Tous les articles par colineportet

Vents contraires

persos
cc (Coline Portet)

Vents contraires, notre projet de film d’animation avec des bouts de papier carton prend forme petit à petit. Après avoir entreprit des recherches graphiques et esthétiques pendant plusieurs mois, place aux recherches techniques. Nos idées, nous les avons. Il s’agit donc juste de trouver une idée pour les montrer, pour les exprimer.

Une planche de bois, un bras magique, quelques ampoules qui fonctionnent et le tour et joué. Le banc titre présent à la fac nous a bien facilité la tâche. Nous avions envie de faire du stop motion mais la réalisation de cette technique nous paraissait bien long et fastidieux sans un matériel approprié. Grâce à cet outil nos éléments de décors peuvent bouger sans qu’on est besoin de tout désinstaller : nos lumière, notre cadre, rien ne bouge. Cela nous permet d’être efficace mais aussi de pouvoir faire ça par petit bout sans être obligé de tout photographier d’un coup. A l’aide de nos bouts de papiers et marqueurs foncés et de la superposition de tous ses éléments, notre animation prend forme. Chaque petits détails de décor est déplacé doucement et délicatement. Les déplacements sont infimes et à chaque mouvements, on immortalise le moment. Les contrastes et les collages donnent un effet de profondeur à notre image. Nous avions peur que le papier plat ne soit pas assez vivant à l’écran mais le premier test de la séquence en gros plan est concluant. Reste à voir avec quel logiciel nous allons pouvoir animer et assembler ses prises de vues et à trouver des idées pour animer nos personnages de plein pieds, qui dans les autres séquences, seront en constant mouvements.. Dessiner une multitude de silhouettes, découper les différents éléments du corps afin de les articuler, jouer sur le décor pour donner une impression de mouvement des personnages.. Voilà tant de questions que nous nous posons, bientôt résolues, lors de nos prochaines prises de vue.

Coline Portet.

Bon vent !

(cc) Coline Portet (13/03/2016)
(cc) Coline Portet (13/03/2016)

Le projet commun que nous avons dû réaliser cette année m’a permit d’expérimenter l’animation que je ne connaissais pas, ou peu. J’avais déjà réalisé des petits courts-métrages avec une amie ou encore avec des groupes d’enfants. Les décors, composés de formes et de structures en 3D, étaient facilement manipulables. Mais faire un film animé avec des bouts de papiers, en revanche, me semblait compliqué. J’avais dû mal à imaginer comment s’y prendre, comment positionner la caméra, où placer les lumières, comment déplacer les éléments..

Pour créer du mouvement et ainsi raconter notre histoire nous avons dû passer par plusieurs étapes, toutes aussi fastidieuses. Concevoir une identité à notre film a été compliqué puisqu’il a fallut que tout le monde soient d’accord et visualise la même chose. On a perdu beaucoup de temps à réfléchir à nos idées et à comment les réaliser plutôt que de se lancer dans le projet de façon concrète. La question de la couleur ou du noir et blanc, des formes, de la matière et le choix du 2D ou 3D nous on poursuivit un bon moment. Puis, nous avons commencés à faire des tests, ce qui m’a permit de découvrir l’utilité du banc titre ! Réaliser un film d’animation est un véritable travail d’équipe précis et minutieux. Pendant qu’une d’entre nous prend les photos, quelqu’un se charge du côté droit de la feuille pendant que quelqu’un d’autre se charge du côté gauche. Grâce à cette cohésion de groupe, nous avons pu réaliser un petit bout de notre film. Le résultat est plutôt agréable puisque je ne m’attendais pas du tout à avoir quelque chose d’aussi plaisant : à la fois beau et maladroit.

Coline Portet.

L’Histoire de François T.

425495_exposition-francois-truffaut
cc (Coline Portet)

Consigne : « Clap de fin »

Après plusieurs mois de travail et de recherches pour la rédaction de mon mémoire de fin d’année, le résultat est là. Enfin, presque. Avant d’y mettre mon point final, il me reste plusieurs choses à modifier, quelques transitions à rectifier, des notes de bas de page à ajouter, des photos à ajuster, une introduction et une conclusion à peaufiner et c’est la fin de ces quelques pages à rédiger.

En voyant la date de rendu de mémoire arriver et les jours défiler, je me rends de plus en plus compte que le parcours est loin d’être terminé. Installée à mon bureau je m’entoure des livres qui ont guidé ma pensée. Je m’empare d’un stylo et d’un bout de papier et j’annote toutes mes petites idées et tout ce que je n’ai pas pu exprimer dans mon mémoire. Puis j’allume mon ordinateur et ouvre le fichier sur lequel il est écrit. En le lisant et le relisant, j’ai déjà l’envie de tout modifier, de tout supprimer mais aussi de rajouter et de changer des éléments. J’ai le sentiment d’avoir encore tant de choses à approfondir et d’idées à éclaircir. Mais plus j’y réfléchis et plus je pense que je ne peux rien changer à ce sentiment de travail inachevé.

Coline Portet.

Les 400 possibilités

(cc) Coline Portet
(cc) Coline Portet

 

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Un mémoire ça se construit, ça s’imbrique, ça s’assemble pour former un développement de pensées uniforme. C’est donc au fur et à mesure du temps que l’on trouve sa structure. Une fois les idées trouvées et dévoilées, il me faut les agencer, les relier et les positionner. Pas si simple de montrer l’évolution de sa pensée sur un bout de papier!

On essaye, on efface, on raye. Petit à petit, une structure se dessine, puis une autre. Les possibilités sont multiples. Je construis un parcours, je flèche mes idées mais surtout j’essaye de les raccorder. Le but étant que mon mémoire soit fluide, clair et limpide, qu’il se lise simplement et facilement. J’essaye de créer un mémoire où chacune de mes idées est claires et j’essaye de faire en sorte que l’ordre de leurs apparitions soit cohérent. L’une doit amener l’autre. Une première partie un peu générale, une deuxième partie bien centrée sur le film et une troisième partie plus originale, une sorte d’ouverture plus libre. Voilà donc la dernière version de ma structure, elle me semble judicieuse et justifiée. Mais cela est encore susceptible de bouger. A présent, j’essaye de rattacher toutes mes petites parties les unes entre les autres avec des transitions, en cours d’élaboration…

Coline Portet.

Dans ma bulle

Sans titre 4
Coline Portet 23/11/15

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois ».

Avant d’entamer cette nouvelle année, élaborer mon mémoire me paraissait être un moment enrichissant, excitant et passionnant.  Actuellement « en plein dedans », je me rends compte que faire mon mémoire est également un moment déroutant. Choisir un axe de recherche, établir une problématique… Tous ces éléments ne sont pas évidents.  Une difficulté en entraînant une autre, c’est un véritable parcours empli d’obstacles qu’il me faut dépasser.

Étant passionnée par mon sujet, j’ai du mal à rester fixée sur un axe en particulier qui délaisserait tous les autres au profit de ce dernier. Pour m’en sortir et réussir à dégager le centre de mon mémoire : ma problématique, il m’a fallu trier, organiser, modifier… pour tout imbriquer. Après avoir listé toutes mes idées dans le désordre en créant une sorte de brainstorming, j’ai ensuite lié les éléments entre eux en utilisant un code couleur : à chaque idée son identité visuelle. Grâce à ce véritable arc-en-ciel, j’ai pu affiner mon sujet en développant et en définissant chaque groupe. Une fois ces éléments reliés, j’ai choisi de donner un titre à chacun de mes groupes afin de définir chaque partie et de pouvoir les mettre dans un autre groupe intéressant et cohérent. La structure de mon mémoire prend forme. J’ai mes idées, mes recherches, mes parties mais toujours pas de problématique. Bloquée à ce stade de mon processus je me suis fait aider par des personnes qui m’entouraient. Leur parler de mon mémoire m’a permis de bien définir le centre de ma recherche et ainsi de faire ressortir les mots-clés qui sont essentiels à la construction de ma problématique. Mélangeant les mots dans tous les sens, il ne me reste plus qu’à trouver la meilleure façon de les lier ensemble.

Coline Portet