Point final

(cc) Louise Tressens 14/02/2016
(cc) Louise Tressens 14/02/2016

Consigne : « Clap de fin »

La rédaction d’un mémoire, qu’il doive être traité en vingt pages ou en cent, implique que l’on passe de l’amateurisme à la connaissance. Lire, étudier, se renseigner, écrire et se voir y prendre goût représente une satisfaction d’autant plus grande lorsque l’on appose le point final au travail de mémoire de recherche.
Après avoir étoffé le plan d’argumentation et trié les idées abordées, la rédaction semble presque facile jusqu’à ce que la « plume » se laisse aller à la digression.
C’est en ce sens que l’appui et la relecture d’un directeur de mémoire sont essentiels puisqu’ils permettent d’apporter un œil extérieur à un travail devenu central, même personnel pour l’étudiant.

Les derniers détails méthodologiques, pourtant très importants, sont les plus méticuleux et sans doute les plus longs à vérifier. Ainsi, si le « gros » du travail est déjà fait, il reste désormais à recevoir la sentence fatidique du directeur de mémoire après la lecture du travail de recherche. S’ensuit alors le contrôle du référencement bibliographique, de la mise en page et de la bonne utilisation de la syntaxe et de l’orthographe pour pouvoir apposer un véritable point final au mémoire.
Le chemin est long mais l’éveil intellectuel inhérent à tout travail de recherche fait oublier tout sentiment de contrainte.

Louise Tressens


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *