écrire avec des mots une structure déjà très claire dans la pensée paraît surmontable, et presque une étape finale, rapide.

Louise Tressens