[B1, G3] Travail, compétences et complémentarité

Au sein du groupe que nous allons former cette année, de nombreuses questions vont se poser. On nous demande dans un premier temps d’évaluer nos compétences respectives. Mais comment peut-on évaluer nos propres compétences ? Une compétence se définissant comme une capacité reconnue dans un domaine donné, est-ce que cela signifie qu’il nous faut nécessairement nous concentrer sur nos capacités dans le domaine cinématographique ? Cela ne serait-il pas réducteur ? Il semble évident qu’on ne peut se cantonner à cet unique secteur, puisque les compétences relationnelles et littéraires ne doivent pas être négligées, notamment en ce qui concerne la rédaction d’un carnet de recherche.

Il semblerait que les compétences dépendent de nombreux facteurs, et que selon les situations ou les contextes, elles peuvent devenir des obstacles ou des inaptitudes. De plus, il existe certainement un fossé important entre les compétences que nous pensons posséder et celles que nous avons réellement, d’autant plus que nous nous connaissons très peu et n’avons d’autre choix que de prendre les spéculations des autres pour vraies. Définir les compétences d’autrui, au risque d’enfermer les individus dans de « petites boites », voilà une tâche qui pose un véritable problème.

Cependant, suite à nos discussions, après l’examen de nos cursus respectifs, nous avons pu déceler quelques points forts à exploiter. Barbara et Juliette, par exemple, sont avantagées en ce qui concerne les tâches techniques. En effet, la pratique de la prise de vue tout comme celle du montage leur sont familières. Le cursus de Sarah lui confère a priori davantage de compétences littéraires ou pédagogiques. Toutefois, Juliette apprécie également l’écriture et Barbara possède les qualités nécessaires pour formuler une critique pertinente. Barbara semble la plus méthodique puisqu’elle privilégie l’aspect rationnel et la construction syntaxique. Cet aspect de sa personnalité allié à une tendance au perfectionnisme lui confère la capacité de finaliser les projets dans le détail. Juliette et Sarah semblent quant à elles plus spontanées. Si Juliette nous a fait part de sa facilité à communiquer avec les gens et à mener des enquêtes de terrain à leur terme, Sarah privilégie elle aussi les interactions humaines au sein d’un projet créatif.

En réalité, certaines choses semblent se compléter dans cette première évaluation de nos compétences. Néanmoins nous préférons établir un système de fonctionnement démocratique, au sein duquel chacune d’entre nous pourra toucher à tous les domaines concernés. Chaque membre du groupe sera investi à chaque étape du projet. Nous avons conscience de l’étendue de nos compétences actuelles, mais nous nous laissons la possibilité de développer celles qui nous font défaut, en nous répartissant les différentes tâches de manière égale !

De cette interaction entre nos différentes compétences, nous espérons aboutir à un groupe équilibré, au sein duquel les lacunes des unes pourront être comblées par les connaissances des autres. Et nous pourrons apprendre les unes des autres en nous entraidant. Cette méthode de création induira un travail en groupe permanent qui permettra de favoriser les échanges. Même s’il est certain que cette expérience de travail en groupe débouchera sur certains désaccords, voire parfois sur des conflits, elle n’en reste pas moins intéressante, puisque les antagonismes sont parfois la source d’une grande poussée créative. En effet, ils nourrissent parfois une motivation qui se plait à aller par-delà les obstacles, et à contourner toutes les barrières à l’expression. D’autant plus que c’est une situation à laquelle nous serons confrontées régulièrement dans le monde professionnel, où il faudra jongler entre expression de ses propres points de vue, idées et concessions.

Nous espérons que ce mode de fonctionnement nous permettra de réévaluer certaines compétences, d’en découvrir de nouvelles et d’en éliminer d’autres au fil des différentes situations auxquelles nous seront confrontées. L’avantage des aptitudes, c’est qu’elles ne sont pas figées, et se manifestent parfois à un moment précis qui ne se reproduira peut-être jamais, en particulier au sein des processus créatifs. Nous pensons donc qu’il n’est pas nécessaire d’arrêter des compétences définies, puisque celles-ci sont en perpétuel mouvement…

Barbara Lancia, Juliette Chanson et Sarah Vasseur

Crédits photos :

Photo à la une : Team with puzzles, d’Anatoly Maslennikov

Chaque personnage apporte sa pièce du puzzle et donc sa part de connaissances. On peut y voir une illustration de la complémentarité du groupe.

Photo dans le corps du texte : cliché réalisé par Barbara, Juliette et Sarah.

Les débuts de notre groupe.


Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

2 réflexions au sujet de « [B1, G3] Travail, compétences et complémentarité »

  1. Bonjour, nous sommes une entreprise (he2be) spécialisée en consulting et mentoring. Et pour notre nouvelle livre on cherche toujours des bons images qui conviennent bien à nos textes.

    Pourriez-vous me dire si on pourrait utiliser votre image, si on pourrait obtenir le copyright? On aime bien votre image avec les quatre personnes en gris qui tiennent un puzzle chacun avec une couleur différente.

    Pourriez-vous nous dire les conditions pour obtenir le droit de votre image sur votre site?

    Merci beaucoup,

    Cordialement.

    Agnes Gert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *