Tous les articles par alixgrinsell

FLASH BACK

alix grinsell cc (14/03/16)
Xila cc (14/03/16)

En faisant défiler les différentes étapes du teaser Copains comme cochons, je peux dire que le bilan est positif.

Une fois l’équipe constituée, le projet cher à chacun de nous fut lancé. En plus de la bonne cohésion dans le groupe et une juste répartition des rôles, il est à noter que notre première idée, bien qu’ un peu utopique, a été suivi à la lettre. Chacune de nous avait une idée bien précise du projet mais l’écriture de ce dernier fut collectif et commun. Nous avons découpé le projet en séquences afin de mieux préciser les scènes à tourner. Une fois les écritures et les réécritures terminées, les plans de repérages faits, le tonnage arriva très vite. C’était un dimanche matin de très bonne heure, nous étions excitées, presque euphoriques à l’idée de concrétiser notre idée de départ. Je pense que cette ambiance dynamique et joyeuse contribua à rendre notre travail efficace et rapide. Enfin pour le montage, dernière étape, nous nous sommes séparées en petits groupes avec une tâche bien définie. Certaines étaient sur In design, d’autres sur Première et le dernier groupe cherchait la musique appropriée au montage. Une fois tous les éléments réunis, ce fut la réalisation du montage final. Le teaser est réalisé, tourné et monté. Notre en sortons ravies, ce fut une belle expérience !

Xila

Bonnie c’est fini !

Alix Grinsell cc ( 15/02/16)
Xila cc ( 15/02/16)

Consigne : « Clap de fin »

La réalisation d’un mémoire n’est pas une chose aisée mais néanmoins passionnante. J’ai ressenti, une fois le mémoire achevé, une grande frustration. En effet, j’ai eu l’impression que je pouvais encore apporter beaucoup d’autres connaissances à mon mémoire. Comme si mon travail pouvait être infini, ou du moins beaucoup plus gros que les 50 000 signes que nous imposait la consigne. J’ai dû pour cela revoir ma rédaction à plusieurs reprises de manière à réussir à synthétiser mon écrit. Cela n’est pas chose facile.

Je suis satisfaite de l’angle de vue que j’ai emprunté, mon mémoire reflète une nouvelle analyse du film Bonnie and Clyde. Ma démarche fut d’analyser à travers un axe de réflexion psychanalytique le comportement des protagonistes. Pour cela j’ai dû, dans un tout premier temps, comprendre le contexte dans lequel mon film s’insérait afin de saisir ensuite au mieux les raisons qui ont motivé le réalisateur à appliquer de tels comportements à ses héros.

Xila

Road Tripes

alix grinsell (19 janvier 2016) cc
Xila  (19 janvier 2016) cc

Dimanche 10 janvier nous avons, avec regret, clos le tournage de Larrons et Lardon.

Je parle de regret car pour ma part, c’est la partie du projet la plus captivante, la plus stimulante. Le réveil sonne à  7h00, à la place d’être amère par le fait de se lever tôt un dimanche on est enchanté par la journée de tournage qu’on s’apprête à vivre. Une poussée d’adrénaline nous gagne. Tout le monde s’est donné rendez-vous à la fac. Il est 8h30. Je vois les filles au loin me faisant de grands signes, j’ai pris du retard le temps de trouver comment mettre la marche arrière du combi van. Malgré la pluie torrentielle, on est joyeuse et une grande tasse de café chaud m’attend. Quel accueil !

Direction Saint-Selve, pour tourner la scène extérieure en campagne. Vite, il ne pleut plus, il faut tourner et ne pas se refaire coincer par l’averse. Moteur…. Action… coupé. On va en tourner une deuxième même si la première était c’est une question de sureté. Notre scène finale est à présent bien tournée. On retourne au point de départ, Bordeaux, Saint Nicolas, afin de tourner dans un décor intérieur, dans l’appartement de Manon. Tous les membres de l’équipe ont très bien assimilé leurs fonctions. Notre acteur et ami a été aussi d’une très grande efficacité. Les scènes se sont donc tournées avec une facilité peu habituelle pour un tournage. La journée de tournage est déjà terminée. Chacun d’entre nous rentra chez lui triomphant par cette journée.  Le montage des images, la semaine prochaine, semble prometteur.

Xila

Une héroïne en quête d’adrénaline…

(cc 29/12/2015 alix grinsell)
(cc 29/12/2015 Xila)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Je vais m’octroyer le doit d’inverser les deux questions fondamentales de ce billet, « pourquoi et comment ? » en « comment et pourquoi ? » Au fur et à mesure des discussions avec mes camarades de classe, mes amis ou ma famille, l’élaboration de la structure narrative du mémoire évolue. La semaine dernière, j’ai fait la rencontre du nouveau colocataire d’un ami en doctorat de Psychologie. Je lui ai expliqué la problématique de mon mémoire sur Bonnie and Clyde, et un débat de trois heures  a débuté entre nous. Il m’a aiguillée sur certains auteurs à lire (Nazio, Sartre, Valleur…), et indiqué des termes psychiatriques traitant de la relation que je souhaite aborder dans mon plan de mémoire entre le couple de hors-la-loi et leur notion de liberté qui est quasi-pathologique. Pour illustrer mon propos, il me sera nécessaire de définir le terme de « conduite ordalique ». La définition suivante est issue de la thèse de Marc Valleur, Les addictions sans drogue et les conduites ordaliques. L’Information Psychiatrique (2005) : « La conduite ordalique peut être définie comme le fait, pour un sujet, de s’engager de façon plus ou moins répétitive dans des épreuves comportant un risque mortel : épreuve dont l’issue ne doit pas être évidemment prévisible et qui se distingue de ce fait tant du suicide pur et simple que du simulacre ».

Une fois le terme psychiatrique de conduite ordalique défini, nous pouvons affirmer que Bonnie and Clyde réitèrent tout au long du film leurs actes illégaux (fuite, braquage, cavale…). Ce qui montre qu’ils ont développé un réel goût pour la prise de risque. Ils sont dans un cercle vicieux engendré principalement par la quête du plaisir immédiat. Ils ne sont pas capables de s’en débarrasser, ou ils sont obligés de continuer ainsi. Peut-être vais-je devoir parler d’addiction à l’adrénaline que suscite chez eux le danger. Enfin, ils se sentent exister, vivre, libres… mais ce n’est qu’une sensation illusoire.

Xila