Tous les articles par Julie T

This is the end …

(cc) Julie T.
(cc) Julie T.

La dernière étape du teaser a été la post-production, celle-ci a été plus rock and roll que le tournage. L’équipe a été confronté à tout un tas de savoirs-faire techniques que nous n’avions pas forcément. Si l’ours a été rapidement monté, nous avons pris notre temps sur des détails comme le son, un peu d’étalonnage ou encore un joli travail d’effet à coup de photoshop et d’alter effect !

Nous avons appris par nous-mêmes, nous avons tâtonné et surtout accepté que nos connaissances en post-production n’étaient pas assez importantes pour faire quelque chose de trop ambitieux. Nous sommes restées dans la simplicité et cela a été payant ! Maintenant que le projet est terminé, chacune d’entre nous repart avec ce taser comme bon souvenir d’un travail de groupe qui fut joyeux. Je crois que c’est ça qui me restera le plus en mémoire : une simplicité et une cohésion qui ont fait que le projet s’est déroulé sans autres accords que la faisabilité de nos plans sous la pluie et de la synchronisation des titres. En sommes, une bien belle expérience !

Clap de fin V1 … Clap de fin V2 … Clap de fin V3 …

(cc)
(cc) Google images – réécriture

Consigne : « Clap de fin »

Plusieurs fois on croit écrire la dernière lettre, le dernier point, mais là commence en réalité le travail de réécriture.

Après le travail des idées, le travail des mots commence. Et si je mets ce verbe-ci est-ce mieux ? Si je reformule cette amorce est-ce plus fluide ? Mon paragraphe sur la philosophie du temps est-il réellement compréhensible par quelqu’un qui ne connaît pas le sujet ? Toutes ces questions qui mettent en doute les mots que les idées ont fait s’aligner pendant les durs après-midis de labeur. Le risque est de venir à douter de tout et finalement de dénaturer l’idée même que l’on s’efforce de bonifier.

La réécriture est un travail fastidieux, les mots finissent par se confondre les uns et les autres. On connaît chaque virgule, chaque guillemet. On termine une première version de réécriture pour voir réapparaître certaines fautes et interrogations. On se lance alors dans une deuxième version. Les détails deviennent trop fins, on bloque sur une périphrase, on ne voit vraiment pas comment écrire cet argument autrement. Seulement la réécriture n’est pas que matérielle, elle est aussi orale. Trouver le moyen d’expliciter sa démarche et son mémoire en dix minutes : la synthèse est à l’honneur. Cependant, en attendant cette ultime échéance, essayons déjà de faire une troisième version.

Julie T.

Au menu … tournage et pluie

(cc) Manon Sultana
(cc) Manon Sultana

Le tournage du teaser de Copains comme Cochons  (titre originel et qui nous reste aux lèvres) a été la grosse avancée du projet. Après avoir dû décaler trois fois le tournage, le 10 janvier nous nous sommes enfin toutes retrouvées pour tourner. Malgré que la préparation aie été simple, la semaine juste avant le jour J a été rude ! Tout d’abord, le temps : un déluge de pluie et de grêle s’est abattu sur Bordeaux ! La grande question, Pourrons-nous tourner les plans extérieurs ?, nous a hanté. Puis une autre galère s’est rajoutée : impossible de récupérer le matériel lumière. L’un dans l’autre cela nous a permis d’être plus rapide, mais l’esthétique des plans en intérieur n’est pas celle que nous aurions voulu.

En me levant ce fameux dimanche 10 janvier à 7h, je me préparais à une journée difficile. Ce fut tout le contraire ! Nous avons joué d’un timing parfait avec les ondées, pouvant tourner sans soucis en pleine campagne ! Nous avons monté les ISO pour compenser le manque de lumière et vaille que vaille nous avons enchaîner les plans les uns après les autres dans la bonne humeur et les blagues ! Peut-être que notre acteur et son accent québécois n’y était pas pour rien ! Nous entrons maintenant dans la dernière étape, la post-production mais ceci est un autre billet !

Julie T.

Memories, you talk about memories

puzzle-394144_960_720

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Il faut avouer qu’à l’annonce de la consigne de ce billet, je suis restée coite. En pleine rédaction du mémoire, il est encore difficile d’avoir le recul nécessaire pour expliquer la structure logique de l’argumentation. Je peux, toutefois, expliquer ce que je cherche à construire. Comme les précédents articles ont pu le présenter, mon mémoire se penche sur l’Homme et la machine, plus précisément sur une définition de l’Homme à travers la machine. Comment la machine (les réplicants de Blade Runner) permet-elle à l’Homme de se définir ? En me fondant sur Sophocle et la comparaison des paradigmes (l’animal, l’homme et la machine) mon mémoire devient le lieu de la comparaison des réplicants et de l’homme.

J’ai longtemps tâtonné afin de trouver une logique d’argumentation qui à la fois justifierait ma démarche et l’expliciterait. Je me devais de justifier ma méthode de travail, de décrire les deux paradigmes que je comparais à travers le film et de développer la comparaison elle-même. Ce montage argumentatif a été au début inconscient, mais je n’arrivais pas à lui donner ce fil rouge qui assurerait une lecture fluide. J’ai donc décidé de suivre la contrainte de la comparaison : explication du principe, description des réplicants et des hommes de Blade Runner et enfin de la comparaison elle-même (ce que l’Homme retrouve de lui-même en se confrontant à la machine).

Cependant, l’étape la plus délicate sera de l’écrire cette comparaison !

Julie T

Quand le noir devient or

(cc) Julie.T
(cc) Julie.T

Consigne :  « Ma problématique, un casse-tête chinois »

Il y a un an, le choix de Blade Runner de Ridley Scott a été motivé par un questionnement personnel et somme toute un peu inconscient : qu’est-ce que l’homme ? Le film dérangeait par sa capacité à nous mettre en face de robots, les répliquants, par moment plus humains que les habitants du Los Angeles de 2019. Au travers du travail préparatoire de recherche, j’ai surtout posé la question de la liberté de création vis-à-vis du combat du réalisateur tout au long du processus de création, qui s’est seulement achevé en 2007 avec une Final Cut officielle. Dans le prolongement de ce travail, ma première problématique a été la liberté de création que prend l’Homme sur la nature. Cette liberté de création passe par l’industrialisation totale de la planète et la création d’une vie robotique. Le personnage de Tyrell incarne parfaitement ce sentiment de toute puissance que l’homme pense avoir sur la nature En effet, ce dernier crée son image en tout point alors que jusqu’à présent seul Dieu pouvait le faire. A la réflexion, cette problématique m’entraînait sur les chemins de la religion. Or, le sentiment de passer à côté de ce qui était l’essence du film devenait oppressant. Je suis revenue alors sur ce qui avait motivé mon choix, la question de l’humanité et des robots.

Le casse-tête a débuté quand il m’a fallu déterminer comment j’allais m’y prendre. Les pistes de recherches se sont éclairées : la robotique, l’intelligence artificielle, l’homme, la pensée, pour ne donner que les grands thèmes. Toutefois, il me manquait mon angle d’attaque. Blade Runner est un film emprunt de nostalgie d’une humanité perdue où le poids de la ville et du temps font peser une ambiance morbide et aliénée. La vision de l’humanité y est noire et sans illusion ou mensonge. Pourtant, je ne cessais de voir dans les répliquants, mis en opposition avec l’homme, la piste de ce qu’avait perdu cette humanité : l’envie de vivre et de ressentir des émotions aussi diverses que la peur et l’amour. L’opposition de l’homme et du robot, donné presque comme son égal dans le film, révélait les motifs essentiels que l’homme perdait dans l’aliénation de la ville, de la technique et de son sentiment de supériorité.  Loin de voir une promesse noire, je voyais dans Blade Runner une anticipation fictionnelle propre à nous mettre en garde. Si nous regardons bien le film, il nous questionne sur nous-même et l’on ressort pris de l’envie de retrouver cet appétit de vivre, appétit conscient ou non. Finalement, je me suis rendue compte que je souhaitais proposer une définition de l’homme en utilisant un axe positif. Comment justifier ce positivisme ? Je remercie alors Sophocle et ses trois paradigmes : l’homme, l’animal et la machine.

Julie T.